//img.uscri.be/pth/5088902f12d87c4fe009c791bdde5ab40b582f72
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

La Mort des autres

De
160 pages

« Le hasard ! Les hommes ne le comprendront jamais ! C’est notre père à tous. »
Frédéric Dard


Dans le décor sinistre d’une gare désaffectée, le narrateur rencontre un personnage qui se présente comme la Mort et va lui inspirer sept histoires :

. Le meurtre d’un maçon dans une cave, commis par un jeune écrivain qui s’interroge sur le sens du mot « roman ».

. L’histoire d’un pauvre diable fasciné par une putain et un unijambiste.

. Un cocu qui se venge de son rival.

. Un garçon de huit ans dont la sensibilité subit les ravages de l’amour impossible entre sa mère et le directeur de son pensionnat.

. La mort injuste d’un jeune et candide soldat allemand.

. Un épisode de l’épuration que Frédéric Dard projette dans toute son impitoyable absurdité.

. Le combat entre Diurne et Nocturne, arbitré par la déesse du Temps.

Ces contes fascinent par la férocité de leur propos et, surtout, de leurs personnages dont l’auteur semble partager l’extrême douleur.


Edité en 1946, ce livre a paru aux éditions Optic à Lyon. Adapté en pièce de théâtre radiophonique en 1947, il reçut le Grand Prix du théâtre radiophonique.

Voir plus Voir moins
« Le hasard ! Les hommes ne le comprendront jamais ! C’est notre père à tous. »
Frédéric Dard


Dans le décor sinistre d’une gare désaffectée, le narrateur rencontre un personnage qui se présente comme la Mort et va lui inspirer sept histoires :

. Le meurtre d’un maçon dans une cave, commis par un jeune écrivain qui s’interroge sur le sens du mot « roman ».

. L’histoire d’un pauvre diable fasciné par une putain et un unijambiste.

. Un cocu qui se venge de son rival.

. Un garçon de huit ans dont la sensibilité subit les ravages de l’amour impossible entre sa mère et le directeur de son pensionnat.

. La mort injuste d’un jeune et candide soldat allemand.

. Un épisode de l’épuration que Frédéric Dard projette dans toute son impitoyable absurdité.

. Le combat entre Diurne et Nocturne, arbitré par la déesse du Temps.

Ces contes fascinent par la férocité de leur propos et, surtout, de leurs personnages dont l’auteur semble partager l’extrême douleur.


Edité en 1946, ce livre a paru aux éditions Optic à Lyon. Adapté en pièce de théâtre radiophonique en 1947, il reçut le Grand Prix du théâtre radiophonique.