Le messager

-

Livres
92 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cheick est un petit citadin qui part en vacances.Il découvre pour la première fois son village. La curiosité le conduit dans une grotte où il espère retrouver les traces de Samory, une des plus grandes figures de la résistance à la colonisation. Cheick fait des rencontres inattendues. Au sortir de la grotte, il est chargé d’un message à l’adresse des êtres humains.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2018
Nombre de visites sur la page 22
EAN13 9782369970491
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,04 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Le Messager
CAMARA Nangala
Le Messager
Africa Reflets Éditions 01 BP 3648 Abidjan 01 E-mail : areflets.editions@gmail.com
Maquette :ARE / KOUASSI K. Marc Mise en page :ARE / OUATTARA Awa / KOUASSI K. Marc Suivi éditorial :OZÉ G. Roger Couverture & illustrations :ARE / TCHORNA Yéo
e © Africa Reflets Éditions, 4 trimestre 2018 ISBN : 978-2-36997-049-1
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Dumeauteur Romans (adultes) La ronde des hyènes L’autre versant La Nouvelle Conscience Dévoilement Le printemps de la liberté Tourbillon Procès dans les entrailles de la terre
Romans (Jeunesse CAMARA Nangala) La poupée Le trio de choc Les filles au grand cœur Vacances mouvementées Princesse Èbla Le Messager La dernière chance Le médaillon magique Don du ciel La Belle au sac en croco
Recueils de nouvelles Histoire de fous Symphonies de l’enfer Révélation
Recueils de poésie Mélancolie Monotonie Chants incantatoires Amarres rompues
La fièvre du départ
Les grandes vacances s’annoncent. Le temps d’un repos bien mérité est venu, après de si longs mois de dur labeur. Papa fait des projets depuis plusieurs semaines. Il est de plus en plus question d’un voyage au village. Papa estime, en effet, qu’un séjour à Waninou ne ferait de mal à personne d’autant plus que la situation sociale à Abidjan se dégrade. Ce voyage permettra, bien au contraire, aux enfants de changer d’air, assure-t-il. Voir autre chose renouvellera, sans aucun doute, leurs idées. Ils n’ont eu d’horizon, à ce jour, que les maisons à étages de la ville. Il est vrai qu’ils ont participé à des colonies de vacances, mais papa pense qu’il faut aller plus loin. Il souhaite que les enfants soient davantage dépaysés, afin de donner aux
7
vacances leur vrai sens. Voir les mêmes rues et les mêmes bâtiments, des mois ou des années durant, est abrutissant, affirme papa. Pour s’épanouir, il faut changer d’environnement, sortir du train-train quotidien. Tante Massandjé, la sœur cadette de papa, est justement arrivée la semaine dernière de Waninou. C’est une habituée de la maison. Elle rend visite à son frère plusieurs fois dans l’année. Qu’est-ce qu’elle est volubile ! Elle parle, elle parle, elle parle encore, de tout et de rien. Elle s’interrompt tout juste le temps de reprendre haleine. Elle boit, coup sur coup, deux gobelets d’eau glacée et ça repart de plus belle ! Elle soutient qu’avec un verre, elle n’arrive jamais à étancher sa soif. Pour qu’elle sente véritablement qu’elle se désaltère, il lui faut son bon vieux gobelet en émail qui ne la quitte sous aucun prétexte, même quand elle est en voyage ! Tante Massandjé est décidément intarissable ! Il ressort de ses longs et nombreux commentaires que l’aïeule, la grand-mère de papa, réclame les enfants. Il paraît que La Doyenne, comme tout le monde l’appelle avec respect et affection, insiste pour voir ses arrière-petits-enfants avant de s’en
8
aller rejoindre ceux qui l’ont précédée là-bas, au royaume des morts. Tante Massandjé affirme que l’aïeule en voudrait vraiment à papa, s’il ne mettait pas tout en œuvre pour respecter sa dernière volonté. Cheick est émerveillé d’entendre tante Massandjé parler de Waninou. Il est encore plus captivé, lorsque papa égrène ses souvenirs d’enfance. Il faut reconnaître qu’il n’a pas été un modèle d’enfant sage ! Imaginez un polisson qui se baignait dans la grande rivière, à l’insu de ses parents. Il se retirait souvent dans les profondeurs de la savane pour s’adonner à des jeux dangereux. Il passait une partie de son temps à provoquer les bouviers. C’était la belle époque ! Comme aime à le dire papa avec une telle flamme de nostalgie dans les yeux que j’en étais ému. L’esprit de Cheick bouillonne, en pareille circonstance, d’images. Il se voit courant au cœur de la savane. Qu’est-ce qu’il aurait aimé connaître l’époque de papa ! Pour sûr, la savane, c’est la liberté sans frontières. Pas d’immeubles qui bouchent le champ de vision, pas de rues étroites et encom-brées par des montagnes d’ordures. Pas de files interminables de voitures qui vrombissent, klaxonnent
9