Le pirate du Saint-Laurent

-

Livres
10 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pierre Morlaix est cocher à Montréal, ou plutôt "charretier", comme on nomme cette profession à l'époque au Canada. Il conduit un mystérieux personnage au faubourg Québec, non loin d'une pauvre cahute en bois, où un terrible drame va se jouer.


Second épisode du "Pirate du Saint-Laurent", il nous emmène à travers les rues du Montréal du XIXe siècle.


Extrait : " A cet instant un nouvel individu se présenta sur le seuil de l'appartement. Il était affublé de haillons adipeux : un chapeau râpé, sans forme, une sorte de houppelande, percée aux coudes, déchiquetée à l'extrémité des manches, sevrée de boutons, serrée à la taille par des lambeaux d'écharpe en laine, un pantalon de droguet troué aux genoux, et des mocassins déchirés. Si l'enveloppe de ce personnage était peu attrayante, sa physionomie l'était encore moins. Il n'était guère possible d'imaginer visage plus hideusement laid. "

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 janvier 2016
Nombre de visites sur la page 4
EAN13 9782373940121
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
img

 

AmériqueFrancophone

La collection “Amérique Francophone” est une fenêtre sur la littérature en langue française du Nouveau-Monde. Elle propose les œuvres maîtresses des auteurs essentiels. Trop peu connues sur le Vieux Continent, elles nous offrent un autre visage de l’Amérique.

 

 

Henri-Émile Chevalier

Né à Châtillon-sur-Seine, en Bourgogne, le 13 septembre 1828, Henri-Émile Chevalier exerce le métier de soldat avant de devenir journaliste. Il quitte la France, après avoir été emprisonné pour un de ses articles. Il se rend à New York en 1852, travaille quelques mois au Courrier des États-Unis et arrive à Montréal vers 1853. Rédacteur en chef de la Ruche littéraire et illustrée, il achète ce périodique et y publie des romans à caractère historique. En 1860, il quitte le Canada pour rentrer en France, où il collabore à des journaux et publie plusieurs romans d'inspiration nord-américaine. Il meurt à Paris le 25 août 1879.

 

Avant-propos

 

Arrivé au Canada suite à l’exil que Napoléon III impose à ses opposants républicains, Henri-Émile Chevalier rachète un périodique dans lequel il écrira des romans-feuilletons dont l’intrigue se situe au Canada. Nous rééditons « le Pirate du Saint-Laurent » sous forme d’épisodes, renouant ainsi avec sa publication d’origine. Ce texte, fertile en événements et en rebondissements, nous offre également une description de Montréal au XIXe siècle.

 

 

 

Henri-Émile Chevalier

 

Le Pirate du Saint-Laurent

Le Charretier

 

 

Édition d’origine : Le Pirate du St. Laurent, John Lovell, Montréal, 1859

Collection “Amérique Francophone”

Caillon Dorriotz - 2016

ISBN : 978-2-37394-012-1

 

Illustration de couverture : View of Beaver Hall Hill, with Craig Street in the foreground, Robert Lisle, Library and Archives Canada, vers 1851.

 

Résumé

 

Charles, fils d’un armateur marseillais, échappe à la mort lors de l’attaque de son navire par des pirates au large du Canada. Échoué sur le continent, il refait sa vie à Montréal où il se marie. Malheureusement, sa femme meurt en couche. Ne pouvant surmonter son chagrin, Charles rejoint sa compagne dans la tombe et laisse leur petite fille orpheline.