Le chien noir
196 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Le chien noir

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
196 pages
Français

Description

A Fu'nda, dans la cour du chef Fô Tchin Maane, les sujets sont réunis autour d'un chien noir pour passer à la "Confession publique". Cette opération de délation servira de caution à une chasse à l'homme. Ce roman historique remet au goût du jour le débat sur le quasi-génocide perpétré en pays bamiléké au lendemain de l'indépendance de 1960. Véritable piège grossier, la "Confession" fut la voie pensée du crime politique étendu à toute une région, à tout un groupe ethnique.

Découvrez toute la collection Harmattan Cameroun !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2013
Nombre de lectures 12
EAN13 9782296537538
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0104€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

18,50ISBN : 978-2-343-00599-7
Gilbert DOHO
LE CHIEN NOIR
La Confession publique au Cameroun
Dialoguepostcolonial
LECHIEN NOIR
La Confession publique au Cameroun
Dialogue postcolonial Collection dirigée par Gilbert Doho
« Dialogue postcolonial » a pour ambition de servir comme espace du déploiement d’un discours postcolonial émanant aussi bien de l’élite indocile que du peuple frondeur d’en haut. Cette collection donne à voir à la présente génération aussi bien les affres du colonialisme que les refus de l’objectivation. Elle participe du refus de l’enfermement, et rejette donc l’isolement de l’Afrique par rapport aux Amériques, du Nord par rapport au Sud, de l’ex-colonisateur par rapport à l’ex-colonisé. « Dialogue postcolonial » est une collection qui croit que c’est de la confrontation que jaillit l’illumination. On est soi quand on se mesure à l’autre. C’est donc la jonction entre ce qui se fait sur le continent et ce qui se fait ailleurs ; entre les intellectuels du continent et de la diaspora. C’est le lieu du dialogue entre l’ici et l’ailleurs, entre l’Afrique du continent et l’Afrique de la diaspora.
Gilbert Doho
LECHIEN NOIR
La Confession publique au Cameroun
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00599-7 EAN : 9782343005997
Pourmes geniteurs Douni Fotoula et Martine Maffokou Pourtous les Fiigwong et maquisards de circonstance
SOMMAIRE
Chapitre 1 - Enfant soldat !.....................................................9 Chapitre 2 - Sodja Tsekie. ....................................................15 Chapitre 3 - Mantro ..............................................................25 Chapitre 4 - La Confession Publique....................................37 Chapitre 5 - Seita contre Damagnac. ....................................51 Chapitre 6 - Tooplaba ...........................................................67 Chapitre 7 - Tsu’u Meeli! .....................................................85 Chapitre 8 - L’incendie du quartier Congo...........................93 Chapitre 9 - La Nuit de Nlohé ..............................................99 Chapitre 10 - L’Evêque de tonnerre ...................................103 Chapitre 11 - Le ‘Chien noir’ .............................................109 Chapitre 12 - Le serpent sous le lit .....................................123 Chapitre 13 - Muu Ha Tcho be Ngwet ...............................131 Chapitre 14 - Le deuil de Fô Tcholak. ................................141 Chapitre 15 - Les complaintes de Djoku’i ! .......................155 Chapitre 16 - La balançoire ................................................165 Chapitre 17 - Le bac de crottins, têtes qui fument, sexes pendus et autres…............................................169 Chapitre 18 - Fiigwong.......................................................173
Chapitre 1 Enfant soldat !
« Moi aussi, j’ai été enfant soldat ! » laissa éclater Kwetse dans un cri intérieur. Et quand je dis soldat, je ne parle pas de ces avortons qui peuplent les best-sellers, ces nombreux ouvrages à sensation qui parcourent la diaspora d’aujourd’hui. Vrai de vrai, j’étais enfant soldat !
Je venais d’échapper à l’escadron de la mort dans mon Kamerun natal. Depuis que Frances Cook, la courageuse ambassadrice des Etats-Unis nous avait sortisin extremisdu chaudron, je négociai non sans une révolte, mon trait d’union. Je dis bien nous, pour dire parlementaires, indociles citoyens, vendeurs à la sauvette,benskineurs, buyam-sellam, paysans de Kolofata ; bref, tous ceux qui avaient donné et continuaient à donner des nuits blanches à notre tyranneau de président. Maintenant refugié politique au pays de l’Oncle Sam, je devais chaque année subir le froid mordant et me prêter aux séances insupportables de psychanalyse que me demandaient mes hôtes. Vrai de Dieu, je vous dis : quand on est traqué par la mort au bout du napalm comme des balles, quand on a le ventre creux, on est prêt à tout! Pour une bouchée de pain, je dois conter mes « Personal experiences » pour instruire mes auditeurs, friands mendiants d’histoires aussi bien personnelles
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents