Les Temps noirs

Les Temps noirs

-

Livres
234 pages

Description

Nous sommes au Maroc, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Depuis 1912, le pays vit sous le régime du protectorat. Les deux héros de ce roman, le narrateur et son double, Moha Ou Hida, à peine sortis de l'enfance, n'ont pas connu d'autre réalité. Ils doivent subir le poids des traditions ancestrales que viennent sans cesse contredire les séductions des "protecteurs". Et puis que restera-t-il de leur existence quand la grande Histoire sera passée ? Une légende, peut-être, mais une légende vraie : celle qui retrace les exploits de Abdelkrim, le héros de la guerre du Rif.


En interrogeant cette période occultée de l'histoire à travers le regard de deux adolescents, Abdelhak Serhane nous donne à lire un véritable roman de formation. Comment grandir entre l'orgueil des origines et l'humiliation de la soumission, entre la légende héroïque et la lâcheté quotidienne ? Au-delà des individus, c'est toute la société marocaine d'aujourd'hui qui est ici passée au crible de sa douloureuse genèse.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2009
Nombre de lectures 25
EAN13 9782021006223
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Extrait de la publication
Extrait de la publication
,
,
Extrait de la publication
S
Extrait de la publication
inées à une utilisation par quelque procédé icite et constitue une ropriété intellectuelle.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
s agiles effleu-la brise ou les e. L’herbe se ssitôt comme es de la nuit. e, les semelles un crissement il se déplaçait région dont il phie. Leste et pparaissant et testaient affir-lendeur. Ceux nce. Personne se trouvait ni foule grasse et ant de dispa-ce soit puisse ssible? Même re de relater il avait tué sa ent il mettait s autorités qui  de contrôle. n disait d’eux davres. Et plu-
e vrai danger e et la jalou-it échappé à  peur de se ue lui. Si son tait convoité ue c’était un avait la fierté térité le met-it l’ami de la utait par ses aba en bure ant le jour, il usil à portée prendre des hir à ses pro-ar le sort de s étaient peu-ars épouvan- se rappelait ite, la réalité  devenu son i permettait ussissait pas errance qu’il la montagne it souvent de l. Très vite il u’il n’y avait Au plus pro-it une prière our solliciter ider ses pas nsi son âme ertain d’une de son cœur.
Extrait de la publication
 et son bras pas peur. La cours. N’est-rement dans ns le pire des  veines jugu-rait échapper fourbes qu’il e poignarder érangeait les virilité à rude s enfants les rénom. Cer-promptitude  mort. Nom-élébrité qu’il là des mon-acune d’elles e rencontre, le regard. Le es barbus et par la vierge igeantes, les fice suprême onsidération. le dans toute ut le monde.
 qui écrasait lédiction. Le d’une obscu-au milieu de e impression ition, comme  imprévisible dre inadver-
Extrait de la publication
t détermina- qui épiaient ient du pisé our le pulvé-lusieurs fois ait l’habitude  corps et la ble et que sa e perturbait destin et se est maître du
. Le silence e de fatalité. ervelle et ses e de ce genre ait plus. Ces ns l’estomac vous donner  son passé et  pas dû à la t. Or la peur s l’obscurité.  lâcheté. Et ir en prenant n fusil dissi-ment. ui brisèrent umée et per-eur devoir en as à ce détail  un fantôme liser derrière tes avant de rs fois pour que le village