Mille ans de poésie persane

-

Livres
241 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Unique dans son genre en langue française, cet ouvrage est le fruit de plus de vingt ans d'étude, de recherche et d'enseignement universitaire en linguistique, en langue et littérature persane. En mettant en relief les apogées et les déclins de la culture persane pendant plus de dix siècles, ce livre comprend 555 entrées avec les biographies de poètes persanophones, à partir de l'apparition du persan dari jusqu'à nos jours, avec les termes de base de la poésie persane présentés dans l'ordre alphabétique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2009
Nombre de visites sur la page 43
EAN13 9782296234123
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0129 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

SOMMAIRE
Préface9
Introduction(La poésiepersane; Aperçu historique)13
Parsi, fârsietpersan 13
PoésiePré-islamique 13
Périodeshistoriquesdelapoésiepersane14
Époque de la conquête de l’Islam14
Époque Tâhiride et Saffâride 15
Époque Samanide 16
Époque Ghaznavide 17
Époque Seldjoukide et KhârazmShâh18
Époque desMongols19
Époque Timouride20
Époque Safavide 21
Époque Afsharide,ZandetGhajarid2
Époque du Mouvement de la Constitution23
Époque Contemporaine 25
PoésieModerne(Nouveau style) 25
PoésiedeRésistanc6
PoésiedelaRévolutionIslamique 26
PoésieTraditionnelle Contemporaine 28
Stylistique de la poésiepersane28
Style Khorâsânien28
Style Iraquien 29
Style Indie9
Période du Retour Poétique 30
PoésieConstitutionnelle 31
Nouveau Style31
Formes traditionnellesdelapoésiepersane 31
Dobeyti“Quatrain lyrique”31
Ghasidé(ou Chakâmé) “Ode2
Ghazal “Sonnet” 32
Ghetéé “Fragment” 32
Masnavi33
Mosammat 33
Mostazâd 33
Robâï“Quatrain” 33
7Takbeyti(ou Mofrad) 34
Tarjiband34
Tarkibband 34
Tasnif (ouTarâné) “Chanson” 34
Formes de la poésiemodernepersane 35
Chahârpâré “Dobeyticontinu” 35
PoèmeNimâïen 35
PoèmeLibre Nimâïen36
Vers Blanc“Poèmeàlaforme de prose” 36
Poèmes de Nouvelle Vague 36
LES POETES PERSANOPHONES(A-Z) 37
Annexes: 211
1) Provinces de l’Iran(Liste alphabétique)213
2) Histoire politique de l’Iran 217
Bibliographie231
Du même auteur 237PRÉFACE
Cetouvrageest le fruit de plus de vingt ansd’étude,de
rechercheetd’enseignement universitaire de la linguistique,dela
langue et de la littérature persane.
L’introductionpermettra auxlecteurs de survoler l’histoire de la
poésiepersane àpartir de l’apparition du persan dari jusqu’ànos
joursenmettant en reliefses apogées et ses déclinspendant plus de
dixsiècles. Cette introductionprésente aussi la stylistique avec les
formes traditionnellesetmodernes de la poésiepersane.
Le livre comprend 555 entrées avec lesbiographies de poètes
persanophonesetaussi lestermesdebase de la poésiepersane
présentésdansl’ordre alphabétique .
Lespoètessont présentéspar leur nom ou leur surnom en
caractèreslatinsetdansune prononciationprochedecelle du
persan,avecleurnom,prénom,surnom, date et lieudenaissance,
date et lieudedécès. Je présente aussiles champs d’études, les
titresdeleurs œuvres sanscaractéristiquesbibliographiques, et un
bref aperçu de leur viepersonnelle,littéraire et scientifique .
Danscertainscas, j’ai donné une descriptiondeleurs ouvrages
et traduitquelquesuns de leursvers.
Pour la traductiondes poèmes, j’ai essayéd’appliquerune
théorie de la traductibilitédelapoésie. Cette théorie est une
1extensiondes idées que j’ai publiées en persan .
Selon cette théorie,sinous comparons la traduction àune
opérationchirurgicale, la traductionlittéraire surtout en ce qui
concerne la poésie, est uneopérationdechirurgie esthétique,très
sérieuse, professionnelle,difficile,délicate, qui doitaboutir àune
beauté artistique .
1 Moshiri, Mahshid. Tarjoméazharftâamal:rouykardi be nazariyéye
jâmééshenâkhtiyezabân dartarjomé (Théoriesociolinguistique de la
traduction).Téhéran:Âgahâne Idé, 2000 .
9Toutes lesdifficultésd’une telle tâchenem’ont pasempêchéde
traduire,entre autres, lesquatrainsde Bâbâ Tâher pour tous mes
semblables et de faire connaître àtous lespoètesdumonde la
manière de ce poète quand il exprimeson amour,ses rêvesetses
désirs .
