//img.uscri.be/pth/eb9d18472d46796a5d5872c960eb9dca521f9311
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Le tapis du salon 2

De

Véritable orfèvre de l'écriture, Annie Saumont scrute notre quotidien, s'attache aux situations qui dérapent, aux manifestations de trouble, jusque dans le langage, miroir de tous les dérèglements affectifs et sociaux. Partant d'un fait divers ou d'une anecdote, elle croque ses antihéros au moment où leur vie bascule. Chacune de ses nouvelles est comme un détail d'un même tableau, formant une peinture de société sombre, implacable et poignante. Du très grand art !
Avec déjà plus de trois cents nouvelles et trente recueils couronnées par les prix les plus prestigieux, Annie Saumont est un cas unique dans les lettres françaises. Souvent comparée à Raymond Carver, elle a entièrement consacré son oeuvre à la nouvelle. Et comme en témoigne la critique littéraire - qui ne cesse de l'encenser, année après année, et de voir en elle la plus talentueuse des nouvellistes de langue française -, Annie Saumont est toujours aussi moderne.







Quelquefois dans les cérémonies a reçu le prix Goncourt de la nouvelle.

Je suis pas un camion a reçu le grand prix de la nouvelle de la Société des gens de lettres.

Les voilà quel bonheur a reçu le prix Renaissance de la nouvelle.

Un soir, à la maison a reçu le prix de l'Académie française.



Voir plus Voir moins
couverture

DU MÊME AUTEUR

Enseigne pour une école de monstres, Gallimard, 1977.

Dieu regarde et se tait, Gallimard, 1979.

Quelquefois dans les cérémonies, Gallimard, 1981 – Goncourt de la nouvelle 1981.

Si on les tuait ?, Luneau-Ascot, 1984 ; Julliard, 1994, 2004.

Il n’y a pas de musique des sphères, Luneau-Ascot, 1985.

La terre est à nous, Ramsay, 1987 – Prix de la nouvelle de la Ville du Mans ; Gallimard, 1999 ; Julliard, 2009.

Je suis pas un camion, Seghers, 1989 – Grand prix de la nouvelle de la Société des gens de lettres ; Julliard, 1996 ; Pocket, 2000.

Moi les enfants j’aime pas tellement, Syros-Alternatives, 1990 ; Julliard, 2001 ; Pocket, 2003.

Le pont, la rivière, Anne-Marie Métailié, 1990.

Quelque chose de la vie, Seghers, 1991 ; Julliard, 2000 – Prix Nova 1991 pour l’ensemble des recueils de nouvelles.

Les voilà quel bonheur, Julliard, 1993 – Prix Renaissance de la nouvelle, 1994 ; Pocket, 1996, 2004.

Après, Julliard, 1996 ; Pocket, 1998.

Embrassons-nous, Julliard, 1998 ; Pocket, 1999.

Noir, comme d’habitude, Julliard, 2000 ; Pocket, 2002.

C’est rien ça va passer, Julliard, 2001 – Prix des éditeurs ; Pocket, 2002.

Les derniers jours heureux, Joëlle Losfeld, 2002.

Le lait est un liquide blanc, Julliard, 1995, 2002 ; Pocket, 2005.

Les blés, Joëlle Losfeld, 2003.

Un soir, à la maison, Julliard, 2003 – Prix de l’Académie française. Prix du Scribe, 2004 ; Pocket, 2009.