La Maison déserte

La Maison déserte

-

Livres
190 pages

Description

- Il est temps, dit-elle.
Elle se lève, touche le mur de sa maison avec un peu d'appréhension, essayant de lui faire entendre qu'elles sont seules désormais, attachées l'une à l'autre, et qu'il faudra se supporter. Pour être tout à fait aveugle, elle se bande les yeux avec un foulard. Elle s'attaque d'abord aux poignées, celles des portes et celles des fenêtres, leur emplacement, leur hauteur. Elle passe ensuite aux commutateurs, plus sournois à localiser. En tâtonnant le long des murs, elle sent de petits renflements suspects, qui s'effritent lorsqu'elle les touche, et c'est un plaisir sous ses doigts. Après les pièces du rez-de-chaussée, elle s'engage dans l'escalier. Elle lève très haut les genoux en comptant les marches une à une. [.] Lorsqu'elle arrive sur le palier, elle cherche sa chambre, s'arrête brusquement, dénoue son foulard.
- A quoi joues-tu ? dit-elle avec un petit rire forcé.
Jacques Tournier, traducteur de Carson Mac Cullers et de Francis Scott Fitzgerald, a notamment publié : Retour à Nayack (Complexe), Jeanne de Luynes (Mercure de France) et Promenades-Café (Belfond).

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2014
Nombre de lectures 48
EAN13 9782702148907
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
- Il est temps, dit-elle.
Elle se lève, touche le mur de sa maison avec un peu d'appréhension, essayant de lui faire entendre qu'elles sont seules désormais, attachées l'une à l'autre, et qu'il faudra se supporter. Pour être tout à fait aveugle, elle se bande les yeux avec un foulard. Elle s'attaque d'abord aux poignées, celles des portes et celles des fenêtres, leur emplacement, leur hauteur. Elle passe ensuite aux commutateurs, plus sournois à localiser. En tâtonnant le long des murs, elle sent de petits renflements suspects, qui s'effritent lorsqu'elle les touche, et c'est un plaisir sous ses doigts. Après les pièces du rez-de-chaussée, elle s'engage dans l'escalier. Elle lève très haut les genoux en comptant les marches une à une. [.] Lorsqu'elle arrive sur le palier, elle cherche sa chambre, s'arrête brusquement, dénoue son foulard.
- A quoi joues-tu ? dit-elle avec un petit rire forcé.
Jacques Tournier, traducteur de Carson Mac Cullers et de Francis Scott Fitzgerald, a notamment publié : Retour à Nayack (Complexe), Jeanne de Luynes (Mercure de France) et Promenades-Café (Belfond).