Mi amigo

Mi amigo

-

Français
212 pages

Description

Le sergent Desportes, vieux briscard aussi courageux que respecté, défend la loi dans le sud-ouest américain. Il rencontre et sauve dans le désert un étrange gamin à la jambe fracturée, Bud, dont le cheval a été blessé. Entre ces deux hommes si dissemblables naît une étrange amitié, à la fois ambiguë et teintée, chez le sergent, de sentiments paternels. W. R. Burnett s’est inspiré de Billy the Kid pour créer le personnage si moderne de Bud, ce gamin aux multiples facettes, secret et ambitieux, intelligent et roublard, qui a quelque chose du pervers narcissique. Au fil des traques s’enchaînant sans relâche, admiration et trahison s’avèrent indissociables. L’auteur de Terreur apache nous offre ici un roman haletant, tendu, elliptique, dépouillé, qui déploie toute une galerie de personnages inoubliables et offre des remarques saisissantes sur cette région encore sauvage et cette époque de violences.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 mars 2015
Nombre de lectures 5
EAN13 9782330049614
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
W.R. BURNETT
MI AMIGO roman traduit de l’américain par Fabienne Duvigneau Posface de Bertrand Tavernier
ACTES SUD
“L’Oués, lé àî” sÈîé îîgÈé é pÈséÈé pà Béà Tàéîé
L’hîsoîé é l’Oués àmÈîcàî é é sà coquêé à suscîÈ là plupà és gàs myhés oàéus é l’îmàgîàîé àmÈîcàî é îspîÈ és mîllîés é Ilms ’u géé àméux – lé wésé – quî cÈlèbé lés àsés éspàcés é là pÈsécé é “Là Foîèé”, o éîé lés àfoémés éé lés Blàcs é lés “Sàuàgés” (àéc léus Èclîàîsos élîgîéusés, àcîàlés, gÈocîàîés), éé là Loî é l’Oé, l’ïîîu é là CollécîîÈ. Ajouos À célà ué guéé cîîlé ’ué àé sàuàgéîé o l’AmÈîqué pàîé écoé lés cosÈquécés… Nombé é cés Ilms quî so é pus chés-’œué o pou oîgîé és omàs o moîs éxcéllés. Màîs là plupà ué îgoÈs, mÈpîsÈs pà lés cîîqués é cîÈmà, é àémé publîÈs é àçàîs. Là sÈîé “L’Oués, lé àî” éu àîé éÈcouî cés àuéus àujou’huî oublîÈs ou mÈcous (u moîs é Fàcé), às és àucîos îÈîés. Tou À là oîs Ilms é lîés, j’àî choîsî cés omàs pou l’oîgîàlîÈ àéc làquéllé îls àcoé céé Èpoqué, pou léu IÈlîÈ àux ÈÈémés hîsoîqués, pou léus pésoàgés ààchàs, lé suspésé qu’îls cÈé… màîs àussî pou léu à ’Èoqué és pàysàgés sî îés o léus àuéus so àmouéux : Dàkoà, Oégo, Téxàs, Aîzoà, Uàh, Moàà… l’Oués, lé àî, quél îÈsîsîblé Èpàysémé ! B. T.
LE POïNT DE VUE DES ÉDïTEURS
Lé ségé Déspoés, îéux bîscà àussî couàgéux qué éspécÈ, Èé là loî às lé Su-Oués àmÈîcàî. ïl écoé é sàué às lé Èsé u Èàgé gàmî À là jàmbé àcuÈé, Bu, o lé chéàl à ÈÈ bléssÈ. Eé cés éux hommés sî îssémblàblés à ué sîgulîèé àmîîÈ, À là oîs àmbîguë é éîÈé, chéz lé ségé, é séîmés pàééls. W. R. Bué s’és îspîÈ é Bîlly hé Kî pou cÈé lé pésoàgé sî moéé é Bu, cé gàmî àux mulîplés àcéés, sécé é àmbîîéux, îéllîgé é oublà, quî à quélqué chosé u péés àcîssîqué. Au Il és àqués s’échàà sàs élâché, àmîàîo é àhîso sé Èèlé îîssocîàblés. L’àuéu éTerreur apache ous oé îcî u omà hàléà, éu, éllîpîqué, ÈpouîllÈ, quî Èploîé ué Èîàblé gàléîé ’hommés é é émmés îoublîàblés ou é ofà és émàqués sàîsîssàés su céé Ègîo écoé sàuàgé é céé Èpoqué é îolécés.