La brisequi vientdecette tresse-là
Me plaîtmieux que l’odeur de lilas
Comme je passe la nuitenrêvant de toi
Au matin mes draps fleurentdes lilas
Ellesnem’empêchentpas non plus de traduire le message
humaniste de Saàdi,qui fait le logosdufrontispice d’Organisation
desNations Unis:
Lesenfantsd’Adam font partie d’un corps
Ils sont crées tous d’unemême essence
Si une peinearriveàunmembre du corps
Lesautres aussi , perdentleuraisance
Tu ne mériteraspas d’être dans ce corps
Si pour la peinedes autres , tu n’as pas de souffrance
J’ai l’impression que le monde d’aujourd’hui, fasciné parla
technologie, et prisonnier de ses moyens de perceptionmodernes, a
de plus en plus besoin et beaucoup plus qu’autre fois,de
spiritualité.Autrement dit, il abesoin de s’épanouirsous l’ombre
de la spiritualité,avecl’amour de la poésie.
J’espèreque cet ouvrageseraunpas pour construire un lien
entre lesculturesiranienne et française. Qu’ilseraunmoyen pour
faire connaître àmes confrèreslarichesse poétique de ma langue
maternelle. Celle-cifaitnon seulementpartie d’une richesse
collective, maisaussi,trouve descorrespondantsdanslecorps de
l’humanité en dépassanttoutes lesfrontièresethniqueset
géographiques.
Pour rendreles textes plus compréhensibles, uneliste des
provinces de l’Iran avec leur capitale et leurssituations
géographiques se trouve en annexe avec un résumé de l’histoire
politique de l’Iran (royaumes, dynastiesetdes gouvernements) .
101Si le Dictionnaire despoètesrenomméspersans,une petite
versionfrançaise déjà publiéeen Iran,est le point de départ de cet
2ouvrage, d’autresréférences en persan ont aussi étéutilisées.
Danslechoixdes poètes, j’ai eu surtout sous lesyeuxles
3références persanes commele Farhange fârsiye Moïne,le
4 5Dâyeratolmaârefefârsiye Mosâhab ,le TârikheadabiyâteIrân et
lesdifférentes anthologies de la poésiepersane commele
6Farhange shâerâne zabânepârsi az âghâz tâ emrouz et le Shère
7now az âghâz tâ emrouz .
Pour vérifier le contenudes articles, j’ai consulté différentssites
surInternetainsi que le Wikipédia: l’EncyclopédieLibre,auquelje
participesouvent.Ces textes n’ont jamais étérepris .
Lesdates sont données selon le calendriergrégorien.
En remerciantmes amis , Marc B. , Violaine et J. M. Boisserie
qui m’ont suggéré lesremarquesetles corrections,jenesaurai
oubliermon fils, Réza (Aydine) Mirzad qui m’asoutenupour
conduireàbiencelivre .
Je dédiecette œuvreà tous ceuxqui souhaiteraient que nous
écoutions ensemble la voixdel’amour quirésonne sous notre ciel
bleu commun,comme Hafez le dit:
1 Moshiri, Mahshid. Dictionnaire despoètesrenomméspersans:À
partir de l’apparitiondupersandarijusqu’à nos jours. ÂryânTarjomân,
Téhéran,2007.
2 Voir la bibliographie
3 Moïne, Mohammad. Farhangefârsi (Dictionnaire persan). Vols. 5et
6“Nomspropres”.Téhéran:AmirKabir,1992.
4 Dâyeratolmaârefefârsi (Encyclopédiepersane). Sous la Directionde
Gholâmhossein Mosâhab.Téhéran:Frankline,1978.
5 Safâ,Zabihollâh. Târikheadabiyâte Irân (Histoiredelalittérature de
l’Iran).5 Vols. Téhéran:Ferdows,1992 .
6 Haghighat, Abdorrafi’. Farhange Shâerâne zabâne pârsi az âghâztâ
emrouz (Dictionnaire despoètesdelalangue persanedudébut
jusqu’aujourd’hui). Téhéran: Sherkate Moallefânvamotarjemâne Irân ,
1989 .
7 HoghoughiMohammad . Shère now az âghâztâemrouz (Lenouveau
poème du début jusqu’aujourd’hui).Téhéran:Nashre sâles, 1999 .
11Je n’ai jamais entendu une voix plus belle que celle de l’amour
Celle qui fait échosous la voûtecélestedepuistoujours
MahshidMoshiri
Paris,19janvier 2009INTRODUCTION
La poésiepersane;Aperçuhistorique
Parsi,fârsi et persan. Appartenant au groupe indo-iranien de
1la familledes langues indo-européennes,lepersan ou le fârsi est
2la langue officielle et littéraire actuelle de l’Iran .Elle est devenue
èmecourante dèsle9 siècle dans l’est de l’Iran.Elle s’est
graduellement répandue dans tout le pays.Cette langue est
nommée dari (de darbâr “cour”) parcequ’elle étaitenusage
littéraire dans lescoursdes Sassanides “Sâsâniyân”(c226- 650) .
Le persan contemporainest en continuationdupersan dari de
l’époque ;
PoésiePré-islamique . Àpartdes inscriptions desrois
Achéménides “Hakhâmaneshiyân” (c 648 à330 av.J.-C.),
ernotammentcellesduroi Darius I “DâryoushleGrand” (c 522 à
3 er486 av.J.-C.)à Behistun,etdeson fils, le roi Xerxès I
“Khashâyâr Shâh”(c486 à465 av.J.-C.), lestextesles plus
importantsqui nous restentdelaparolerythmique iranienne
archaïque sont des gâtâs [gâ"â] “chants”del’Avesta,lelivre sacré
desiranienszoroastriens dont une grande partie aété détruite lors
de l’incendiedelabibliothèque de Persépolis àl’époque des
invasions d’Alexandre “Eskandar” de Macédoine (356-323av.
