Nos baisers sont des adieux

Nos baisers sont des adieux

-

Livres
224 pages

Description

« Parce que je sais que l’on désire comme l’on a été désiré, j’ai dressé la liste des hommes, des femmes, des images, des sensations, des oeuvres d’art qui ont construit la personne que je suis.

C’est un livre de portraits, traversant les années (de 1972 à 2009). Traversant les villes (Alger, Paris, Berlin, Zurich, Abu Dhabi...). Portraits reliés les uns aux autres par la recherche sans fin de l’amour.

C’est un livre sur la vie, un livre en vie, un livre qui bat, un livre dont on pourrait aussi entendre le son et percevoir les reliefs d’une géographie intime, la géographie des sentiments. 

J’ai voulu restituer ce que la mémoire garde. Ce qui fait ce que nous sommes ou ce que nous ne sommes pas. Éclairer une vie d’adulte par les débuts de l’enfance, les démons de la jeunesse. Chaque temps répondant à l’autre. Chaque temps expliquant l’autre. Comme si le désir était une identité. Comme s’il était notre seul pays. Territoire sauvage et illimité.

C’est aussi un livre sur la liberté. La liberté d’aimer ou de ne plus aimer. » N. B.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 mars 2010
Nombre de lectures 31
EAN13 9782234063082
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
« Parce que je sais que l’on désire comme l’on a été désiré, j’ai dressé la liste des hommes, des femmes, des images, des sensations, des oeuvres d’art qui ont construit la personne que je suis.
C’est un livre de portraits, traversant les années (de 1972 à 2009). Traversant les villes (Alger, Paris, Berlin, Zurich, Abu Dhabi...). Portraits reliés les uns aux autres par la recherche sans fin de l’amour.
C’est un livre sur la vie, un livre en vie, un livre qui bat, un livre dont on pourrait aussi entendre le son et percevoir les reliefs d’une géographie intime, la géographie des sentiments. 
J’ai voulu restituer ce que la mémoire garde. Ce qui fait ce que nous sommes ou ce que nous ne sommes pas. Éclairer une vie d’adulte par les débuts de l’enfance, les démons de la jeunesse. Chaque temps répondant à l’autre. Chaque temps expliquant l’autre. Comme si le désir était une identité. Comme s’il était notre seul pays. Territoire sauvage et illimité.
C’est aussi un livre sur la liberté. La liberté d’aimer ou de ne plus aimer. » N. B.