Mes chers amis

Mes chers amis

-

Livres
434 pages

Description

Sainte-Beuve a mauvaise réputation. A la fois comme critique et comme ami. On l'accuse d'avoir fait preuve d'hypocrisie, de jalousie, d'envie et par surcroît de myopie. Ces jugements sont-ils fondés ? Ce volume, rassemble un choix d'articles portant sur des écrivains qui furent tous en rapport avec lui : Balzac, Chateaubriand, Flaubert, Hugo, Lamartine, Musset, George Sand, Stendhal et Vigny. A l'évidence, ils ne contiennent pas que des éloges. Sainte-Beuve était moins un ami qu'un critique, et c'est pour cette raison qu'il a agacé certains de ses contemporains. Mais faut-il nous en plaindre ? Ce que cherchait l'auteur des Lundis, ce n'était pas de plaire aux écrivains, mais de défendre les droits et les intérêts des lecteurs. Le public est souvent le grand oublié de la littérature. Avec Sainte-Beuve, il avai trouvé, au XIXe siècle, un avocat.
Préface de Michel Brix, qui enseigne la littérature à l'université de Namur, spécialiste du XIXe siècle.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 mars 2006
Nombre de lectures 11
EAN13 9782246795780
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sainte-Beuve a mauvaise réputation. A la fois comme critique et comme ami. On l'accuse d'avoir fait preuve d'hypocrisie, de jalousie, d'envie et par surcroît de myopie. Ces jugements sont-ils fondés ? Ce volume, rassemble un choix d'articles portant sur des écrivains qui furent tous en rapport avec lui : Balzac, Chateaubriand, Flaubert, Hugo, Lamartine, Musset, George Sand, Stendhal et Vigny. A l'évidence, ils ne contiennent pas que des éloges. Sainte-Beuve était moins un ami qu'un critique, et c'est pour cette raison qu'il a agacé certains de ses contemporains. Mais faut-il nous en plaindre ? Ce que cherchait l'auteur des Lundis, ce n'était pas de plaire aux écrivains, mais de défendre les droits et les intérêts des lecteurs. Le public est souvent le grand oublié de la littérature. Avec Sainte-Beuve, il avai trouvé, au XIXe siècle, un avocat. Préface de Michel Brix, qui enseigne la littérature à l'université de Namur, spécialiste du XIXe siècle.