Les tentatives

Les tentatives

-

Livres
91 pages

Description

Six nouvelles, six histoires féminines. La tentation et le remords de l’adultère, une adolescente nénuphar anorexique, une tentative de suicide amoureuse, une vengeance passionnelle folle, deux jeunes femmes qui frôlent l’amour, une autre qui est la proie d’un oiseau affamé... Autant de personnages féminins, touchés par la grâce ou la folie, et qui s’égarent au détour d’une passion, perdues ou sauvées par l’amour, face à l’indifférence des hommes. Leur mélancolie, leur rage, leur tendresse et leurs rêves prennent ici la parole. Florence Dalbes-Gleyzes signe son premier ouvrage avec brio et émotion. Une plume subtile et poétique, empreinte de drame, épouse ces destins de femmes, aussi belles que complexes, dans ces six nouvelles ciselées avec une finesse et une générosité impressionnantes.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 16 juin 2011
Nombre de lectures 118
EAN13 9782748166965
Langue Français
Signaler un abus


2






Les tentatives
3
4
Florence Dalbes-Gleyzes
Les tentatives






NOUVELLES









5
© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com
ISBN : 2-7481-6697-3(livre numérique)
ISBN 13 : 9782748166972 (livre numérique)
ISBN : 2-7481-6696-5 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748166965 (livre imprimé)
6
7
8



LA TENTATION



Sais-tu, mon Paul, ce que j’ai pensé de toi, la
première fois que je t’ai vu ? Rien. Absolument rien. Je
te voyais parler avec cette jeune femme ronde et brune,
cette gentille fille que je ne connaissais pas plus que toi.
Je te voyais, te regardais sans rien attendre.
Et tu m’as tout donné.
Tout.
Tout ?
Je ne sais plus, aujourd’hui, mon pauvre Paul. Je ne
comprends pas, mon Grenier d’amour. Je t’ai tout
rendu. Éblouissante, violente, égoïste, je t’ai tout rendu.
Carnage d’un don. Je suis ta brûlure, ta douleur, ta
panne, l’accident de ta vie. Et pourtant, lorsque tu me
regardes, me trouves-tu si malveillante ?
Démoniaque ? J’ai provoqué l’accident qui nous a
plongés du septième ciel au trente-sixième dessous. Et
les mots le disent bien : le bonheur n’est pas bien haut,
alors que le malheur peut nous emmener si bas. Une
ascension si lente, une chute si droite et parfaite.
Ascension à quel bonheur, cette fois, mon Grenier ? J’ai
peur…

J’ai eu peur, très peur, quand tu as amené ton ami à la
maison. Je l’ai regardé, je l’ai vu entrer dans notre
appartement, dans notre vie, dans ma tête, éblouissant,
violent, égoïste… Il m’a tout pris, t’a tout volé.
9