J.èmeC.)etaussi lors de la conquête de l’Iran parl’Islam au 7 siècle.
Àlafoisdes traitésetdes poèmes, les gâtâs sont rédigésdansla
langue avestique (entre 1000 et 400avant J.-C.).
Lesimprovisations des kusân,les musiciensetles poètesdes
Arsacides “Ashkâniyân” (c 250 av.J.-C. à226 aprèsJ.-C.), les
4hymnes syllabiquesdits khosrôvânis,chantés par Bârbad , Nakisâ ,
1 Fârsi: L’appellationcouranteenIrand’aujourd’hui. Ce motest une
formearabiséedu“pârsi” .
2 Fârsiest aussi la langue officielle en AfghanistanetauTadjikistan.Il
estaussi la langue parlée àl’Ouzbékistan et au Bahreïn(minorité
iranienne) .
3 BisetounouBehistun:Nom d’unemontagne àl’ouest de l’Iran .
4 BârbadouBârbod:Grand musicien et joueur de barbat “luth” et de
ème èmechang “lyre” des6 et 7 siècles.Ilfut le musicien de la cour du roi
Sassanide, KhosroParviz(règne de 591à 628). Il estl’inventeur du
premier systèmemusical iraniendontlatrace se retrouve aujourd’hui
dans le systèmemoderne de la musique iranienne. Il composa30 lahns
13Nakisâ , Râmtine et Bâmshâd,les khonyâgars (leschanteurs et les
musiciens) de la cour du roi Khosro Parviz (591-628),peuvent être
considérés commedes preuvesconvaincantesdel’existence de la
poésiemusicaleiranienne avantl’invasion musulmane .
Des poèmes furent écrits dans lesdifférentsdialectes iraniens.
Aprèsl’Islam,lepersan dari,pratiqué au Khorâsân,devint
graduellement la base de la poésie.
Périodes historiquesdelapoésiepersane .
La poésiepersane, commetoutes lesautrespoésies,a vécu
plusieursapogées et déclinspendant ses mille ansd’histoire.Elle a
étéinfluencéepar la viepolitique,sociale et culturelle de chaque
période.Ainsi pouvons-nous la décrire suivantles différentes
périodesdupersan dari et suivantles différentes époquesde
l’histoire politique de l’Iran àpartir de l’invasion arabeetla
conquête Islamique jusqu’ànos jours:
Époque de la conquête de l’Islam;
Époque Tâhiride et Saffâride;
Époque Samanide;
Époque Ghaznavide;
Époque Seldjoukide et Khârazmshâhs;
Époque d’Invasion des Mongols;
Époque Timouride;
Époque Safavide;
Époque Afsharide , Zand et Ghajaride;
Époque du Mouvement de la Constitution;
Époque Contemporaine (PoésieModerne“Nouveau style”;
PoésiedeRésistance;PoésiedelaRévolutionIslamique;et
PoésieTraditionnelle Contemporaine).
Voiciladescriptiondeces époques:
Époque de la conquête de l’Islam . Cetteépoque commence au
ème èmemilieudu7 siècleetdurejusqu’à la première moitie du 9
siècle. C’est une période de sommeilpour la poésie.
Aprèslabataille de Nahâvand (prèsdelaville de Hamedân)en
642 qui aboutit àladestructiondes Sassanides et àl’expansionde
l’Islam,laproductionlittéraire en Iran restasuspendue jusqu’à
“modes” et aussi 360 naghmés “mélodies”selon lesjours du mois et de
l’an.Latombe de Bârbad se trouve àJahromauFârs.
14l’apparition despremières dynastiesindépendantes iraniennesen
820.
Pendant cette période de deux siècles, plusieurslivresfurent
écrits en pahlavi , khârazmi , soghdi et arabe.Certainsouvrages
écrits en pahlavi àlafin de l’époque Sassanide furent traduits en
arabe. Comme le Kârnâméye ArdeshireBâbakân,leroman
mythologique basé surles faits historiquesdel’époque Artaxerxès
I “Ardeshir Bâbakân” (224-241),etle Khodâynâmé “Livre de
Dieu”avecles biographies desroisiraniens. Ce dernierlivre fut
traduitenarabe sous le titre Siyarolmolouk “Comportementsdes
rois”etservitplustarddebase pour la compositiondel’épopéedu
Shâhnâmé “Livre desrois”.
Mais,dansl’ensembleaucun ouvrageremarquablen’apparuten
persan.Decette langue il ne resteque quelqueslignesinédites
d’hymnesyllabique du temple du feude Karkouy près de Sistân .