Bertrand Tavernier
W. R. BURNETT
W. R. Burnett (18991982), un des grands noms du roman noir (Lé Péî CÈsà, Quà là îllé o, Hîgh Sîéà), scénariste de Scarface, pensait paradoxalement que certains de ses meilleurs romans étaient ceux qui explo raient l’histoire de l’Ouest. En 1980, il a reçu l’Edgar du Grand Maître (Grand Master Award) par le Mystery Writers of America. La moitié de ses livres sont traduits en français, surtout dans les collections Série noire et Ri vages/Noir. Dans la série “L’Ouest, le vrai” est déjà paruTééu àpàché(Actes Sud, 2013).
DU MÊME AUTEUR
LUNE PÂLE, Gàllîmà, 1958. o DU SPORT À LA UNE724, Gàllîmà, 1962., coll. SÈîé Noîé  o ON EFFACE TOUT711, Gàllîmà, 1962., coll. SÈîé Noîé  o LE PUR-SANG IRLANDAIS, coll. Pléî Vé  57, Robé Làfo, 1969. o GOOD-BYE, CHICAGO1839, Gàllîmà, 1981., coll. SÈîé Noîé  o DARK HAZARD1, Éîîos é l’Ombé, 1983., coll. L’ïouàblé  o DONNANT DONNANT475, Gàllîmà, 1983., coll. CàÈ oî  o LE SAMSON DE L’OUEST, coll. CàÈ oî  498, Gàllîmà, 1983. o LE CAPITAINE LIGHTFOOT, coll. Folîo  1614, Gàllîmà, 1984. o UN HOMME À LA COULE510, Gàllîmà, 1984., coll. CàÈ oî  o TÊTE DE LARD555, Gàllîmà, 1985., coll. CàÈ oî  BIG STAN, Sîoîà, 1986. o LE PETIT CÉSAR, coll. Folîo  1852, Gàllîmà, 1987. o ROMELLE36, Pàyo & Rîàgés, 1987., coll. Rîàgés/Noî  o IRON MAN, coll. L’ïouàblé  4, Éîîos é l’Ombé, 1988. o KING COLE, coll. Rîàgés/Noî  56, Pàyo & Rîàgés, 1988. o FIN DE PARCOURS60, Pàyo & Rîàgés, 1989., coll. Rîàgés/Noî  o HIGH SIERRA, 10/18  2108, 1990. o TOMORROW’S ANOTHER DAY, coll. L’ïouàblé  5, Éîîos é l’Ombé, 1990. o RIEN DANS LES MANCHES, coll. Folîo  2856, Gàllîmà, 1996. o QUAND LA VILLE DORT, coll. Folîo polîcîé  83, Gàllîmà, 1999. TERREUR APACHE, sÈîé “L’Oués, lé àî”, Acés Su, 2013. Phoogàphîé é couéué : © Tuk àchîés Tîé oîgîàl : Mi amigo © W. R. Bué, 1959 ©ACTES SUD, 2015 pou là àucîo àçàîsé ïSBN 97----
W. R. BURNETT Mî amîgo
roman traduît de ’amérîcaîn par Fabîenne Duvîgneau
Postace de Bertrand Tavernîer
ACTES SUD
6
à Whitney
8
Natty Bugworth, avec sa barbe brune et sa veste en daîm dont es ongues ranges voetaîent derrîère uî, it îrruptîon dans a cour comme un taureau en urîe et dîspersa es chèvres, es pou ets et es métîs sur son passage. “Où î est ? beugatî. Le So dat… Où ce qu’î est ?” C’étaît e soîr. Un cîe beu proond, voîé de brume, étendaît sa voûte sur a grosse bourgade d’Agua Prîeta, en peîn désert ; et chez Sazedo, a umée des eux aumés pour e dïner s’ée vaît par es troîs chemînées égendaîres, es hommes chantaîent, debout au bar, es ampes brûaîent dans es maîsons basses en adobe rassembées îcî au petît bonheur et ormant un ensembe hétérocîte, à a oîs hôte, sae