Le postmodernisme littéraire et sa pratique chez les romanciers francophones en Afrique noire

Le postmodernisme littéraire et sa pratique chez les romanciers francophones en Afrique noire

-

Français
482 pages

Description

A partir d'un corpus de quatorze romans d'Afrique noire, il s'agit d'étudier des romanciers de la nouvelle génération, de la génération postcoloniale, de la génération post-indépendance, de la génération des années 1970 à 2004. C'est-à-dire une génération d'écrivains qui ont étudié dans les universités, qui ont appris des théories littéraires, qui ont lu de grands auteurs, qui cherchent des voies d'une écriture nouvelle moderne, originale, pouvant être appréciée ici ou ailleurs.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 octobre 2017
Nombre de lectures 20
EAN13 9782140048616
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Adama COULIBALY
Le postmodernisme littéraire et sa pratique chez les romanciers francophones en Afrique noire
francophones en Afrique noire
Le postmodernisme littéraire et sa pratique chez les romanciers francophones en Afrique noire
Critiques littéraires Collection fondée par Maguy Albet Dernières parutions France GRENAUDIER-KLIJN,La part du féminin dans l'oeuvre de Patrick Modiano, Fonctions et attributs des personnages féminins modianiens,2017. Christian AHIHOU,Ken Bugul. Glissement et fonctionnements du langage littéraire, 2017. Chebila SOUISSI, L’énonciation polyphonique dans l’Histoire Comique de Francionde Sorel etLe Roman comiquede Scarron, 2017. Dolores TOMA et Diana SAMARINEANU,Andreï Makine, hétérotopie, hétérochronies, 2017. Philippe ABELIN,Les nœuds romanesques chez Stendhal. Empathie et manipulation, 2017. Hémery-Hervais SIMA EYI,Sociocritique du roman gabonais, De la méthode à l’analyse du texte,2016. Jihad BAHSOUN,L’islam dans les littératures francophones du Maghreb, du Proche-Orient et du Moyen-Orient.Essais de réinterprétation, 2016.Dorothée CATOEN-COOCHE,Pierre Jean Jouve. Transtextualité biblique et religion dans l’œuvre romanesque, 2016.Alléby Serge Pacome MAMBO, Expériences du monde sensible dans la littérature. Description et procès de signification chez Claude Simon et Emmanuel Dongala, 2016. Ya WEN,Baudelaire et la nouvelle poésie chinoise, 2016. Christopher CAVALLO,Hervé Guibert : Formes du fantasme, 2016. Audrey OGES,Violences coloniales et écriture de la transgression : Étude des œuvres de Déwé Görödé et Chantal Spitz, 2016. Jihad BAHSOUN,Réécriture et création dansLa Migration des cœurs de Maryse Condé, 2016. Khadija KHALIFE,Les autobiographies de Julien Green et de Michel Leiris. Approches thématique et générique,2015. Isabelle CHOL et Wafa GHORBEL,L’hétérogène dans les littératures de langue française, 2015. Amadou OUEDRAOGO,L’imaginaire dans l’esthétique romanesque de Jean-Marie Adiaffi, Une lecture de La carte d’identité, 2015. Irene IVANTCHEVA-MERJANSKA,Écrire dans la langue de l’autre. Assia Djebar et Julia Kristeva, 2015. Magali RENOUF,Surréalisme africain et surréalisme français, 2015. Hideki YOSHIZAWA,Pierre Drieu la Rochelle. Genèse de sa « voix » littéraire (1918-1927), 2015.
Adama COULIBALY
Le postmodernisme littéraire et sa pratique chez les romanciers francophones en Afrique noire
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN :978-2-343-12050-8EAN :9782343120508
Avertissement Certains chapitres de cet ouvrage ont paru sous forme d’articles dans des revues ou les volumes suivants. - « Identité métisse, mémoire et fictions chez Henri Lopes »,Mémoires et identités dans les littératures francophones, Paris, L’Harmattan, 2008,pp.33-43, (Dir. Dahouda Kanaté et Selom K. Gbanou) - «Allah n’est pas obligéou la parole injurieuse », Hommage à Kourouma, Undonsomanapour Ahmadou Kourouma,NEF,Nouvelles Écritures francophones, Lafayette, Vol.22, n°.2, 2007,pp.11-24- « Métafiction historiographique ou le discours postmoderne dePeulsde Tierno Monénembo »,Interculturel francophonies, nº 9, Juin-juillet : « Tierno Monénembo », Textes réunis et présentés par Jacques Chevrier, Lecce (Italie), Alliance Française, 2006, pp.169-181 - « Discours de la sexualité et postmodernisme littéraire africain », : Revue Présence francophone,Revue internationale de langue et de Littérature,Sherbrooke, Québec, nº 65, 2005, pp. 212-231
5
Sommaire Introduction générale..........................9................................................................. PARTIE IDu postmodernisme au roman postmoderne : historique, problématique et enjeux d’une écriture excentrique
Chapitre 1- Archéologie et aventure du mot .............................................................. 31
Chapitre 2- Du poststructuralisme au postmodernisme........................................... 49
Chapitre 3- Cartographie du postmodernisme littéraire ........................................... 69