Époque Tâhiride et Saffâride . Àcette époque la poésie
persaneapparait. La langue et l’écriture arabeentrèrent ensemble
en Iran en compagniedel’Islam et devinrentgraduellement la
langue et l’écriture de la religionetdugouvernement. Àl’époque
de la dynastie Tâhiride “Tâheriyân”(820-872),lalanguereligieuse
et administrativeétait l’arabe. Mais,avecl’apparition des
gouvernements indépendantsiraniensqui luisuccédèrent, le persan
dari devint la langue de la science et de la littérature.Pendant la
régenceduroi YaàghoubSaffâr (867-879),lefondateur de la
dynastie Saffâride “Saffâriyân” (861-1003),qui ne connaissaitpas
l’arabe, le persan dari se développa de plus belle.Lepersan trouva
donc au furetà mesure sesécrivains et ses poètesqui pratiquaient
en parallèle la langue et la littérature arabe. Inspiréspar la poésie
arabe, cespoètescommencèrent àécriredes poèmespersansen
imitant la prosodiearabe .
Leshistoriens littéraires ne sont pasunanimespour déterminer
le nom du premierpoète àécrire despoèmes en persan dari.On
cite Varrâgh Heravi (morten835) , Pirouz Mashreghi (morten
896) et Abousalik Gorgâni,contemporains du roi AmrSaffâr
(8791901) . MohammadOufi,dansson Lobâbolalbâb areconnut
HanzaléBâdgheysi,lecontemporaindes Tâhirides “Tâheriyân”
1 Noureddine Mohammad Oufi:Historien, traducteur et homme de
èmelettredu13 siècle. Son Lobâbolalbâb (écrit en 1221)est le premier
livre persan avec desbiographies de poètes.
15(820-872),comme le premierpoète persan en luiattribuant ce
poème:
Si tonhonneur est dans la gueuledulion
Va et coursdes dangers pour le reprendre
Certains anthologistes ont préféré AbouhafsSoghdi,qui vécut
èmeau début du 9 siècle,etlui ontattribué ces vers en tant que
premierpoème persan:
La gazelle sauvage , commentcourrait-elle dans la plaine?
Elle n’apas d’ami , commentserait-elle dans la plaine?
1Selon TârikheSistân “Histoire de Sistân”,lepremier poète
persan fut MohammadVasif Sagzi qui futlecontemporainduroi
2Yaàghoub Saffâr (867-879) .Les poètesdecette époque sont
HanzaléBâdgheysi,contemporaindes Tâhirides , MohammadVasif
Sagzi,contemporainde Yaàghoub Saffâr (867-879) , Varrâgh
Heravi , Pirouz Mashreghi et Abousalik Gorgâni,les
contemporains d’AmrSaffâr (879-901) .
Époque Samanide . Apparueàl’époque Tâhiride et Saffâride ,
la poésiepersanesedéveloppe àl’époque des Samanides
“Sâmâniyân”(875-999).Enfait, les Samanides firent desefforts
pour propagerlepersan.Ils essayèrentdesubstituer le persan dari
àlalangue pahlavi et aussi àlalangue arabe.
Àcette époque lespoètesetles écrivains apparaissenten
Transoxiane et au Khorâsân .
RoudakiSamarghandi apparaît commeundes pionniers de la
poésiepersane dari.Ses poèmessedistinguent déjà parleur
délicatesse et leur solidité dans l’inspirationcomme dans
l’expression. Un autrepoète de cette époque , ShahidBalkhi ,
rédigeaitsapoésieenpersanetenarabe.Ilétait un despremiers
auteursde masnavis .
1 èmeTârikhe Sistân:“Histoire de Sistân”, ce livre persan,écrit en 14
sièclepar un auteur inconnu, contient d’importantesinformations
historiques.
2 Certains documentslittéraires et historiquesont attribuélepremier
poème persan au célèbre roi Sassanide , Bahrâm
Gour,“VahramV”(420438) .
16Roudaki et Shahid étaientles poètesofficiels de la cour de Nasr
II,(914-943) l’émir Samanide à Bokhârâ .
Lespoètesdecette époque sont fortementintéressés parla
nature,leprintemps,lajeunesse et la gaieté.Leurpoésiese
distingue parune simplicité dans l’expression dessentiments
individuels du poète ainsique pardes sujets lyriqueset
panégyriques.
Àcette époque,enraisondel’attachementdes iraniensàleurs
rituelstraditionnels et leursgloiresnationales, la poésieépique se
développe . Masoudi Marvzi est le premierà écrirele Shâhnâmé
“Livre desrois”.
Le deuxièmenarrateur de Shâhnâmé estlepoète zoroastrien ,
Daghighi Tousi,lepoète officieldelacour desémirs Samanides ,
erMansour I (961-976) et Nouh II (976-997).Assassiné parun
domestique ivre,cejeune poète n’arrivapas àfinir la versification
de son Shâhnâmé.Ilavait composé1000 distiquessur le règne de
Goshtâsb,l’apparition de Zoroastre et la guerre religieuseentre
Goshtâsb et Arjâsb; Ferdowsi Tousi le complétera dans
sonchefd’œuvreépique, Shâhnâmé .
Àcette époque,tout en adoptantles formes de la poésiearabe ,
commele ghasidé,le ghazal et le ghetéé,les poètes iraniens
invententd’autresformescomme robâï et masnavi qui leur sont
propres.
