//img.uscri.be/pth/c08e37e7ce2ad15bea5a5699449f3b9be45d7096
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Les cendres d'Arsinoé

De
236 pages

En 204 avant JC, à Alexandrie, les conseillers du pharaon Ptolémée Philopatôr sont prêts à tout pour s'emparer du pouvoir, quitte à commettre les pires sacrilèges.

600 ans plus tard, un meurtre est commis au sein du Musée, temple de la connaissance d'Alexandrie. Hypatie, jeune philosophe grecque, va mener une enquête périlleuse en compagnie de son père, le mathématicien Théon, dans une période troublée par la montée du fanatisme religieux et de l'intolérance. Ensemble, ils vont faire ressurgir les mystères du passé.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

© Le Lamantin, 2009 pour l'édition papier
© Le Lamantin, 2015 pour la version numérique
Roman
Olivier Gaudefroy
Terre inconnue de Fabrice Guillet
L'après 14 juillet de Fabrice Guillet
Le dernier debout de Marc Zuber
Basse tension de Jérémy Bouquin
Les lois de la cité de Fabrice Guillet
La collection polar du Lamantin est aussi disponible en version imprimée !
Liste des principaux personnages Avant-Propos I Alexandrie, 7 juillet 204 av. JC II Alexandrie, 21 juin 391 apr. JC III Alexandrie, 20 juillet 204 av. JC IV Désert de Nitrie, 27 juin 391 apr. JC V Alexandrie, 23 juillet 204 av. JC VI Alexandrie, 30 juin 391 apr. JC VII Alexandrie, 24 - 25 juillet 204 avant JC VIII Alexandrie, 1er juillet 391 apr. JC IX Alexandrie, 27 juillet 204 av. JC X Alexandrie, 2 juillet 391 apr. JC XI Alexandrie, 30 juillet 204 avant JC XII Alexandrie, 3 juillet 391 apr. JC XIII Alexandrie, 10 août 204 avant JC XIV Alexandrie, 5 juillet 391 apr. JC XV Alexandrie, 3 mai 189 avant JC XVI Alexandrie, 6 juillet 391 apr. JC XVII Alexandrie, 20 mai 180 av. JC XVIII Alexandrie, 10 juillet 391 apr. JC Épilogue. Désert de Nitrie et Alexandrie, 25 juillet 391 apr. JC Postface
À ma fille Romane
« Ce sont les évènements
qui commandent aux hommes
et non les hommes aux évènements. »
Hérodote
(par ordre alphabétique)
Période ptolémaïque :
Agathocléia : maîtresse de Ptolémée
Agathoclès : chef des armées, frère d’Agathocléia
Arsinoé Philopatôr : reine d’Égypte
Artémisios : officier de la garde royale, amant d’Arsinoé
Disithée : mathématicien aveugle du Musée
Elissa : esclave au service d’Arsinoé
Philammon : tenancier et proxénète à Canope
Ptolémée Épiphane : fils de Ptolémée et d’Arsinoé Philopatôr
Ptolémée Philopatôr : roi d’Égypte
Sosibios : conseiller du roi Ptolémée
Période romaine :
Galène de Carthage : membre d’une secte chrétienne gnostique
Hypatie : jeune philosophe et mathématicienne grecque
Léonius : responsable de la cohorte urbaine d’Alexandrie
Ménélas : aide-bibliothécaire au Musée d’Alexandrie
Nout : servante au service d’Hypatie
Sisoès : Père de la communauté des moines du désert de Nitrie
Synésios, Claudius et Valérius : élèves d’Hypatie
Théon : mathématicien et astronome, père d’Hypatie
Théophile : évêque d’Alexandrie
Varius Avitus : prêtre de Mithra, ancien élève de Théon
Lerécit pui va suivre est une enpuête pui se déveloPPe sur deux éPopues, à 600 ans d’écart,
dans la Prestigieuse cité du savoir antipue, Alexandrie.
La Première Période a Pour cadre l’an 204 avant J.C. Alexandrie était alors la caPitale de
l’ÉgyPte pui, dePuis la conpuête du Pays Par le Macédonien Alexandre le Grand en 332 avant
notre ère, était gouvernée Par des souverains hellénipues issus de la dynastie des tolémées.
En 204 avant J.C, le roi était tolémée IV, aPPelé à cette éPopue tolémée hiloPatôr, «qui
aime son père», marié à sa sœur-éPouse Arsinoé III ou Arsinoé hiloPatôr.
La deuxième Période se déroule en 391 de notre ère. ÉgyPte était Passée sous domination
romaine dePuis la victoire à la bataille d’Actium, en 31 avant J.C, d’Auguste sur le couPle
mythipue Antoine et CléoPâtre. Alexandrie n’était Plus alors pu’une Province au sein de
l’immense EmPire. Le monde romain était gouverné en cette fin du IVe siècle Par l’emPereur
chrétien Théodose Ier.
L’immense palais flottant des souverains grecs de la terre d’Égypte remontait le cours du Nil
pour son retour vers la capitale du royaume, Alexandrie. Le couple royal avait réalisé une
excursion dans les terres intérieures, où le roi Ptolémée avait souhaité légitimer à nouveau,
auprès des prêtres du dieu Amon de la ville de Thèbes, son pouvoir contesté en raison de son
impopularité.
1 Le navire de près de 300 pieds de long supportait un palais de deux étages. Ce bâtiment,
d’apparence extérieure parfaitement homogène, était composé de salles à colonnades avec des
fenêtres sur les façades. Si les salles réservées au roi étaient vastes, le domaine de la reine
Arsinoé Philopatôr avait une touche plus intimiste. Elle disposait de son propre temple, de forme
circulaire, à l’intérieur du palais flottant.
Pour rendre le voyage plus agréable, le couple avait embarqué avec une partie de la cour,
tandis qu’une troupe de gardes du corps veillait à sa sécurité.
Enfermée dans sa chambre, Arsinoé était assise devant son miroir. Comme les souveraines
qui l’avaient précédée, la reine prétendait être la réincarnation d’Aphrodite, la déesse grecque de
l’amour et d’Isis, la déesse-mère du peuple égyptien. Âgée de quarante ans, elle conservait un
apparat éclatant. Elle avait un beau visage aux traits fins, un front haut, des lèvres sculpturales
et charnues, des cheveux mi-longs bruns qui retombaient harmonieusement sur ses épaules, les
yeux verts olive. Son corps était enroulé dans une tunique de lin multicolore de facture orientale
qui laissait entrevoir des formes parfaites. Elle était maquillée avec soin : les paupières
allongées par des traits noirs, les pommettes passées au blanc et les lèvres accentuées de
rouge. Les ongles de ses mains avaient été peints de deux couleurs, comme le faisaient
traditionnellement les Égyptiennes. La reine venait de mettre des boucles d’oreilles en lapis-
lazuli et des bracelets en or lorsqu’on frappa à la porte de sa chambre. Un officier de la garde
royale entra soudainement.
Artémisios était un garde du corps attaché à la protection d’Arsinoé. Il avait un physique
agréable, les épaules larges et les bras musclés. Ses yeux étaient gris, nichés sous un front
large et haut, les pommettes saillantes, une bouche aux contours réguliers et une barbe
soignée.
Lorsqu’elle l’aperçut, par l’intermédiaire de son miroir, Arsinoé ne bougea pas. Artémisios
s’approcha de la reine et déposa un baiser dans le cou de sa maîtresse. Il lui caressa les seins
et Arsinoé ferma les yeux pour profiter au maximum de cet instant de volupté. Ils s’allongèrent