de ba, saoon et Dîeu saît quoî encore. Ah, chez Sazedo ! L’oasîs, e paradîs pour es écaîreurs de ’armée en permîssîon, es éeveurs et es onctîonnaîres de ’admînîstratîon, es prospecteurs enrîchîs, et même a poîgnée de tourîstes întrépîdes quî arrîvaîent par e traîn et a dîîgence depuîs a grande vîe de San Gorgonîo, au nord, destînatîon prîsée des vacancîers. Braîant toujours, Natty attrapa un jeune métîs et e secoua sans ménagement. “Occupetoî de mon cheva et de mes muets, p’tît gars. Je es aî aîssés à ’entrée. I paraït qu’on peut trouver e Sodat îcî… Où ce qu’î est ?” Le jeune métîs ne comprenaît pas ’angaîs, sau ceuî qu’on paraît ma et en artîcuant très entement. I haussa es épaues, rouant des yeux efarés devant cet Ango îmmense, un géant d’un mètre quatrevîngtdîx ou pus, avec ses cheveux ongs, sa barbe ournîe, sa veste en daîm à ranges et son bonnet en peau
9
de oup. Dans e crépuscue tombant, î ressembaît davantage à un ours des montagnes qu’à un homme. Natty sentaît ’acoo à peîn nez. I secoua encore e jeune métîs – doucement, pensaîtî – et âcha une autre bordée de questîons. Luîs Sazedo, e proprîétaîre, petît et grassouîet, surgît soudaîn d’entre es ombres du côté de a cuîsîne, un usî dans es maîns. “Hé ! s’écrîatî. Toî, à ! Laîsse mon gars tranquîe. Qu’est ce quî se passe ?” Natty îbéra aussîtôt e garçon et ança : “Luîs ! C’est moî… Natty Bugworth. Où ce qu’î est, e Sodat ?” Le jeune métîs courut se mettre à ’abrî dans une remîse, comme un pouet afoé. Luîs baîssa son usî et s’escafa. “Tu aîs beau coup de bruît, Natty. Un jour, quequ’un va te descendre. Le sergent Desportes est en traîn de dïner. Dans e grand bar. Tu voîs a porte, à… — Je saîs où se trouve e bar, dît Natty en rîant dans sa barbe. Je suîs partî ongtemps, maîs j’aî pas oubîé chez Sazedo.” I passa amîîèrement un bras sur ’épaue de Luîs. “Làbas dans e désert, quand mon muet, ceuî quî est une mue, commençaît à me aîre envîe, tu saîs ce que j’aî pensé ? J’aî pensé : « Mînce, je peux bîen tenîr jusqu’à chez Sazedo, quand même, et conserver mon estîme de moî. »” I écata de rîre et Luîs ’îmîta. “Dîs à ton petît roussard de surveîer mon cheva et mes muets. I aîsaît chaud aujourd’huî, a route a été ongue, et aut que j’aîe sauer e Sodat. — D’où tu vîens ? demanda Luîs, étonné. Tu as bu. — Impossîbe d’attendre jusqu’îcî. Je me suîs arrêté dans un saoon en vîe et j’aî rechargé es batterîes pour pouvoîr contî nuer. Je me sentaîs aîbe… Tu as de a pace pour me oger, Luîs ? . J’aî beaucoup de monde en ce moment, maîs je aîs de a pace pour toî. Tu es ’amî du sergent, aors je aîs de a pace. Maîs je croîs, uî, î part. — Iquoi? rugît Natty. — Ce soîr, je croîs. — Non, î peut pas s’en aer quand je me poînte avec mîe doars en poche et que ça me démange de tout dépenser. Je gar deraî peutêtre juste une petîte mîse de onds pour prospecter. Laîssemoî passer.”
10