Parmiles poètesdel’époque Samanide,onpeutaussi nommer
Aboushkour Balkhi , Abolabbâs Rabanjani , Aboutayyeb Mosàbi ,
Abouzeyd Ghazâyeri , ÂghâjiBokhârâï , Manteghi Râzi , Maàroufi
Balkhi et Manjik Tarmezi .
Époque Ghaznavide . Les Ghaznavides “Ghaznaviyân”
(9631187) furent d’origineturqueetleurrègne vitl’épanouissementde
la poésiepersane. C’est l’époque du succèsdes poètes. Les
différentes formes poétiquescomme le masnavi,le robâï , le
ghasidé,le ghazal,le dobeyti et le ghetéé se développent et le
tarjiband et le mosammat apparaissent.
Àcette époque,l’épopéearriveàson apogée. Ferdowsi Tousi ,
connu commelepèreetlerecréateur de la langue persane,
consacresavie àlaréalisationdu Shâhnâmé “Livre desrois”
(9801010),l’épopée nationale de l’Iran . Ferdowsi , Onsori , Asjodi,et
Manouchehri portent le style Khorâsânien àson point le plus
élevé.
17Suivant l’exemple arabe, unegrande partie de la poésiedecette
époque comprend la louangedes émirsetdes rois que Farrokhi
Sistâni , Onsori et Manouchehri portent àson apogée. Lesmots
arabes entrent dans la poésiepersane.Les poètesdécriventla
nature,les champs de bataille et lesfêtes. RâbééGhazdâri,la
première femme poète persanecomposedes beaux ghazals
lyriquesetamoureuxenpersan et en arabe. La poésiereligieuse
avec desserments et desmaximes caractériselapoésiedecette
époque .
Nâserkhosro,poète,auteuretphilosophe, est un despremiers
poètesqui aientdécrit lesconcepts scientifiquesdelanature,
commeles saisons,lanuit, le ciel,les étoiles, etc. Il jura de ne pas
gâcher le persan dari en flattant lesgouverneurs autocrates de son
époque;enécrivant“Je ne versepas auxpieds desporcs, la perle
roulantedupersandari”.
Àcette époque , Sanâï Ghaznavi,lepremier poète mystique ,
apparaît avec ses masnavis Hadighatolhaghighé “Lejardindela
Réalité”, Tarigholtahghigh “Leguide de recherche” , Kârnâméye
Balkh “LivretduBalkh” , Eshghnâmé “Livre d’amour”, Aghlnâmé
“Livre de sagesse”et Tajrebatolelm “L’expériencedelascience”.
Époque Seldjoukide et Khârazmshâhs . La poésiepersane
évolue àl’époque des Seldjoukides “Saljoughiyân” (1037-1194) et
des Khârazmshâhs “Khârazmshâhiyân” (1077-1231).Elle s’ouvre
surles différentesrégions de l’Iran,del’Inde et en Asie Mineure .
En Azerbâïdjan , GhatrânTabrizi composedelapoésiepersane. Le
mètre,surtout dans le ghazal varie.Des sujets délicatss’expriment
dans le ghazal.Le ghasidé se développe.L’emploides mots
désuetspersans diminue.Les termes soufis et religieux entrent
dans le ghazal et dans le masnavi.Lapoésies’éloigne
graduellement de la cour et se rapproche desconfrériesetdes
milieux mystiques. La poésiesoufie apparaît avec lesœuvres du
poète,auteuretpenseurmystique , AttârNeyshâbouri,qui arriveà
sonapogée. Bâbâ Tâher est un despremiersàintroduire l’amour
du soufisme persan avec desquatrainslyriques. Le ghazal mystique
qui acommencéavec Sanâï,trouveson indépendanceavec Anvari .
L’influencedelalangue arabeetl’emploides Hadis “Les paroles
du prophète,latraditionprophétique”etdes narrations coraniques
s’étenddanslapoésie. La poésienarrativeapparaît. Le grand
èmeconteuriranien du 11 siècle , FakhrGorgâni metenpoème le Vis
oRâmine,une ancienne histoire lyrique iranienne concernant les
18rois Parthes “Arsacides”(c250 av.J.-C. à226 aprèsJ.-C.), qu’il
traduitdu pahlavi en persan .
èmeÀlafin du 11 siècle, Irân Shâh rédige son Bahmannâmé sur
l’histoire de Bahman,fils d’Esfandyiâr,lehéronational.
Àcette époque trois styles poétiquessecôtoient: le style
Khorâsânien,lestyle d’Azerbâïdjan et le style Iraquien.Lestyle
Khorâsânien est la continuationdustyle despoètesdel’époque
Samanide et Ghaznavide . Anvari et Amirmoezzi pratiquent ce style
avec plus d’innovation; Khâghâni et Nezâmi sont lesreprésentants
du styled’Azerbâïdjan.Lestyle Iraquien futappliqué pardes
poètescomme Jamâledine Esfahâni .
Àcette époque lesformespoétiquesarriventà leur apogée
grâce aux robâïs de KhayyâmNeyshâbouri,les masnavis de
Nezâmi Ganjavi,les ghasidésd’Anvari Abiverdi,etles ghasidés et
les tarkibbands de KhâghâniSharvâni .
