Le malheur de vivre

-

Français
177 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre est-il un de ces romans à l'eau de rose voués à "faire pleurer Margot dans les chaumières " des divers quartiers de notre village "planétaire" ? Si vous voulez en avoir le coeur net, sachez d'emblée que, dès la première page entamée, vous serez pris au piège et ne refermerez le livre qu'après avoir assisté à la déchéance de Sakina Bâ, version contemporaine de l'éternelle "Vénus, tout entière à sa proie attachée". Cheikh Hamidou Kane

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2014
Nombre de lectures 553
EAN13 9782336345352
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Ndèye Fatou Kane Le malheur deRovmianvre
Le malheur de vivre Préface de Cheikh Hamidou Kane
Le malheur de vivre roman
Ndèye Fatou KANE Le malheur de vivre roman
© L'HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 9782336304892 EAN : 9782336304892
À deux hommes d’exception : Mamadou Tidiane Kane qui est bien plus qu’un père, un accompagnateur et un interlocuteur de tous les instants. La fierté et l’émotion qu’il ressentira en parcourant cet ouvrage suffisent à mon bonheur. Cheikh Hamidou Kaneest un modèle, une qui référence dans le domaine de la culture et de l’écriture plus particulièrement, un garant de la tradition africaine et hal pulaar par excellence. Il incarne éminemment des valeurs qui me sont chères et constituent mon viatique, celui de la tradition et de l’ouverture.
7
Préface
Le titre de ce premier livre de Ndèye Fatou KANE annoncetil un de ces romans à l’eau de rose, voués à « faire pleurer Margot » dans les chaumières des divers quartiers de notre « village planétaire » ? Si vous voulez en avoir le cœur net, sachez d’emblée que, dès la première page entamée, vous serez pris au piège et ne refermerez le livre qu’après avoir assisté à la déchéance de Sakina Bâ, version contemporaine de l’éternelle « Vénus, tout entière à sa proie attachée ». Ce qui vous capturera, c’est d’abord l’écriture, efficace, dépouillée, limpide, élégante, qui vous décri ra, étape après étape, le destin de cette jeune fille si belle, si brillante, et si obstinément naïve. Dans le cas où, comme ellemême et comme moi, vous vous trouvez appartenir à l’attachante communauté des Peulh hal pulaar, vous revivrez avec l’héroïne et sa famille, à Paris, à Dakar et au Fouta, la vigueur, la prégnance et la force salvatrice des valeurs qui la sustentent et la protègent au Fouta, à Dakar, et à Paris. Amadou et Mariam, les parents de Sakina n’ont pas été à l’école française, ont émigré d’un Fouta fragilisé par la sécheresse et la pauvreté, vers « Paris – la France » où ils ont trimé, sont tombés et se sont rele vés, sans jamais jeter pardessus bord ni les solides liens de la parentèle africaine, ni leur profonde et chaleureuse foi islamique noire. Il n’est que de voir
9