//img.uscri.be/pth/c9c3d00f167fa298755dea4a17495e64acfa6371
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

La Vie sauvage des femmes

De
256 pages
«  J’ai fréquemment envie de claquer la femme au foyer des Trente Glorieuses. L’authentique, celle qui a eu pour préoccupation principale de remplir les chèques de la nounou et de la femme de ménage portugaise, et pour perspective annuelle de se faire offrir un vison de chez Sprung. Je visualise l’image de la claque qui part, qui s’écrase avec une vivacité réjouissante sur le fond de teint compact Chanel et provoque une envolée de poudre libre T-Leclerc. J’ignore toujours comment réagit ma victime car la scène se réduit à la claque elle-même. Une micro-fiction éphémère et libératoire. J’en ai honte.  »

Agathe, mariée, deux enfants, working-girl aux quatre-cinquièmes, pourrait passer pour l'archétype de la bourgeoise de l’ouest parisien que rien n’émeut. Pourtant, il suffira d’une vitre de voiture fracturée, d’une épiphanie devant un épisode de Grey’s anatomy, de quelques Xanax et d’une rencontre à un vernissage pour que son savant équilibre vacille...
Et si elle avait manqué son destin  ? Et s’il n’était pas trop tard pour s’improviser femme fatale, chanteuse de karaoké ou mère Teresa  ? Rattrapée par ses rêves et ses névroses ordinaires, elle raconte l’histoire d’un fiasco qu’elle espère salvateur et qui la conduira, à coups de Martini on the rocks, de variété française, de conversations délurées entre amies et de scénarios échafaudés dans ses moments de solitude, à réinventer sa vie.
Tour à tour tendre, drôle et désespéré, La Vie sauvage des femmes est une ode à la femme d’aujourd’hui, à l’autodérision, à la fausse désinvolture et à l’imaginaire qui sauvent de tout.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Maquette de couverture : djohr Images de couverture : © shutterstock
ISBN : 978-2-7096-6268-0 © Éditions Jean-Claude Lattès, 2018. Première édition mai 2018. www.editions-jclattes.fr
Ce document numérique a été réalisé parPCA
« La vie est une affaire sérieuse, à cause de sa futilité. »
Émile Ajar,Gros-Câlin
Le visage que l’on accepte d’exposer est une copie grimée de soi-même. On colore au pinceau, on estompe à l’éponge, on place des pai llettes sur les entailles. Tout est bon pour faire du beau.
J’ai appris à tricher avec le temps. Gommé, corrigé , égalisé. Plutôt efficace. Car ma vie, apparemment linéaire, n’est en vérité qu’une s uccession de chutes. Émotionnelles, scénaristiques ou sémantiques. Quelque chose d’asse z acrobatique, toujours sarcastique, qui fatigue et souvent perle au coin d es yeux. Parce que chaque jour de femme est une histoire de larmes. Versées, retenues, camouflées. Larmes d’effroi ou de rire, de manque o u d’émoi, de crocodile, parfois. Moi je ne pleure pas ce qui fait mal. Je veux dire, devant les autres. Je ne me l’autorise pas. Les femmes de mon espèce ne déclenc hent pas l’empathie. On ne tire pas sur les ambulances, pas plus qu’on ne s’apitoie sur les berlines, tailleurs smoking, escarpins cirés et autres accessoires à caractère e xclusivement inutile.
Alors je me garde des moments pour que ça coule. Sa ns personne pour ne pas comprendre. Je m’installe, avec un bon café, une bo ugie citron-bergamote, mon mascara longue tenue et je sanglote.
Sur quoi ? Des tonnes de choses. On ne dirait pas c omme ça mais j’ai toujours plein d’idées. Parfois des anciennes, oubliées, qui vienn ent me surprendre et se greffer sur les plus récentes. Ça me fait un bien fou. Je les l aisse prendre tout l’espace, à l’abri de tout jugement.
Quand je me sens plus légère, que j’ai plié mes cha grins pour les remettre à leur place, j’accroche mon sourire glossé à ma figure de style et je retrouve le monde.
Couverture
Page de titre
Page de copyright
Exergue
Le visage que l'on accepte...
Table