//img.uscri.be/pth/f8f5fce9eb990274e7228bb97a1134aee3cee9ac
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le bûcher de Saint Enoch

De
378 pages
« Le corps grâcieux et roide de Mme Fulerton avait découvert par Ian Ridell, au sommet du plus imposant des terrils du carreau Whiffet, à dix kilomètres à l'est de Glasgow. Je m'étais rendu sur place vers huit heures en compagnie du chief constable, Dougal Buchanan, échalas aimable et rouquin. McEvan, son adjoint, venait de nous rejoindre. Selon le légiste, la mort par hémorrragie était survenue quelques minutes après les coups de feu, la veille entre vingt heures et minuit ». Le détective Joe Hackney n'a qu'une envie : retourner à Londres officier pour « le Yard », quitte à laisser dans la brume écossaise sa compagne du moment. Mais quand on retrouve le corps d'une femme de la bourgeoisie sur le haut d'un terril, qu'on soupçonne son amant, chef du syndicat des mineurs, d'avoir commis ce crime atroce, et que cinq cadavres carbonisés sont découverts dans les restes d'une église en cendres, le détective comprend qu'il ne s'agit pas d'affaires isolées, et que son départ devra attendre la résolution de cette enquête. Enfin, entre les grèves minières et les secrets d'alcôves, les lambris des puissantes loges franc-maçonnes et la fournaise des fonderies, Joe Hackney dérive, cherche une vérité qui semble se balader entre les bas-fonds de la grise capitale et les salons chics de la haute société. Serial killer, machination ou règlements de comptes sanglants ? Gilles Bornais nous mène avec virtuosité dans les rues sales et bruineuses du Glasgow de 1889 et dresse un mortrait grinçant de la société écossaise.
Voir plus Voir moins
« Le corps grâcieux et roide de Mme Fulerton avait découvert par Ian Ridell, au sommet du plus imposant des terrils du carreau Whiffet, à dix kilomètres à l'est de Glasgow. Je m'étais rendu sur place vers huit heures en compagnie du chief constable, Dougal Buchanan, échalas aimable et rouquin. McEvan, son adjoint, venait de nous rejoindre. Selon le légiste, la mort par hémorrragie était survenue quelques minutes après les coups de feu, la veille entre vingt heures et minuit ». Le détective Joe Hackney n'a qu'une envie : retourner à Londres officier pour « le Yard », quitte à laisser dans la brume écossaise sa compagne du moment. Mais quand on retrouve le corps d'une femme de la bourgeoisie sur le haut d'un terril, qu'on soupçonne son amant, chef du syndicat des mineurs, d'avoir commis ce crime atroce, et que cinq cadavres carbonisés sont découverts dans les restes d'une église en cendres, le détective comprend qu'il ne s'agit pas d'affaires isolées, et que son départ devra attendre la résolution de cette enquête. Enfin, entre les grèves minières et les secrets d'alcôves, les lambris des puissantes loges franc-maçonnes et la fournaise des fonderies, Joe Hackney dérive, cherche une vérité qui semble se balader entre les bas-fonds de la grise capitale et les salons chics de la haute société. Serial killer, machination ou règlements de comptes sanglants ? Gilles Bornais nous mène avec virtuosité dans les rues sales et bruineuses du Glasgow de 1889 et dresse un mortrait grinçant de la société écossaise.