èmeÉpoque desMongols. Cette époque quicommence au 13
èmesiècleetdurejusqu’au14 siècle, est marquéepar desmassacres
et d’immensesdestructions et dévastations àcause desinvasions
desmongols. Àpartir de 1219, lesforces militaires férocesde
GengisKhân (1152-1227).tuentdes iraniens, ruinentdes villes,
démolissentdes mosquées, desmadrasasainsi que des
bibliothèquesetétablissent une atmosphère de la terreur partout
dans le pays .
Pourtant cette invasion ne peut pasanéantir l’héritage littéraire
persan et n’arrivepas àlimiterleprogrès de la littérature persane.
L’émigrationetlafuite de certainsintellectuels en Inde et en
Asie Mineure ou leur refuge auxendroits lesplusreculés du pays
est un desfacteursdel’extension du domaine géographique de la
langue et de la dispersion littéraire du persan.Les poètesquittent
lescours, et la poésiepanégyrique s’affaiblit.Lapoésiemystique ,
qui est le fruit de l’extensiondes confréries, s’épanouitetces
confrériesdeviennent desfoyersdelalittérature.Le ghasidé perd
l’importancequ’il avaitautrefois.Enrevanche, les ghazals lyriques
et mystiquesfleurissent. Saàdi conduitle ghazal lyrique àla
perfectionetle ghazal mystique arrive àson apogéegrâce à
Mowlavi et à Hâfez . Arâghi exprimedes connaissancesdel’Ultime
Réalité.Owhadi Marâghéï composele masnaviJâmeJam “La
coupe de Jamshid” auxsujetsmystiques, sociauxetmoraux.
Mahmoud Shabestari composesapoésiede Golshane râz “Le
jardin de mystère”. Kamâledine Esmâïl innove de nouveauxsujets.
19HomâmTabrizi écrit ses ghazals mystiques, lyriquesetdélicats. Le
plus grandpoète mystique persanophone vivant aux Indes ,
Amirkhosro Dehlavi composeunnombreremarquabled’ouvrages
de proseetdepoésie. Khâjou Kermâni produitles masnavis Homâ
va Homâyoun , Golo Nowrouz , Rowzatolanvâr , Sâmnâmé et
Gowharnâmé . SalmânSâveji écrit le masnaviJamshid oKhorshid
et le masnaviFerâghnâmé “Livre de la séparation” surl’ordre du
sultan Oveys Bahâdor Ilkanide (1356-1374).À Konya , Mowlavi
rencontre ShamsTabrizi et sous l’impulsion de ce guide spirituel, il
abandonne la théologieformelle et devientundes grands chefs
spirituelsdu soufisme et le fondateurdel’ordre Mowlaviyé
“Derviches tourneurs”. Il composeson MasnaviMaànavi
“Masnavispirituel”levéritable traité de théologiedeladoctrinedu
soufisme .
Saàdi rentre en Iran aprèssalongue série de voyages, à
l’époque d’Atâbakân,etselon sa propreexpression “enretrouvent
le pays calme”, il s’établit à Shirâz vers 1256. Il devientundes
compagnons intimes de Saàd Zangi,filsd’Aboubakr (1230-1260)
et luidédie en 1257 son Boustân “Leverger” .
Hâfez occupe despostesgouvernementaux àlacour desrois
d’Âl-eMozaffar (1314-1393) et d’Âl-eInjou (1304-1357) dans la
région de Fârs.Ilfut un amiprochede Sheykh Abouessâgh
(c.1343-1357)ainsi que le poète officielà sa cour.C’est ainsique ,
malgrélacatastrophe des Mongols,les trois grands poètes iraniens,
Mowlavi , Saàdi et Hâfez s’épanouissentà cette époque .
èmeÉpoque Timouride . La catastrophe Timouride au 14 siècle
commença parune grande destructionetpar conséquent,unarrêtet
même une décadence dans toutelaculture et la sociétédel’Iran .
èmeMais,au15 siècle, le sultan Timouride , Shâhrokh (1409-1447)
et certainsdeses successeurs furent desmécènes qui firent
travaillerles savants,les artistesetles poètes. Le sultan Ulugh-beg
(1447-1449) futlui-mêmeunremarquableastronome. Le sultan
Bâysanghor (1399-1433) futuncalligraphe éminent. Le sultan
Hoseyn Bâyaghrâ (1469-1506) et sonministre , AlishirNavâï
(1441-1501),eurenttous deux le goût de la science, de l’artetdela
poésie. Ils établirent toutes lesconditions pour que la langue et la
littérature persanepuissents’étendredanstout l’Iran au-delà, aux
Indes et en Asie Mineure.
Le plus grandpoète persan de cette époque est Abdorrahmân
Jâmi.Ilétait le partisandelamanière de Saàdi et Hâfez.Ilsuivait
20Nezâmi dans ses masnavis et ses ghazals et rédigeaitses ghasidés
dans le style Iraquien . Khâjou Kermâni , SalmânSâveji et Kamâl
Khojandi atteignirent le ghazal lyriquesetmystiques, au plus haut
degrédelabeauté .
