//img.uscri.be/pth/b629281aff57189df79b1dc703a6328d0cee77c2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Mon autre...

De
209 pages
20 heures, c'est le temps qu'il reste à un homme condamné à mort pour avoir commis l'adultère. 20 heures, c'est aussi ce qu'il reste au Président de ce pays pour le gracier et reconsidérer les règles d'une société basées sur le contrôle de la vie privée ou... le laisser mourir. Dans son second roman, Laurent Boyet, mention spéciale au Prix Littéraire Européen 2001 pour son livre "Toi", nous entraîne dans un face à face émouvant entre un homme qui veut juste se souvenir des belles choses de sa vie et, un autre, qui se demande si l'on peut gouverner avec le coeur. Une lutte s'engage entre le coeur, la raison, la morale et l'amour.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Mon autre…
Laurent BOYET
MON AUTRE…
ROMAN
Le Manuscrit www.manuscrit.com
© Éditions Le Manuscrit, 2005 20, rue des Petits Champs 75002 Paris Téléphone :08 90 71 10 18 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com communication@manuscrit.com ISBN : 2-7481-6163-7 (fichier numérique) ISBN : 2-7481-6162-9 (livre imprimé)
À toi, qui as écouté chaque soir la lecture des pages que j’avais écrites durant la nuit et qui m’a conseillé, avec tes silences, avec tes larmes, tes remarques. Tu m’as aidé à faire de ce livre ce que voulais en faire, exactement. C’est pour toi, d’abord que je l’ai écrit, pour te montrer à quel point je t’aime. Je n’arrive toujours pas à trouver les mots assez justes, assez forts pour exprimer la puissance de ce que je ressens pour toi. Tu es mon grand bonheur, le soleil de mes jours gris, la lune pleine de mes nuits noires. Tu es le bruit des vagues qui viennent se reposer dans mon cœur. Tu es la Tramontane qui vient souffler dans ma vie. Avec toi, pour toi, je suis devenu l’homme que je rêvais d’être. Sache que l’amour que je te porte ne diminuera jamais et qu’il ne rime qu’avec un seul mot : toujours ! À l’enfant que tu m’as donné, qui est le fruit d’un arbre merveilleux. À tous ceux qui pensent que les choix que l’on fait sont forcément définitifs, que l’on est prisonnier de sa vie. Nous n’avons aucune chaîne à nos pieds et, à chaque fois que quelque chose se présente à nous, on est toujours libre de choisir, quelques soient nos choix passés. Nous n’avons qu’une seule vie, une seule, et, il s’agit de ne rien regretter…
9
10