La séparation des corps

La séparation des corps

-

Livres
178 pages

Description

L’univers romanesque d’Emilie Andrewes est aussi particulier que déstabilisant. Dans La séparation des corps, l’auteure explore une relation amoureuse à travers ses hauts et ses bas, ses errances et ses rêves d’absolu. On retrouve ici l'imagination et l'humour d'une romancière hors du commun, dans une trame à la fois dramatique et romantique.
RÉSUMÉ
Ce récit est avant tout une histoire d’amour passionné entre Christina et Marie-Ange, la cuisinière de la famille. Rencontre de deux expériences subjectives, de deux perspectives dont rien ne prédisait la collision. Issues de générations et de milieux sociaux différents, les deux femmes vont traverser ensemble les affres sentimentales, jusqu’à la désintégration prophétique de leur relation. Le regard mort ou vif d’une jeune adulte qui s’assume pleinement trouve ici celui d’une femme mature, nostalgique, au destin fantôme, qui manifeste un goût prononcé pour le passé et les incendies. Explorant les contrastes de la rupture et du renouveau, ce roman aborde de plein fouet les paradoxes de la relation amoureuse et nous fait retrouver avec plaisir la voix d’une auteure singulière, qui livre ici un roman coup-de-poing.
L’AUTEURE
Emilie Andrewes est née à Montréal en 1982. Elle détient un baccalauréat en anthropologie avec spécialisation en archéologie. Son premier roman, Les mouches pauvres d’Ésope (XYZ, 2004), a été sélectionné pour le prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec. La critique a vite déclaré qu’elle comptait parmi les espoirs de sa génération, grâce à sa plume inventive et imaginative. La séparation des corps est son cinquième roman.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 mars 2017
Nombre de visites sur la page 9
EAN13 9782897113247
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Édîtîons Druîde 1435, rue Saînt-Aexandre, bureau 1040 Montréa (Québec) H3A 2G4
www.edîtîonsdruîde.com
É C A RT S
Coectîon dîrîgée par Normand de Beeeuîe
D E  A M Ê M E AU T E U R E
Conspiration autour d’une chanson d’amour,roman, XYZ édîteur, 2013. Les cages humaines,roman, XYZ édîteur, 2010. Eldon d’or,roman, XYZ édîteur, 2006. Les mouches pauvres d’Ésope,roman, XYZ édîteur, 2004.
L A S É P A R A T I O N D E S C O R P S
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Andrewes, Emîîe, 1982-a séparatîon des corps : roman (Écarts)
ïSBN 978-2-89711-323-0 ï. Tître. ïï. Coectîon : Écarts. PS8601.N45S46 2017 C843'.6 PS9601.N45S46 2017
C2016-942049-3
Dîrectîon îttéraîre : Normand de Beeeuîe Édîtîon: uc Roberge, Anne-Marîe Vîeneuve et Normand de Beeeuîe Révîsîon înguîstîque : Dîane Martîn et Joceyne Dorîon Assîstance à a révîsîon înguîstîque : Antîdote 9 Maquette întérîeure : Anne Trembay Mîse en pages et versîons numérîques : Studîo C1C4 Œuvre en page couverture :Flores Strŏphĭumde Po Turgeon Conceptîon graphîque de a couverture : Anne Trembay Photographîe de ’auteure : Maxyme G. Deîse Dîusîon : Druîde înormatîque Reatîons de presse : Nathaîe Vîta
es Édîtîons Druîde remercîent e Conseî des arts du Canada et a SODEC de eur soutîen.
Gouvernement du Québec – Programme de crédît d’împôt pour ’édîtîon de îvres – Gestîon SODEC.
Ce projet a été rendu possîbe en partîe grâce au gouvernement du Canada.
ïSBN PAPïER: 978-2-89711-323-0 ïSBN EPUB: 978-2-89711-324-7 ïSBN PDF : 978-2-89711-325-4
Édîtîons Druîde înc. 1435, rue Saînt-Aexandre, bureau 1040 Montréa (Québec) H3A 2G4 Tééphone : 514-484-4998
er Dépôt éga : 1 trîmestre 2017 Bîbîothèque natîonae du Québec Bîbîothèque natîonae du Canada
ï est înterdît de reproduîre une partîe queconque de ce îvre sans ’autorîsatîon écrîte de ’édîteur. Tous droîts de traductîon, de reproductîon et d’adaptatîon réservés.
© 2017 Éditions Druide inc. www.editionsdruide.com
Emîîe Andrewes
L A S É P A R A T I O N D E S C O R P S
r o m a n
À Castor (Estelle Ouellet)et à la descendance des rêves
1 N A ï S S A N C E
Je t’auraîs peînte : pas sur e mur, maîs sur e cîe même d’un bord à ’autre.
Raîner Marîa Rîke,Le livre des heures
En observant es membres de cette amîe, on se trompaît sur toute a îgne. On es auraît crus so-cîabes, atteînts d’une joîe înhabîtuee, maîs bîen au contraîre. Dans ce cîmat poîsseux, îé au dîvorce îmmînent de ses parents, Chrîstîna n’appeaît jamaîs ses amîs et ee cachaît sa amîe, surtout depuîs a naîssance du petît rère ; à croîre qu’ee vouaît dîs-sîmuer e rejeton à a tête de gerboîse quî toussotaît dans ses aux cos de dentee. Aors, pour vouoîr învîter Marîe-Ange à souper, î aaît vraîment qu’îs soîent de paraîte humeur. Marîe-Ange étaît a cuî-sînîère de a amîe. Hatîenne d’orîgîne, ee pré-paraît es pats pour pusîeurs amîes du quartîer. Ee proposaît jusqu’à cînq repas par semaîne. Pour ’înstant, ee avaît sauvé troîs amîes duburn-out et ee se consacraît dorénavant avec acharnement à cee de Chrîstîna. Une grandeur d’âme quî pouvaît aîre peur.
11
12  A S É PA R AT ï ON DE S C OR P S
Dîmanche arrîva. — Marîe-Ange s’en vîent, annonça Marîna, a mère de Chrîstîna, quî raccrocha e combîné. Ee regarda dans e vîde. — Ah ouî ? aîssa tomber son père. — Tout e monde s’en out, maîs c’est toujours bîen ee quî nous aît à manger, c’est à son tour, dît a mère en se secouant pour se donner un brîn d’enthousîasme. — C’est sa ête ? demanda Chrîstîna. — Faîs a vaîssee. Maudît que c’est ong, ’adoes-cence, grommea son père. — Je ne saîs pas ce que c’est que ’adoescence, tu me ’as voée avec ta sae humeur. — Sî tu ne saîs pas ce que c’est, demande à ton ceuaîre. Chrîstîna partît vers sa chambre en mâchant de a gomme. Son ceuaîre sonna dans a poche de son coton ouaté. Ee erma a porte en répondant et en învoquant Satan et ses maédîctîons. — Vîngt ans déjà, murmura sa mère, rêveuse. — On dîraît que personne ne va en sortîr vîvant. — Shhhh. es gens quî parent beaucoup Inîssent toujours par être méchants. — C’est qu’î n’y a pas grand-chose à dîre sur es gens gentîs.
Marîe-Ange sonna et tendît son manteau d’automne au père. On ’învîta à prendre pace à tabe. Chrîstîna étaît assîse à côté d’ee et ses parents sîégeaîent en