//img.uscri.be/pth/4ef1e9c8eca682d3b78a49aa4d13fd5a0a00ec7c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le lion et son ombre

De
288 pages

Dans ce roman d’apprentissage, Isherwood raconte « l’éducation d’un écrivain » - la sienne. Dès le début des années 1920, à la public school, puis dans un college de Cambridge d’où il se fait renvoyer délibérément, il s’essaie à la littérature. Expérimentant tous les genres, du gothique au surréalisme avant la lettre, il se frotte à la bohème londonienne, côtoie Stephen Spender, le peintre Lichtenberg et le musicien André Mangeot, puis, après avoir essayé de se ranger en commençant des études de médecine, s’en va à Berlin rejoindre le turbulent Auden et son gourou du moment. Dans un style très vivant, plein d'humour et d'autodérision, Isherwood relate nombre d'anecdotes sur sa jeunesse et ses désarrois d'un adolescent. Doué d’une sensibilité à fleur de peau, il brosse une savoureuse galerie de portraits souvent mordants, mais il n’est jamais plus cruel qu’avec lui-même et son irrépressible vocation littéraire.

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Dans ce roman d’apprentissage, Isherwood raconte « l’éducation d’un écrivain » - la sienne. Dès le début des années 1920, à la public school, puis dans un college de Cambridge d’où il se fait renvoyer délibérément, il s’essaie à la littérature. Expérimentant tous les genres, du gothique au surréalisme avant la lettre, il se frotte à la bohème londonienne, côtoie Stephen Spender, le peintre Lichtenberg et le musicien André Mangeot, puis, après avoir essayé de se ranger en commençant des études de médecine, s’en va à Berlin rejoindre le turbulent Auden et son gourou du moment. Dans un style très vivant, plein d'humour et d'autodérision, Isherwood relate nombre d'anecdotes sur sa jeunesse et ses désarrois d'un adolescent. Doué d’une sensibilité à fleur de peau, il brosse une savoureuse galerie de portraits souvent mordants, mais il n’est jamais plus cruel qu’avec lui-même et son irrépressible vocation littéraire.