//img.uscri.be/pth/1c35f5164dc713691051d550ce47568dc4354b18
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

La mort est ma servante

De
336 pages

Le 2 juin 2005, les services secrets syriens assassinèrent Samir Kassir, l’intellectuel arabe le plus prometteur de sa génération. J’avais rendez-vous avec lui dans un café de Beyrouth, mais un contretemps m’avait fait annuler la rencontre. À l’ami disparu, qui avait prophétisé que la démocratie dans le monde arabe ne se ferait pas sans «printemps à Damas», j’ai décidé de raconter cette révolution syrienne qu’il n’a pas pu voir: Homs, le coeur battant de la rébellion, assiégé et bombardé. Ou la belle Alep, dont les 4500 ans d’histoire sont menacés par une folle bataille. Je lui rappelle aussi les années Bachar, «l’archipel des tortures» sans équivalent dans le monde, l’irrésistible montée en puissance des islamistes – et l’embarrassante ambiguïté des relations franco-syriennes. Par respect pour l’érudit et pour aller au-delà du simple témoignage de guerre, j’ai convoqué l’histoire, la littérature et la géopolitique, tout en cherchant la consolation de la poésie. Et j’ai essayé de comprendre comment un pays pouvait sombrer à ce point dans l’autodestruction. Avec cette certitude: les horreurs en Syrie refl ètent le pourrissement du monde. J.-P. P.

Journaliste à Libération et romancier, Jean-Pierre Perrin a notamment publié Les Rolling Stones sont à Bagdad (Flammarion, 2003), qui relate les derniers mois de Saddam Hussein, et Jours de poussière (La Table ronde, 2002), consacré à l’Afghanistan en guerre et couronné par le Grand prix des lectrices de Elle.

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le 2 juin 2005, les services secrets syriens assassinèrent Samir Kassir, l’intellectuel arabe le plus prometteur de sa génération. J’avais rendez-vous avec lui dans un café de Beyrouth, mais un contretemps m’avait fait annuler la rencontre. À l’ami disparu, qui avait prophétisé que la démocratie dans le monde arabe ne se ferait pas sans «printemps à Damas», j’ai décidé de raconter cette révolution syrienne qu’il n’a pas pu voir: Homs, le coeur battant de la rébellion, assiégé et bombardé. Ou la belle Alep, dont les 4500 ans d’histoire sont menacés par une folle bataille. Je lui rappelle aussi les années Bachar, «l’archipel des tortures» sans équivalent dans le monde, l’irrésistible montée en puissance des islamistes – et l’embarrassante ambiguïté des relations franco-syriennes. Par respect pour l’érudit et pour aller au-delà du simple témoignage de guerre, j’ai convoqué l’histoire, la littérature et la géopolitique, tout en cherchant la consolation de la poésie. Et j’ai essayé de comprendre comment un pays pouvait sombrer à ce point dans l’autodestruction. Avec cette certitude: les horreurs en Syrie refl ètent le pourrissement du monde. J.-P. P.
Journaliste à Libération et romancier, Jean-Pierre Perrin a notamment publié Les Rolling Stones sont à Bagdad (Flammarion, 2003), qui relate les derniers mois de Saddam Hussein, et Jours de poussière (La Table ronde, 2002), consacré à l’Afghanistan en guerre et couronné par le Grand prix des lectrices de Elle.