Neeminah

-

Livres
147 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La vieille Neeminah, dernière survivante aborigène d'une petite île au large de la Tasmanie, obsédée par les tragédies du passé, désire, avant de s'en aller, sauver son peuple de la disparition. Pour y arriver, elle doit déjouer la vigilance de ses gardiens, aidée par quatre enfants métis acquis à sa cause, et par un vieux prêtre... Ce roman, librement inspiré de l'histoire authentique de la dernière aborigène de Tasmanie qui fut une héroïne légendaire, intéressera aussi les jeunes lecteurs à partir de quinze ans.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2011
Nombre de lectures 213
EAN13 9782296706545
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème














































































NEEMINAH

Légende d’une aborigène de Tasmanie
























































© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-12776-0
EAN : 9782296127760

Laurent Dedryver







NEEMINAH,

Légende d’une aborigène de Tasmanie















Lettres du Pacifique
____32____




REMERCIEMENTS

L’auteur tient à remercier tout particulièrement :

- Mme Hélène Colombani, chargée de mission pour le Livre
en Nouvelle-Calédonie, qui m’a aidé de ses conseils.

- Mr Gordon Syron et sa femme Elaine, pour leur gentillesse.
Après de nombreuses hésitations quant au choix des peintures
de Gordon pour la première de couverture, la décision s’est
finalement portée surAboriginal Land in Autumn.

- Mr René Gauben, dont l’aide fut précieuse.

- Sa famille, sa belle-famille et ses amis.































Pour Florence, Julie et Romane













Lettres du Pacifique

Collection dirigée par Hélène Colombani
Conservateur en chef des bibliothèques (AENSB), Chargée de
mission pour le Livre en Nouvelle-Calédonie, Déléguée de la
Société des Poètes Français, sociétaire de la SGDL.

Cette collection a pour objet de publier ou rééditer des
textes (romans, essais, théâtre ou poésie), d’auteurs contemporains
ou classiques du Pacifique Sud, ainsi que des études sur les
littératures modernes, les traditions orales océaniennes
(mythologies, contes et chants), ou les Sciences humaines.
Contact : helsav@mls.nc

Déjà parus dans la collection

N°1 –Hélène SAVOIE,Terres de la demi-lune. Nouvelles Les,
2005.
N°2 –Dany DALMAYRAC,L’Île monde. Nouvelles, 2005.
N°3 –LECERCLE DES AUTEURS DUPACIFIQUE,Du Rocher à la
voile. Recueil de récits et nouvellesdes auteurs du CAP, 2006.
N°4 –Christian NAVIS,Civilisations du pacifique, Mystérieuses
2005.
N°5–Dominique CADILHAC,Les Montagnes du Pacifique, roman,
préface d’Hélène Colombani, 2006.
N°6 et 13 –Joël PAUL,Coup de soleil sur le Caillou.Nouvelles,
2006.Le «Calédonien », roman, 2008.
N°7–Karin SPEEDY,Colons, créoles et coolies. L’immigration
réunionnaise en Nouvelle-Calédonie (XIXe siècle)(Université de
NSW), préface du Dr Bernard Brou, 2007.
N°8–Alain JAY,Quel ennui!Essai philosophique et littéraire,
préface Véronique Beucler, 2007.
N°9 –Gilbert THONG,Show Pacifique. (Manou et nœud
papillon), préface de Marie Claude Tjibaou, 2007.
N°10 –Nathalie MRGUDOVIC,La France dans le Pacifique Sud.
Les enjeux de la puissance, préface de Michel Rocard, 2008.
N°11 –Régine REYNE,L’œil en coulisses, préface d’Annie Cordy.

