//img.uscri.be/pth/a01406b28b4e73f2576fb3dd9a364e133c58f484
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Les Immortelles

De
160 pages
"Pierre Bourgeade s'intéresse aux femmes. Non, pas seulement de la façon que vous imaginez. En tant que porteuses de ce mystère qui, depuis l'aube des temps, préoccupe l'homme. Les femmes en tant que telles ? Et vues, non par une féministe, par une Mme de Beauvoir, mais par un homme, écrivain ? Un écrivain qui aurait lu Apollinaire, André Breton et Georges Bataille ? Un poète, le mot est lâché, et qui sent fortement le soufre."
Maurice Nadeau.
Voir plus Voir moins
COLLECTION FOLIO
Pierre Bourgeade
Les Immortelles
Gallimard
En 1966, le manuscrit desImmortelles,refusé par plusieurs éditeurs, tombe entre les mains de Georges Lambrichs qui le retient immédiatement. Depuis cette date, Pierre Bourgeade n’a cessé de publier, se faisant une place à part dans la littérature actuelle, par des romans d’une poésie hallucinée, où l’obsession de la femme s’avoue crûment (New York Party, L’Aurore Boréale),ou des récits, frappé du sceau de l’humour noir, qui mettent en jeu l’horreur (visible ou invisible) de notre temps(La Rose rose, L’Armoire, Une Ville grise, Le Camp.)
Pierre Bourgeade est né, en 1927, à Morlanne (Pyrénées-Atlantiques.)
à Stéphanie
Jusqu’à nouvel Ordre, jusqu’à nouvel Ordre monastique, c’est-à-dire jusqu’à ce que les plus belles jeunes femmes adoptent le décolleté en Croix : les deux branches horizontales découvrant les seins, le pied de la Croix nu, au bas du ventre, légèrement roussi. P. Eluard — A. Breton. L’Immaculée Conception.
Les Ombres
Persécutions. Maisons de passe : catacombes. Un mot les dissimule — hôtels. Et sur ces autels où fume l’encens prosélytique, mille graffiti, naïvement, expriment, pour l’éternité, la foi montante. On croit des témoins qui se font b… J’apporterai aussi mon témoignage.
CHAMBRES A LA JOURNÉE ET A LHEURE EAU COURANTE CONFORT
L’odeur de la cire, dès l’entrée, la salle sacrée aux lambris vernis, les stalles, la soie, et les dents en or de la taulière, l’âme errante trouve son refuge. Venez, et goûtez comme le plaisir est doux. Madame portait une robe idolâtrique, empesée partout, l’empêchant de faire aucun mouvement, à grands perroquets surbrodés roses, caraco brise-bise, aube de dentelle au petit point, la bouche sans lèvres, circonflexe, devenue fibreuse, tournant au bec, l’énorme poitrine gonflée d’hydrogène, d’expérience exquise, de cellulitique amour maternel. Le matin, souvent, arrosant ses fleurs, elle me faisait ses confidences. Les volets poussés découvraient le givre. Un jour pâle, opaque, posé sur les vitres, nous enfermait. Du caoutchouc nain au crocus, nous glissions angéliquement dans l’odeur douceâtre des voluptés mortes : « Pas de bruit, surtout ! Les filles dorment. » Respectons le sommeil du clerc. Les filles, en effet, l’aube approchant, se jetaient ensemble sur les lits, les jambes mêlées, rompues de caresses. « Chérie ! oh, chérie ! je n’en peux plus. » Oh, charmants mélanges ! Tout un catalogue y présidait. Une mantee est celle qui se conduit comme un homme. Une red top est celle qui n’aime que les blondes. Une joker est celle qui joue le rôle de l’homme. Une mam’ est celle qui joue le rôle de la femme. Lulu est joker et Lola mam’. Lulu est le jockey de Lola. Folles galopades dans les carrées. Sur le turf sacré, ça cravachait. « Lulu ! je jouis. » Leurs cris d’agonie trouaient la nuit. Le plaisir atteint, elles mouraient. La chair immolée s’abattait en croix sur la chair douce. Les mains enfantines lâchaient leur proie. Les yeux remontaient dans leur cachette. L’innocence fœtale, du plus profond de l’être, les inondait. Le lait de la nuit coulait sur elles. « Faites doucement ! » Madame levait sa main grasse. Et les bénédictions célestes, outre l’encens des hommes, les recouvraient. Il y avait un homme dans la bande. Inutilisable au Sacrifice, il tenait le rôle du Sous-Diacre. Des maisons centrales il avait gardé des habitudes — une façon de s’asseoir sur le bord des chaises, d’attendre à la porte, de céder la parole et de s’effacer dans les couloirs — qui rendaient son commerce délicieux. Il faisait la cuisine pour ces dames. Son âme onctueuse s’y déversait. Il nous inclinait aux raffinements. Le moindre repas durait des heures. L’amour relayait les pâtisseries. À même le sol, des convives urgents tentaient de se prendre. Ou bien