La poésiedecette époque est baséesur le style Iraquien et la
formepoétique dominante yest plutôt le ghazal.Audébut de cette
époque,que l’on réfère parfois commel’époque de Hâfez,les
poètessuivirent la manière de Hâfez sanspouvoirarriver àson
niveau.Enimitant le Khamsé “Les cinq livres” de Nezâmi,certains
poètescomme Salmân Sâveji et Khâjou Kermâni essayèrentde
l’imiter. Ilsyparvinrentavecunsuccès variable.
C’est aussi l’époque desouvrages humoristiquesetsatiriques
dont ObeydZâkâni est le représentant le plus remarquablepar sa
critique desvices et desdéfauts sociauxetpolitiques.
Lesrecueils de poèmesdecette époque sont pleins d’énigmes
avec desaccusations de plagiats .
Unepoésiehumoristique dite Atàamé “Nourriture”adaptaitles
poèmes précédents et composaitdes ghasidés,des ghazals,des
robâïs et des masnavis àpropos desdifférentsrepas et boissons .
Bossâgh Atàamé est un représentant célèbre du genre.
Lespoètesdecette époque sont beaucoup plus nombreux par
rapportà ceuxdel’époque des Mongols.Pourtant,iln’y apas un
grandprogrès du pointdevue de la qualité poétique .
En dehorsde Jâmi , Khâjou Kermâni , Salmân Sâveji et Kamâl
Khojandi,iln’y apas beaucoup de personnagespoétiques
exceptionnels .
D’autres poètesdel’époque Timuride sont NématollâhVali ,
Kâtebi Torshizi , Sharaf Yazdi , Bâbâ Faghâni Shirâzi , Emâd
Faghih , Ahli Shirâzi et Alishir Navâï.
Dansl’ensemble, la poésiedecette époque est banalisée par
l’usageexcessifdemotsarabes, l’ambiguïté et l’obscurité du style,
l’exagérationetlarêvasserie,ainsi quepar l’imitation excessive
dessujetsdes périodesprécédentes.
Il semble que la poésiepersaneattende un changement essentiel
du style.
Époque Safavide . Le règne de la dynastie Safavide
“Safaviyân”(1501-1736) futune époqueimportantepour l’Iran du
point de vuepolitique et social.L’officialisationdumouvement
religieux chiite fortifia la solidarité nationale,ainsi que le
développement de l’artetdel’industrie.Pourtant,c’est l’époque du
21déclin de la littérature persane. Plusieurs facteurs en sont la cause.
L’officialisationdu chiisme permit le développementd’une poésie
religieusebasée surcette religion. Lespoèmes apparurent àla
1louange de l’Imam Ali et dessaints. Mohtasham Kâshâni,un
représentant célèbre dans le genre, composa ses poèmes portant sur
le prophète et sa famille,les saints, lesmartyrs de l’événementde
2Karbala et surtout l’Imam Hoseyn.Maislaprose et la poésie
perdirent de l’éloquence.
L’immigrationdes familles savanteschiitesarabesen Iran
permit de nombreux empruntsdemotsetd’expressions arabes en
3persan.Laprotectionlegroupe Ghezelbâsh parles Safavides
aboutit au développement de la poésieturque et aussià l’isolation
de la poésiepersane. Lesrois Safavides n’appréciaientpas le
panégyrique et lespoètesseretirèrent ainsiversles coursdes rois
des Indes qui lesaccueillaient chaleureusement. En Iran,laclasse
despoètescourtisans disparuetlaissalaplace auxpoètesartisans
qui restèrentnombreuxjusqu’à l’apparition du style Indien.Ils ne
respectaientnécessairementpas lesprincipeslinguistiques,
rhétoriquesetgrammaticauxdelalangue.C’est ainsique la
littérature s’approcha de la culture folklorique .
La poésiedecette époque se caractérisepar un manque
d’éloquence. Lessujetsdeviennent itératifs et lespoètesinventent
une formedepetit poème de deux vers,dit takbeyti “mono
distique”, qui est une descaractéristiquesdustyle Indien .
La formelaplusimportantedustyle Indien est le ghazal.Le
représentant le plus célèbre est SâébTabrizi.Parmi lespoètesde
l’époque Safavide on peut nommer Bâbâ Faghâni Shirâzi , Ahli
Shirâzi , Vahshi Bâfghi , BidelDehlavi , Naziri Neyshâbouri , Tâleb
Âmoli , Kalim Kâshâni , OrfiShirâzi et Razi Ârtimâni .
Époque Afsharide,ZandetGhajaride . Cette époque de la
poésiepersanecoïncideavecles règnesdes Afsharides
“Afshâriyân”(1736-1749),des Zands “Zandiyân” (1750-1794) et
des Ghajarides “Ghâjâr” (1786-1925).Dudébut de la régencede
NâderShâh Afshâr (1736-1747) jusqu’àcelle de FathaliShâh
1 Ali, fils d’Abitâleb,lepremier Imam shiite .
2 Imam Hoseyn, Seyyedoshohadâ,letroisième Imam shiite, martyrisé
le 10 octobre680 lorsdelabataille de Karbala.
3 Ghezelbâsh “Têterouge”, l’ordre religieux militant qui aida àfonder
la dynastie Safavide .
