Les amours incurables

-

Livres
88 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Elle s’arrêta donc devant la porte des toilettes. Y accrocha son oreille gauche. Soufflement haletant. Des murmures féminins ou masculins ? Rien n’était sûr. Il fallait attendre. De cœur ferme. Là devant la porte. L’attention accrochée à la poignée. Encore dix minutes. Peut-être quinze. Les râlements reprirent de plus belle. Dessinant une courbe acoustique insaisissable. Derrière la porte, deux chairs s’offraient à une distraction inhabituelle…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2015
Nombre de visites sur la page 19
EAN13 9789991904672
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0190 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Les Amours Incurables
Sirénou rythmait ses pas au son des tambours  Les Frères Guèdèhounguè
Jean-Paul Tooh-Tooh
Les Amours Incurables
Nouvelles
ISBN : 978-99919-0-467-2 © Tamarin Photo de couverture : Tamarin Collection Sérénade
Liminaire
uteur déjà de productions dramati-A ques, poétiques et narratives, Jean-Paul Tooh-Tooh signe, avecLes amours incurables, cinq nouvelles symptomatiques de son ima-ginaire. Comme si l’amour était une maladie dont il était impossible de guérir, une« passion malheureuse »(titre d’une de ses pièces de théâ-tre), ses narrateurs et personnages en déroulent souvent tout le tragique. Malgré les délices du verbe, le sensationnel même des histoires, on ne peut manquer d’être sensible aux délires de l’amour, à la grammaire éhontée du sexe, à la logique implacable qui constituent le fond des aventures, dans lesquelles grouille la satire sociale, politique, religieuse : c’est ce qui faisait le piquant des morceaux qui formentLes ser-veuses de fantasmesetIl faut battre l’amour quand il est fou.
7
Jean-Paul Tooh-Tooh
Et dans ce recueil, le jeune auteur mobilise à nouveaux ressorts l’ensemble de cet arsenal. Que veut bien nous dire, que veut vraiment nous apprendre la littérature sur notre exis-tence, sur nous-mêmes que la vie ne nous inige quotidiennement ? Tzvetan Todorov signale qu’il importe« qu’elle élimine les bons sen-timents et nous révèle l’horreur déInitive de la vie, sans quoi elle risque d’apparaître comme insupportablement 1 niaise » .Tooh-Tooh refuse de faire de la mau-vaise littérature, celle de la bonne conscience qui veut à tout prix être tranquille. Il se déso-lidarise de la naïveté débonnaire des « bons sentiments », ce qui l’oblige à dévoiler l’horreur de la vie en évitant les compromissions esthé-tiques qui ne mènent jamais loin et ne font pas un artiste, celui qui doit pouvoir déranger, creuser l’abcès des avilissements et mettre le doigt dans la plaie sociale. Les nouvelles ici réunies– c’est l’habitude de ce créateur – s’inscrivent dans ce lieu grave de la vérité de l’art. Si la littérature ne peut remplacer la vie, il faut d’ailleurs s’en réjouir,
1 T. Todorov,La littérature en péril, Paris, Flammarion, 2007, p. 68.
8