Les parallèles finissent toujours par se croiser
206 pages
Français

Les parallèles finissent toujours par se croiser

-

206 pages
Français

Description

Félix Glop, 40 ans, déteste le nombre 23, les toiles cirées sur les tables de cuisine et les femmes qui portent des collants couleur chair. Et pourtant, Félix est doué pour les autres. Un don qui l'a conduit à écumer les enterrements comme certains « serial noceurs » s'invitent aux mariages des autres. Il gagne sa vie en enjolivant celle de ceux qui ont passé l'arme à gauche lors des enterrements d'inconnus. La rencontre d'un vieil homme va chambouler cette existence tranquille...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 août 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140098567
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Olivier Sorin
Les parallèles nissent toujours par se croiser Roman
/ Littérature
Rue des Écoles
LES PARALLÈLESFINISSENT TOUJOURS PAR SE CROISER
Rue des Écoles La collection « Rue des Écoles » est dédiée à l’édition de travaux personnels, venus de tous horizons : historique, philosophique, politique, etc. Elle accueille également des œuvres de fiction (romans) et des textes autobiographiques. Déjà parus
Fernandes (Aurore),La couleur des repentirs, récit, 2018. Geai (Olivier),De la cité au Galibier,roman, 2018. Adriaensen (Walther),Supplément crème fraîche, roman, 2018. Pellan (Marc),Paco, roman, 2018. Le Texier (Jean-François),tourments d’Alex Théraube Les , roman, 2018. Rey (Michel),Le Carnaval des Adieux, roman, 2018. Schuller (Pierre),L’histoire d’Aloïs Hehl, roman, 2018. Verschooris (Jean-Pierre),père Edmond, ce Lillois au tragique Mon destin, récit, 2018. Houziel (Gilbert), Un maître d’école face au destin de l’Algérie, récit, 2018. Foraz (Brigitte),Le temps d’une île, roman, 2018. Dumolié (Henri),Un joli Mai, récit, 2018. Tchélébidès (Richard),Chronique bellevilloise, roman, 2018. Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.editions-harmattan.fr
Olivier Sorin Les parallèles finissent toujours par se croiser Roman
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-15002-4 EAN : 9782343150024
PARTIE I PROLÉGOMÈNES
7
CHAPITRE 1
J’ai pris la direction de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille. J’ai fait le compte hier soir ; en moins de deux décennies, j’ai assisté à 300 enterrements. Après les sala-riés des pompes funèbres et les ecclésiastiques, je dois détenir le record… Au-dessus de moi, le ciel dépose sur les toits de Lille un linceul blanc-gris que le soleil hibernant parvient difficilement à percer. Seuls quelques rares rayons audacieux s’aventurent héroïquement sous la canopée anthracite de ce novembre 2016 pour se désagréger sur les faîtages de tuiles rouges. L’automne n’a visiblement pas l’intention de déposer son bilan. Je l’imagine agacer un hiver impatient de geler les trottoirs et saupoudrer ses grippes. Je remonte la rue Esquermoise. J’ai choisi mon caban noir et remonté le col sur ma nuque. Je ne m’attarde pas. J’évite les vitrines des commerces illuminés pour les fêtes et j’ignore les objets de désir offerts aux frustrations. Les pavés humides cliquettent au contact de mes souliers noirs cirés du matin ; les trottoirs étroits de la vieille ville of-frent juste la largeur nécessaire à mon dos pour éviter les rétroviseurs et pas de porte. J’ai quarante ans passés de quelques jours et mes rides, ne serait-ce que d’expression, somnolent sous mon épiderme sans parvenir à livrer l’histoire de ma vie solitaire ; ni les expériences heureuses
9