La part des oiseaux

-

Livres
76 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Une lettre, un matin. Vos nom et prénom, votre adresse sur l’enveloppe ; écriture inconnue. Rien au verso. Le timbre est un peu de travers. Bizarre, dites-vous ? Restez-en là : ne l’ouvrez surtout pas !

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 14
EAN13 9782374534749
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Présentation
Une lettre, un matin. Vos nom et prénom, votre adresse sur l’enveloppe ; écriture inconnue. Rien au verso. Le timbre est un peu de travers. Bizarre, dites-vous ? Restez-en là : ne l’ouvrez surtout pas !
Freddy Woets
La Part des Oiseaux
Suivi de Le Silence éternel des écluses Skolka Liet, Skolka Zim Alta Aqua Léviathan Polaroïd Brise de verre Issir... Tistre...
Les Éditions du 38
F David, mon fils.
LA PART DES OISEAUX
Je me sens irréel, comme fait avec du nuage, comme ces êtres qui se composent et se décomposent au soleil couchant. Jules Renard
Oh, you weak, beautifull people who give up with such grace. What you need is someone to take hold of you - gently, with love, and hand you life back you. Tennessee Williams
Le samedi matin, le courrier vient vers onze heures et demie. Il n’y a qu’une tournée. Il n’y avait qu’une seule lettre. Épaisse, un peu chiffonnée. Postée, dans le quinzième. Le vendredi, à 18 heures. Avec une vignette bleue et son vol de papiers pliés à 60 centimes. Rien au verso. Humide. Je remonte. Me sers un café. L’adresse est écrite en capitales légèrement maladroites. La maladresse de ceux qui n’aiment pas les capitales, mais ont peur d’être mal lus. À l’intérieur, un bristol, des photos déchirées, du marc de café et quelques cheveux, une moiteur pâle de poubelle. Sur le bristol, au stylo-bille : « Je suis redescendue à trois heures du matin, j’ai fouillé dans les poubelles de l’immeuble, j’ai retrouvé le sac, j’ai ressorti ses photos. Je ne pouvais pas les laisser dans les ordures. Je ne peux pas les garder non plus. J’ai ouvert le Bottin au hasard, je suis tombée sur vous. Je vous les envoie, faites-en ce que vous voudrez. » Sur certains morceaux de photo, on voit un homme. Q uarante, cinquante ans. Je rassemble le puzzle « À la plage », le puzzle « En forêt », le puzzle « Costume trois-pièces, près d’une Bentley avec le sourire : Eh ! C’est une blague, hein ? », le puzzle « Au Trocadéro ». Je reprends le bristol. Une écriture nerveuse. À la fois ronde et aiguë… Avec les « a » comme un oiseau qui va s’envoler et les « t », qui se pro tègent du vent… La carte sent le marc. Les quelques cheveux sont châtains. Une façon comme une autre de se débarrasser d’objets encombrants. Postés dans le quinzième. Elle y habite ? Elle y passait ? C’est qui, cet homme ? Je le fous à la poubelle ? Pauvre homme. Nothing lasts, not even the stones. Je remets les morceaux de photo dans l’enveloppe, l’enveloppe dans un placard et le bristol sur la table. « Je ne pouvais pas le laisser dans les ordures… Je ne pouvais par le garder… »Impossible avec toi, impossible sans toi ; même dans la poubelle. Pas d’épitomé dans l’épandage. Je vis seul. Elles se ressemblent toutes, quand elles sont nues. La première fois, c’est vide. Mais les inconnues habillées, celles à qui on ne parle pas, on ne parlera jamais, assises, debout, passant là à quelques mètres… Le téléphone sonne. — Allo ? Silence, respiration : — Vous avez reçu… reçu… — Oui, oui, j’ai tout reçu. Un blanc. Qui dure. — Je compr… Elle raccroche. Elle m’écrase lentement la pomme d’Adam avec un poing de feutre. Ensuite, le chatouillement ; on ne sait pas si on a envie de gifler ou d’embrasser. Agréable, exécrable. C’est le mélange qui frappe. « J’ai ouvert le Bottin au hasard, je suis tombée sur vous. »Je n’aurais pas dû naître au hasard de l’alphabet. A uhasard ?ancienne connaissance ? Pourquoi m’aurait-elle envoyé la photo déchirée Une
