Le Rêve le plus doux

Le Rêve le plus doux

-

Livres
489 pages

Description

L’histoire de la famille Lennox couvre la majeure partie du XXe siècle en prenant pour pivot les années 60, décennie contradictoire et riche en affrontements. Les jeunes de cette époque, qui brisent les vieilles chaînes et revendiquent la liberté, sont-ils des idéalistes romantiques ou une génération meurtrie ? Pour Julia, la doyenne du clan, il n’y a pas d’hésitation : « On ne peut pas subir deux horribles guerres et dire : “Ça y est ! Maintenant tout va rentrer dans l’ordre.” Ils sont paumés nos enfants, ce sont les enfants de la guerre. »
Femmes hors du commun, Julia et Frances se battent pour « les gamins » et culbutent tous les obstacles, le pire étant peut-être le camarade Johnny pour qui « la Révolution passe avant tout ». Splendeurs et misères des idéologies, violences domestiques ou symboliques, étudiants contestataires ou enfants déboussolés : ce roman reflète notre histoire récente à la manière d’un miroir à facettes. Un témoignage exceptionnel sur l’engagement personnel d’un des plus grands écrivains vivants de notre temps.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 juin 2014
Nombre de lectures 11
EAN13 9782081252295
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LERÊVELEPLUSDOUX
DU MÊME AUTEUR
Mara et Dann, Flammarion, 2001 Le Monde de Ben, Flammarion, 2000 La Marche dans l’ombre, Albin Michel, 1998 La Cité promise, Albin Michel, 1997 L’Amour, encore, Albin Michel, 1996 Rires d’Afrique, Albin Michel, 1996 Vaincue par la brousse, 10/18, 1995 Dans ma peau, Albin Michel, 1995 Rires d’Afrique, Albin Michel, 1993 Notre amie Judith, Albin Michel, 1993 L’Habitude d’aimer, Albin Michel, 1992 Le Cinquième Enfant, Albin Michel, 1990 Descente aux enfers, Albin Michel, 1988 La Madone noire, Albin Michel, 1988 Le vent emporte nos paroles..., Albin Michel, 1987 La Terroriste, Albin Michel, 1996 Si vieillesse pouvait, Albin Michel, 1985 Journal d’une voisine, Albin Michel, 1984 Les Chats en particulier, Albin Michel, 1984 Mariage entre les zones 3, 4 et 5, Seuil, 1983 LÉcholointaindelorage, Albin Michel, 1983 Mémoires d’une survivante, Albin Michel, 1982 LÉtéavantlanuit, Albin Michel, 1981 Shikasta, Seuil, 1982 Un homme et deux femmes, 10/18, 1981 Nouvelles africaines, Albin Michel, 1980 Les enfants de la violence, Albin Michel, 1978 Le Carnet d’or, Albin Michel, 1976
Doris LESSING
LERÊVELEPLUSDOUX
Roman traduit de l’anglais (GrandeBretagne) par Isabelle D. Philippe
Flammarion
w w w.centrenationaldulivre.fr Titre original :The Sweetest Dream Éditeuroriginal:HarperCollinsPublishersLtd Doris Lessing, 2001 Pour la traduction française : Flammarion, 2004 ISBN : 9782081349391
Note de l’auteur
Je ne livre pas le troisième volume de mon autobiographie parce que je risquerais de blesser des êtres vulnérables. Ce qui ne veut pas dire que j’aie romancé ce qui relève de l’autobiographique. Dans cet ouvrage, il n’existe pas de parallèles avec des personnes réelles, à une exception près, un personnage très mineur. J’espère avoir réussi à restituer, en particulier, l’esprit des années soixante, époque contrastée, qui, avec le recul, et par comparaison avec ce qui a suivi, paraît incroyablement innocente. Elle n’avait, en effet, pas grandchose du mauvais goût des années soixantedix, ou de la froide cupidité des années quatrevingt. Certains événements décrits comme ayant eu lieu à la fin des années soixantedix et au début des années quatrevingt se sont produits, en réalité, une décennie plus tard. La Campagne pour le désarmement nucléaire dénonçait le gouvernement pour n’avoir rien tenté afin de préserver la population des effets d’une attaque ou d’un accident nucléaire, voire de possibles retombées radio actives, alors que la protection de ses citoyens est indubitablement la première responsabilité de tout gouvernement. Ceux qui pen saient que la population devait être protégée étaient traités en enne mis, accablés d’injures, « fascistes » étant le minimum, parfois même agressés physiquement. Menaces de mort, substances déplaisantes glissées dans les boîtes aux lettres... Toute la gamme des méthodes d’intimidation des voyous. Jamais il n’y eut cam pagne plus hystérique, plus tapageuse et irrationnelle. Les étu diants en dynamique des mouvements de masse trouveront tout cela dans les archives de presse. J’ai reçu d’eux bien des lettres, du style : « Mais c’était fou ! De quoi s’agissaitil exactement ? »
Et il en est qui partent, jadis des enfants affectueux.