N°12 –Isabelle AUGUSTE,L’administration des affaires
aborigènes en Australie depuis 1972, Université
Canberra/Réunion, 2008.
N°14–Jerry DELATHIERE,Negropo rive gauche, le roman des
colons du café, préface Hélène Colombani, 2008,
No15-Camille COLDREY,l’irruption de la langue Tahitienne
dans les Immémoriaux de Segalen,2008
No16 –Pr John DUNMORE,L’épopée tragique : le Voyage de
Surville,1769,(traduit de l’anglais NZ) best book prize. 2009
No17-Hélène SAVOIE,Half moon lands,traduites Nouvelles
(Australien) et commentées par le Dr Karen Speedy, préface du Pr
émérite René Bourgeois, 2009
N°18–Annick Le BOURLOT,Chaque nuage est nimbé de
lumière, roman, 2009. No19–Gérard DEVEZE,Histoires
fantastiques de Nouvelle-Calédonie, Vol.1. Le boucan, Nouvelles,
2009.
No 20–Christian NAVIS,Eurasie-Pacifique, archéologies
interdites,.
No 21-Julien ALI,Veriduria 2011, roman (SF), 2009.
No 22 –Alexandre JUSTER,Transgression verbale en La
Océanie: le Tahitien et le Nengone,préface d’Emmanuel Tjibaou
(ADCK), 2009.
No 23 –Frédéric MARIOTTI-Angleviel-,De la vendetta en
Nouvelle-Calédonie (Paul Louis Mariotti, matricule 10318)
biographie romancée, 2010.
No 24 –Agnès LOUISON,L’ami posthume,(voyage insolite dans
la brousse calédonienne), récit, 2010.
No 25 –DORA,Deuxième chance, roman fantastique, 2010.
No 26-Florence FERMENT MEAR,la défense de la Pour
langue tahitienne, 2010
No 27 –Isabelle FLAMAND,Les Rescapés,roman, 2010.
No 28 –Philippe GODARD,Le drame du Batavia, 2010
No 29 –Pr John RAMSLAND,Les Gardiens de la terre
(premiers contacts des européens et des aborigènes de la vallée de
Maning en Australie),traduit par V. Djénidi, 2010.

Paru (Hors collection)
Hélène SAVOIE,L’île aux étoiles (nocturne australien),roman,
2010.




AVERTISSEMENT


Ce roman est librement adapté de la vie de Truganini,
dernière Aborigène de Tasmanie, une partie des événements
relatés et des personnages sont inspirés de faits réels, d’autres
sont imaginaires.















I



Des femmes, jeunes ou plus âgées, se baignaient et
jouaient dans l’eau de l’océan. Radieuses, elles appréciaient
de s’y rafraîchir dans la chaleur de l’après-midi, tandis que
d’autres couraient sur la plage en direction d’un énorme
rocher érigé là depuis la création du monde, l’escaladaient et
plongeaient sans aucune crainte dans les vagues, ravies de
rejoindre leur amies. Ces jeux leur procuraient un si grand
bonheur qu’on pouvait les entendre rire lorsqu’elles
s’éclaboussaient comme des enfants innocents, balayant l’eau
avec la paume de leurs mains. Des paniers tressés de lianes,
qu’elles avaient remplis de fruits de mer, étaient posés sur le
sable chaud. Ces femmes qui trouvaient dans la mer une
alliée naturelle en réponse à leur quête de nourriture, y
déposaient des crustacés chaque fois qu’elles sortaient de
l’eau car l’océan était leur domaine, et la pêche un de leurs
passe-temps favoris. Un feu allumé un peu plus loin signalait
qu’elles s’apprêtaient à faire cuire des poissons sur les
flammes, prélude à un repas qui réunirait tous les membres de
la tribu. Comme de coutume, une grande fête s’annonçait, où
toutes les générations seraient présentes, une nuit où les

1

1

anciens parleraient aux plus jeunes de leur clan, de leurs
coutumes ancestrales et de leurs croyances, nuit au long de
laquelle ils danseraient et chanteraient autour du feu.
Les hommes ne partageaient pas la passion des
femmes pour le bain, et craignaient l’eau au point qu’ils
n’osaient s’en approcher.
1
«Lia tunnack», ne cessaient-ils de répéter.
2
«Non, nonrépondaient-elles rieuses,lia pyoonyack. »
Ils les avaient donc abandonnées là, préférant partir à
la chasse car ils se montraient si habiles dans cette discipline
qu’ils rentraient rarement bredouilles. De plus, les
kangourous, opossums, wallabies et autres espèces
abondaient sur l’île qui continuerait à les nourrir comme elle
le faisait depuis le début, à moins qu’un désastre ne survînt,
mais une telle pensée n’effleurait l’esprit d’aucun d’entre
eux. Que pouvait-il bien leur arriver d’ailleurs? Leurs pères
et avant eux les pères de leurs pères, habitant l’île depuis des
temps immémoriaux avaient vécu en parfaite harmonie avec
la nature et avec les autres tribus qui partageaient cette terre
avec eux. Bien sûr, des tensions existaient entre ces différents
clans, mais les querelles cessaient dès que la première goutte
de sang était versée. La haine et l’animosité étaient des
sentiments inconnus de ces êtres, aussi les Maupones
pouvaient-ils envisager le futur sans crainte pour eux-mêmes
et leurs descendants…










1 : L’eau est froide
2 : l’eau est chaude

12













Des femmes, jeunes ou plus âgées, se baignaient et jouaient
dans l’eau de l’océan.









13