d’un homme ? Avec du marc et quelques cheveux, tombés de la brosse ? On se rencontre, on se quitte, le temps d’une chanson d’ascenseur. Alors, le hasard. Je l’ai peut-être croisée, debout, assise, passant à quelques mètres… Une femme habillée. Aujourd’hui, elle a le front moite. Un ongle cassé. Cassé à trois heures du matin, en fouillant la poubelle, à la recherche de l’homme. Elle a envie de briser tous les miroirs. De déménager. Je sors l’enveloppe du placard, scotche les puzzles. Plutôt sympa, comme mec. Un homme attachant qui s’est très mal conduit… Je ne le connais pas. Je prends une grande enveloppe de papier kraft, y enferme le tout, retour au placard. Le téléphone sonne. Je débranche le répondeur avant l’annonce. Une dizaine de sonneries. Sur le journal électronique : **********. Liste rouge. Elle veut s’excuser ? Se justifier ; je lui laisse le temps de commencer sa phrase et : clac ! Branleur. L’autre, là, le déchiré, un gamin aussi ? Il paraît que nous sommes attachants. «Je suis redescendue à trois heures du matin, j’ai fouillé d ans les poubelles de l’immeuble, j’ai retrouvé le sac, j’ai ressorti ses photos. »Qu’est-ce qu’il a pu lui faire ? Ou ne pas lui faire ? Vous avez reçu… reçu… Elle semblait essoufflée. Elle m’a empêché de dire : « Je comprends… » Je comprends les gens qui descendent fouiller les p oubelles à trois heures du matin pour retrouver des photos qu’ils ont déchirées. Avez-vous bu ? Êtes-vous ivre ? Je comprends les gens qui boivent. Il m’arrive d’être ivre le matin. Avant l’ouverture des magasins. Et le rester de la journée. Je comprends. Mais elle m’a écrasé lentement la pomme d’Adam avec un poing de feutre. Elle m’envoie ses déchets, elle me frappe.«... au hasard, je suis tombée sur vous. »balle Une perdue. Elle souffre. Il est déjà midi et demi. On n’a peu de certitudes Je devrais être ailleurs à faire autre chose. C’est samedi. Sur le chemin de la boulangerie, je pense à la vendeuse. Une jeunesse à l’esprit vif, aux minces rondeurs so us le gros pull et le tablier rose. J’aimerais de la voir nue, de profil. Elle n’est pas là. — Votre collègue n’est pas là ? je demande à sa collègue. — Non. Elle n’a pas téléphoné, ni rien. C’est sympa ! La certitude de l’absence. Je sors, baguette en main, l’imagine nue, de profil, à dormir contre un homme. Plutôt que vendre du pain. Ce serait bête qu ’elle ne vienne plus. J’ai tellement envie de la voir nue, de profil. Les cartes à jouer, c’est de face jusqu’à la taille. Les sirènes et les vendeuses de boulangerie aussi. Place Blanche : les cyclistes. Un matin, j’étais ivre à dix heures, j’ai acheté une carte postale avec le Moulin Rouge et je suis parti sur un délire de dynamo, du leurre d’ailes qui tournent et d’électricité de la Butte fournie par des cyclistes enfermés dans le moulin. Je l’ai adressée à un ami. On est des marrants, des drôles. Des naufragés de cartes postales, des déchirés des photos. Et elles ? Les Autres, les femmes ? Vous avez reçu… reçu… Eh merde ! Je serre tellement la baguette, qu’elle plie. Qu’elle cède. Toute la sainte semaine, la vendeuse à l’esprit vif se retient de hurler d’être là, derrière ses brioches, à sourire à de vieux grisons qui flirtent si mal. Les dentelles en papie r, le marbre noir, le court-métrage à la boulangerie et les lettres anonymes. Pas de message sur le répondeur.