Mr Nobody

Mr Nobody

-

Livres
264 pages

Description

Scénario, storyboard, continuité dialoguée, roman ? Mr Nobody est un peu tout cela à la fois. C’est en vérité le premier livre de Jaco Van Dormael, l’histoire du film qu’il a tourné en langue anglaise avec une distribution internationale brillante. Cinéaste de Toto le héros et du Huitième jour, Jaco Van Dormael est, avec les frères Dardenne, le cinéaste de son pays, la Belgique, le plus reconnu dans le monde. On se souvient du succès de Toto et du triomphe du Huitième jour qui valut à ses deux acteurs, Daniel Auteuil et Pascal Duquenne, un double prix d’interprétation au festival de Cannes.
Mr Nobody reprend les thèmes les plus récurrents de l’œuvre de Jaco Van Dormael.
Nemo Nobody, né en 1972, est persuadé d’avoir toujours trente-six ans alors qu’il se réveille sous les traits d’un vieil homme, et que nous sommes en février 2092. À cent vingt ans, Mr Nobody est à la fois l’homme le plus vieux du monde et le dernier mortel d’une humanité nouvelle où plus personne ne meurt. Cela n’a pas l’air de l’intéresser beaucoup, ni même de le troubler. La seule question qui le taraude et l’obsède aujourd’hui est de savoir s’il a vécu la vie qui était la bonne, aimé la femme qu’il devait aimer, eu les enfants qu’il devait avoir. Et pas les autres, toutes les autres vies, toutes les autres femmes possibles.
Petit garçon, il doit choisir sur un quai de gare dans quelle direction partir, les bras de sa mère ou ceux de son père. À l’instant fatidique ceux-ci se séparent, Nemo Nobody ne connaît toujours pas la bonne réponse. Dès lors toute son histoire et toute l’histoire du film de Jaco Van Dormael repose sur cette indécision terriblement romanesque.
On suivra Nemo Nobody dans toutes ses aventures, vécues ou rêvées, réelles ou fantasmées, pour découvrir dans les dernières pages et les dernières images une petite fille au bord d’un étang qu’il n’a jamais cessé d’aimer.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2010
Nombre de lectures 71
EAN13 9782234063006
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Scénario, storyboard, continuité dialoguée, roman ? Mr Nobody est un peu tout cela à la fois. C’est en vérité le premier livre de Jaco Van Dormael, l’histoire du film qu’il a tourné en langue anglaise avec une distribution internationale brillante. Cinéaste de Toto le héros et du Huitième jour, Jaco Van Dormael est, avec les frères Dardenne, le cinéaste de son pays, la Belgique, le plus reconnu dans le monde. On se souvient du succès de Toto et du triomphe du Huitième jour qui valut à ses deux acteurs, Daniel Auteuil et Pascal Duquenne, un double prix d’interprétation au festival de Cannes.
Mr Nobody reprend les thèmes les plus récurrents de l’œuvre de Jaco Van Dormael.
Nemo Nobody, né en 1972, est persuadé d’avoir toujours trente-six ans alors qu’il se réveille sous les traits d’un vieil homme, et que nous sommes en février 2092. À cent vingt ans, Mr Nobody est à la fois l’homme le plus vieux du monde et le dernier mortel d’une humanité nouvelle où plus personne ne meurt. Cela n’a pas l’air de l’intéresser beaucoup, ni même de le troubler. La seule question qui le taraude et l’obsède aujourd’hui est de savoir s’il a vécu la vie qui était la bonne, aimé la femme qu’il devait aimer, eu les enfants qu’il devait avoir. Et pas les autres, toutes les autres vies, toutes les autres femmes possibles.
Petit garçon, il doit choisir sur un quai de gare dans quelle direction partir, les bras de sa mère ou ceux de son père. À l’instant fatidique ceux-ci se séparent, Nemo Nobody ne connaît toujours pas la bonne réponse. Dès lors toute son histoire et toute l’histoire du film de Jaco Van Dormael repose sur cette indécision terriblement romanesque.
On suivra Nemo Nobody dans toutes ses aventures, vécues ou rêvées, réelles ou fantasmées, pour découvrir dans les dernières pages et les dernières images une petite fille au bord d’un étang qu’il n’a jamais cessé d’aimer.