Chapitre 4- Critériologie du roman postmoderne...................................................... 99
Chapitre 5- Appareillage conceptuel et querelles avec le postcolonial ..................................................................................................... 139
PARTIE IIÉcriture postmoderne de dynamitage des categories narratives dans le roman d’afrique noire
Chapitre 6- Vers une déchronologisation postmoderne des récits ......................... 157
Chapitre 7- Vers une écriture postmoderne de la dé-spatialisation ....................... 175
Chapitre 9- Métafiction historiographique des récits : L’exemple de Peuls .......... 205
Chapitre 9- Des procédés postmodernes de deconstruction des personnages .... 219
Chapitre 10 – Metatextualité postmoderne : de la "decentralité" à la centralité du griot.................................................................................................. 251
Chapitre 11- L’autoreprésentation "postmoderne" chez Henri Lopes ........................................................................................................ 269
PARTIE IIILe roman africain postmoderne : une écriture de la liminalité et du decloisonnement générique
Chapitre 12- Intertextualité postmoderne : une écriture fragmentaire et hybride 303
Chapitre 13- Intergenericité et esthétique postmoderne du foisonnement typologique dans le roman africain : jeux et récits..................... 329
Chapitre 14- Le Postmodernisme au féminin dans le roman africain................................................................................................. 341
7
Chapitre 15- Vers Postmodernisme littéraire de la réévaluation du statut du mot dans le roman africain................................................................................................. 393 Conclusion générale35..............4...................................................................................................... Index des critiques.............................................................................434........................................
Bibliographie..............................................................................................................................449
8
Introduction générale La critique s’accorde à dire que la trajectoire du roman africain a fondamentalement changé au lendemain des indépendances aussi bien par un renouvellement de la thématique que par la technicité de l’écriture.Un autre virage est amorcé à la fin des années 70 notamment en 1979 avec la publication d’œuvres de facture plus ambiguë, plus provocatrice avec un embrayage plus marqué sur l’écriture du grotesque, de l’excès. Le constat est que même si la critique du pouvoir – amorcée par les générations précédentes – y est présente, le discours téléologique s’estompe. Des écrivains comme « Labou Tansi, Mudimbé, Fantouré, Monénembo, Lopes, Adiaffi […] s’essaient 1 plus à peindre le chaos politique qu’à proposer des valeurs de remplacements. » À une écriture à fonction prométhéenne, héritée à la fois de la vision d’un art africain utilitaire et des séquelles du discours existentialiste et de l’engagement, se substitue un style de plus en plus subjectif où « l’essentiel du texte romanesque se trouve dans le langage, dans le jeu de mots caractérisé par 2 une violence inouïe. » Articulant le constat du changement autour de deux œuvres (La vie et DemieetLes crapauds-brousse), Daniel-Henri Pageaux estime que tout se passe comme si « l’histoire s’est accélérée, les Indépendances ont engendré des monstres, des 3 monstres cruels. » Sur un axe chronologique, si l’on peut penser à une autonomisation de l’écriture romanesque, la question du dire révèlerait bien la possibilité de l’ébauche d’une nouvelle poétique dont on peut tenter de s’interroger sur les limites. Dans la tentative de caractérisation des bouleversements, un syntagme comme « Nouveaux Romans » africains loge le roman au cœur d’une ambiguïté terminologique qui ne permet pas de saisir la spécificité du roman africain en mutation. Or, à bien des égards, il apparaît que certaines distances entre le roman africain et le Nouveau Roman reposent sur des enjeux épistémologiques. 4 Les vérités profondes de ces « nouvelles écritures africaines » sont ce que Isaac Bazié et Justin Bisanswa, dans la présentation du numéro 63 dePrésence
1 Josias Semujanga, « La littérature africaine des années quatre-vingt : Les tendances nouvelles du roman »,Présence francophone,nº41, 1992, p. 45.2 Idem, p. 46. 3 Daniel-Henri Pageaux, « Entre le renouveau et la modernité »,Notre Librairie, nº 78, Paris, Janv-mars 1985, p. 32. 4 Sewanou Dabla,Nouvelles écritures africaines, romanciers de la deuxième génération, Paris,L’Harmattan, 1986, 256 p. Cet ouvrage est devenu comme l’œuvre critique fondatrice de ces nouvelles écritures.
9