La refugiée de Saint-Martin

La refugiée de Saint-Martin

-

Livres
320 pages

Description

En 1943, en pleine tourmente, un village des Alpes du sud, Saint Martin Vésubie, occupé par la IVe armée italienne vit le rêve utopique d’un monde meilleur et fraternel. 
L’itinéraire d’une jeune juive parisienne, Sonia Dreyfus, fait découvrir au lecteur cette étrange période durant laquelle l’armée d’occupation prend les juifs sous sa protection. Mille deux cents d’entre eux vivent à Saint Martin, assignés en résidence obligatoire, fugitifs venant des quatre coins de l’Europe, ils se mêlent aux villageois sous l’œil débonnaire de l’occupant. Le temps d’un été, une jeunesse en exil est emportée par le désir frénétique de profiter de la vie, par une exubérance pleine d’espoir qui soudent cette communauté insolite et gomment toute différence de langues, de nationalités, de religion. 
Sonia n’échappera pas à ce tourbillon et vit une passion fiévreuse avec le beau lieutenant italien Dao Ormena jusqu’à ce 8 Septembre 1943, lorsque les Italiens signent l’armistice avec les Alliés. Nice et la Haute-Savoie sont envahies par les nazis. Les soldats italiens de Saint Martin prennent la route de la montagne pour rentrer dans leur pays, huit cents juifs s’accrochent à eux et les suivent. De l’autre côté, ils espèrent le salut grâce aux Américains qui viennent de débarquer sur la péninsule. Ils trouveront les Allemands. Le piège se referme. Les plus vaillants vont se réfugier sur les cimes enneigées des Alpes où ils se terrent, protégés par le clergé, les paysans et les partisans. Les autres finiront à Auschwitz. 
Sonia, enceinte, va à dos de mule se cacher à Elva, un village isolé sur les hauteurs du Piémont, où l’accueille la famille de son lieutenant parti rejoindre les partisans. Elle adopte ce pays pauvre et rude où l’on parle encore l’occitan. Cachés dans la montagne, les résistants français et italiens signent une alliance latine : les accords de Saretto, aujourd’hui oubliés, qui jettent les bases d’une Europe sans frontières et démocratique. Une lutte sans merci s’engage entre les nazis, les fascistes et les partisans.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 avril 2010
Nombre de lectures 28
EAN13 9782709634939
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
En 1943, en pleine tourmente, un village des Alpes du sud, Saint Martin Vésubie, occupé par la IVe armée italienne vit le rêve utopique d’un monde meilleur et fraternel. 
L’itinéraire d’une jeune juive parisienne, Sonia Dreyfus, fait découvrir au lecteur cette étrange période durant laquelle l’armée d’occupation prend les juifs sous sa protection. Mille deux cents d’entre eux vivent à Saint Martin, assignés en résidence obligatoire, fugitifs venant des quatre coins de l’Europe, ils se mêlent aux villageois sous l’œil débonnaire de l’occupant. Le temps d’un été, une jeunesse en exil est emportée par le désir frénétique de profiter de la vie, par une exubérance pleine d’espoir qui soudent cette communauté insolite et gomment toute différence de langues, de nationalités, de religion. 
Sonia n’échappera pas à ce tourbillon et vit une passion fiévreuse avec le beau lieutenant italien Dao Ormena jusqu’à ce 8 Septembre 1943, lorsque les Italiens signent l’armistice avec les Alliés. Nice et la Haute-Savoie sont envahies par les nazis. Les soldats italiens de Saint Martin prennent la route de la montagne pour rentrer dans leur pays, huit cents juifs s’accrochent à eux et les suivent. De l’autre côté, ils espèrent le salut grâce aux Américains qui viennent de débarquer sur la péninsule. Ils trouveront les Allemands. Le piège se referme. Les plus vaillants vont se réfugier sur les cimes enneigées des Alpes où ils se terrent, protégés par le clergé, les paysans et les partisans. Les autres finiront à Auschwitz. 
Sonia, enceinte, va à dos de mule se cacher à Elva, un village isolé sur les hauteurs du Piémont, où l’accueille la famille de son lieutenant parti rejoindre les partisans. Elle adopte ce pays pauvre et rude où l’on parle encore l’occitan. Cachés dans la montagne, les résistants français et italiens signent une alliance latine : les accords de Saretto, aujourd’hui oubliés, qui jettent les bases d’une Europe sans frontières et démocratique. Une lutte sans merci s’engage entre les nazis, les fascistes et les partisans.