22Ghâjâr (1797-1834) la poésiepersane subitune période de
transition. C’estune période de faiblesseetd’épuisement.Aucun
poète innovateur n’apparaît. Àlafin de l’époque Afsharide se pose
la questionduchangementdestyle.Fatiguéspar la complicité ,
l’ambiguïté et la banalitédelapoésiedumoment, lespoètes
décident de sauverlapoésiedeladominance du style Indien .
Esfahân devientlefoyer du retour vers lesstylestraditionnels.Les
ème èmepoètesimitent lesmanièresdes poètesdes 11 et 12 siècles et
dénommentleurtache“StyleduRetour”.
Lespionniers en sont Âzar Bigdeli et HâtefEsfahâni . Les
poètesadoptentetsuivent lespoèmes descinqetsix siècles
précédents.Lalouange desroisrecommence àlamanière
ancienne . Neshât Esfahâni et Foroughi Bastâmi écriventdebeaux
ghazals.Le masnavi,etaussi le Shâhnâmé “Livre desrois” furent
lesobjetsd’attention. Àl’époque de FathaliShâhGhâjâr
(17971834) , Anjomane sokhanvarân “Associationdes poètes” et
Anjomane adabiye Khâghân “Associations littéraire Khâghân”
furent fondées.Latraductiondes œuvres françaisesseforme et se
développe graduellement.Les penséesmodernes européennes
influencentlalittérature et desmotsfrançaisentrent dans la langue
persane. Pourtant,neconnaissantpas la pauvretéetlamisèredu
peupleetn’étant pasaucourantdes événements sociauxet
politiquesdel’époque,les poètesdu StyleduRetour s’occupent de
la louange desroisetsecontentent de la descriptionduprintemps
ou de l’automne, de la chasse et du vin.
La poésiepersaneattend uneréforme poétique populaire sous le
nom “PoésieConstitutionnelle”.
Époque du MouvementdelaConstitution. La Révolution
Constitutionnelle de l’Iran contre le règne desrois Ghajarides
commença en 1905 et durajusqu’en1911. Ce futunpoint
marquant dans l’histoire de l’Iran quiaboutit àune modernisation
de la société. Elle permit une réformeculturelle et parconséquent ,
une évolutionlittéraire qui durerajusqu’en1941 .
Commencéeà l’époque Ghajaride,cette évolutionlittéraire a
étépossible, grâce àplusieurs facteurs:ledéveloppement de
l’imprimerie en 1818, lesdémarches d’Amir Kabir, le premier
ministre célèbre de Nâsereddine Shâh Ghâjâr (1848-1896) et la
231fondationdu Dârolfonoun en 1851, l’envoi d’étudiants iraniensà
2l’étrangerpar lesrois Ghajarides,ledébut du journalismeen Iran ,
et lespropagandesd’unintellectuelréformistemusulman d’origine
afghane , Jamâledine Asadâbâdi (1838-1897),latraductiondes
œuvres européennes, la RévolutionRusse (1917) et le
développement dessciencesen Europe .
La poésiepersanequi avaità l’époque Ghajaride la faveur de la
cour et desaristocrates, trouve deslecteurs plus populaires.
Influencée parles événements sociauxetpolitiquesetprésentée
dans lesformestraditionnellesmaisavecles rythmessimples,elle
apour objetderéveillerlepeuple.
Elle soutienles concepts sociauxetpolitiquesdumonde
moderne.
Lessujetsdominants de cette poésiesont la luttecontre la
dictatureetl’installationdela Constitution .
Des concepts comme liberté , loi , patriotisme et lutte y
retrouvent leur senssociaux,idéologiquesetpoétiques.
La plupart despoètesrévolutionnairesdecette époque sont
écrivains,politiciens et journalistesetchacunpublie sonpropre
journal: Majles “Parlement”d’Adib Farâhâni (1860-1917),
Bisetoun “Behistun” d’Abolghâsem Lâhouti (1887-1957) ,
Nowbahâr “Nouveau printemps” de MalekoshoarâBahâr
(18861951) , Gharne bistom “Vingtième siècle” de Mirzâdé Eshghi et
SoureEsrâfil “Trompette du dernierjugement”d’Ali Akbar
Dehkhodâ (1879-1956).Ces poètespatriotesetpassionnés
essayent, chacun àsafaçon, de provoquer, d’un tonpropagandiste,
journalistique et parfois satirique dessentimentspatriotiqueset
nationalistes. Ils s’écartent desdescriptions difficilesetambiguës
de la poésietraditionnelle et s’oriententversunréalisme concretet
un populisme explicite. Adib Farâhâni (1860-1917) et
MalekoshoarâBahâr (1886-1951) utilisentdes ghasidés. Âref
Ghazvini (1880-1933) composedes tasnifs impressionnants.
FarrokhiYazdi (1877-1939) écrit en oppositionà Rezâ Shâh
Pahlavi (1925-1941) et futexécuté parinjectiond’air dans sa
prison. Mirzâdé Eshghi,(1893-1924)attaque pardes articles
1 Dârolfonoun“Maison Polytechnique” aété la première école
d’étudessupérieuresinspiréed’un modèle européen en Iran .
2 Le premier hebdomadaire iranienfut publié en 1851,sous le titre
Vaghâyée ettefâghyé àl’époquede NâsereddineShâh Ghâjâr
(18481896 .
24