quelque objet, après les hors-d’œuvre, charmait leur vue. « Montre-nous ta chatte, ma chérie, disait Madame. — Oh, mais non, Maman, pas maintenant ! » La nouvelle cachait son visage dans ses mains. Elle avait le visage blanc, le nez retroussé et les mains rouges. La pudeur ainsi animait nos jeux. Pour un mot, un signe, fugitivement quelque irrespect, nos chastes compagnes faisaient des manières. Dans ce monde clos, soudain, la fissure… l’inclusion du ciel… l’ange inattendu !… trop rares occasions de rire. Vierges rougissantes, Roses de David, Vases mystiques, impossible de reconnaître nos élues. Des raisons morales, le lieu, le moment, d’importants problèmes d’hygiène, les avaient d’un coup métamorphosées. Tout était permis, mais non de passer les convenances. Ces corps bien ouverts étaient des FEMMES, sous le crin luisant, précieux tabernacle de l’Esprit. Aux jeunes, surtout, cette prétention d’être, malgré tout, quelque chose d’autre qu’un ventre, demeurait chevillée au corps. Elle nous valait des scènes grandioses, jamais semblables, dont je ne pouvais me lasser. J’encourageais donc Madame, dût la clientèle se plaindre, parfois, de tâtonnements, à renouveler perpétuellement les débutantes. Comme pour Versailles, et telles qu’on peut, la veille du Bal, admirer leur tête à la première page de France-Soir, elles débarquaient, lustrées, solennelles, présentées par papa-maman, avec leurs boutons d’acné, leurs jambes rougeaudes, leurs bonnes manières, leur dignité impayable et leur gros cul. À l’un et à l’autre de ces derniers biens leur souci constant ! (outre la préoccupation inquiète de leur famille). À juste raison. Car c’était la perle, le patrimoine, le joyau, à ne gaspiller sous aucun prétexte, à tenir au frais, loin des importuns, en perpétuel état de marche. Et c’était des soins à n’en plus finir, mille précautions, polir, saupoudrer, passer à la crème, parmi les tourmentes maintenir, intacte, la fleur bourgeoise. La double orchidée, assise première de la chrétienté, devenait la raison dernière de la Personne — d’où la pudeur farouche des susdites, et jusqu’à la mort ! jusqu’à l’argument suprême, ici, dans leur bouche : « Après tout, nous sommes des femmes comme les autres ! » Impossible de leur faire comprendre que oui, justement, mais tout le contraire, que toutes les autres femmes étaient comme elles, et nous tous, les hommes, ex-grecs, pauvres chiens. Je m’y essayais pourtant, patiemment, pendant les entractes, sortant du petit réduit d’où je regardais, m’efforçant de vivre la passion des autres. Elles m’écoutaient d’un air sceptique, tout en maniant la serviette et le savon, et si abêties par vingt siècles de préjugés que, pour la plupart, elles s’efforçaient de se garder de tout plaisir, pendant vingt passes, pour le prendre enfin, au secret des nuits, avec le seul amant qu’elles aimaient. À lui seul aussi, le plaisir des seins, les baisers de bouche à la bouche, — et elles cachaient, à son intention, sous des serviettes, des demi-bouteilles de champagne. Il m’arriva de bénéficier de ces faiblesses, mais j’y vis un signe fatal. Depuis le triomphe des prêtres et la découverte, contradictoire, d’un Dieu aimant, la bêtise régnait dans les bordels. Une extrême confusion des esprits en rendait l’administration difficile. Une nuit obscure s’était étendue sur le monde, jadis bénéfique, des putains. La dernière d’entre elles savait désormais qu’elle avait une âme. Elle voulait être aimée « pour soi ». Malgré les alcools, les godemichés, le tabac, les cartes, l’esprit libertin, malgré le triomphe des transistors, l’idéal bourgeois, au creux de ces cœurs, gardait ses racines, et l’ombre salvatrice de la vraie croix figurait toujours en bonne place dans les nécessaires personnels, parmi les paquets de gitanes, les tubes de vaseline, les bâtons de rouge, les pochettes de préservatifs. Crucifiée nocturne, ouvrant les jambes, Jacky se signait, baisait son pouce : « Vierge sainte, protégez-moi. » Ces mots n’étonnaient pas à Saint-Sulpice, c’est-à-dire ici. Sa chambre, en effet, imitait ces petites chapelles 1900, où l’aimable main de l’artiste congréganiste dispose partout, pour le délectable fidèle, les dentelles, l’or, la pâtisserie et le satin. Lampes tamisées, objets indécis, broderies, pommades, poly-gravures, c’était le triomphe de l’Art chrétien. VUE