Nuit albinos

-

Livres
69 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Inspiré de faits vécus, Nuit albinos est l'histoire d'un chien blanc qui, la nuit de la Saint-Sylvestre, se sauve de chez lui et terrorise toute la ville. Le chien blanc serait envoyé par le Diable pour décimer le genre humain. Cette nuit maudite et mémorable montre la confusion entre réel et imaginaire. Un peuple fou se met, pour survivre, à inventer les pires chimères et à y croire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 mars 2016
Nombre de visites sur la page 4
EAN13 9782897122126
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0105 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Gary Victor
NUIT ALBINOS
Roman
Mémoire d’encrier reconnaît l’aide financière du Gouvernement du Canada par l’entremise du Conseil des Arts du Canada, du Fonds du livre du Canada et du Gouvernement du Québec par le Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres, Gestion Sodec. Mise en page : Virginie Turcotte Couverture : Étienne Bienvenu er Dépôt légal : 1 trimestre 2016 © Éditions Mémoire d’encrier Édition originale : Port-au-Prince, Deschamps, 2008 ISBN 978-2-89712-213-3 (Papier) ISBN 978-2-89712-211-9 (PDF) ISBN 978-2-89712-212-6 (ePub) PS8593.I325N84 2016 C843’.54 C2015-942650-2 PS9593.I325N84 2016 Mémoire d’encrier • 1260, rue Bélanger, bur. 201 Montréal • Québec • H2S 1H9 Tél. : 514 989 1491 • Téléc. : 514 928 9217 info@memoiredencrier.comwww.memoiredencrier.com Fabrication du ePub : Stéphane Cormier
DUMÊMEAUTEURCHEZMÉMOIREDENCRIER Cures et châtiments, Mémoire d’encrier, 2013.
Collier de débris, Mémoire d’encrier, 2013.
Maudite éducation, Mémoire d’encrier / Philippe Rey, 2012.
Je ne savais pas que la vie serait si longue après la mort, dir. Mémoire d’encrier, 2012.
Soro, Mémoire d’encrier, 2011.
Saison de porcs, Mémoire d’encrier, 2009.
Treize nouvelles vaudou, Mémoire d’encrier, 2007.
Chroniques d’un leader haïtien comme il faut, Mémoire d’encrier, 2006.
À mon défunt chien albinos Sam, qui, une nuit de la Saint-Sylvestre, sema effectivement la panique dans les rues de Pétion-Vi lle.
La fusée, armée par quelques garnements, arriva par -dessus le grand flamboyant qui, de sa masse végétale imposante, donnait l’accolade à la partie arrière du presbytère. Elle décrivit une ellipse étincelante au-dessus de la haute croix de l’église Saint-Jean-Bosco avant d’exploser en une multitude d’arcs-en-c iel. Une coupure d’électricité plongea le quartier, colonisé par un marché tentacu laire, dans le noir. Les marchandes de tissus, de souliers et de jouets, qui occupaientmanu militari le trottoir longeant le mur protégeant l’église et qui, quand il n’y avait pas de service religieux, exposaient leurs produits accrochés à la grande barrière en fe r forgé livrant passage au lieu saint, furent les premières à l’apercevoir. Un chien, mon Dieu! si immense qu’on aurait cru une bourrique ou un bœuf. Il était tout blanc, cert ainement albinos, le poil ras, les oreilles pointues dressées vers le ciel, pareilles aux cornes de Satan. Sa langue rose, dégoulinante de bave, pendait jusqu’au sol, s’apprê tant sans doute à laper tout ce qui se trouvait à sa portée. Comme il était assis sembl able à un cerbère, répertoriant de ses regards ses futures victimes – c’est-à-dire les chrétiens vivants s’agitant dans la cohue du marché –, on voyait son énorme sexe sangui nolent extirpé de sa gaine. Ce qui sauva la vie des commères, du moins c’est ce qu ’elles racontèrent par la suite, fut les yeux de l’animal. Des yeux d’où fusaient des éc lairs tantôt verts, tantôt pourpres. Madame Jacques, la marchande de fritures, postée de l’autre côté de la rue, qui s’était constitué depuis vingt ans une clientèle parfois sé lecte grâce au goût incomparable de ses acras et de ses pâtés – il faut dire aussi que toute la cohorte charismatique dont elle était le chef incontesté se nourrissait chez e lle, vu qu’elle accordait généreusement crédit à tous ses coreligionnaires –, poussa un cri qui eut la vertu de mettre en branle les cloches de l’église : « Le Diable! » Le chien s e déplaça sur le mur en hurlant à la mort, attirant ainsi l’attention de ceux qui ne s’é taient encore pas rendu compte de sa présence. Lekouri commença ndes de tissus,devant le portail de l’église. Les marcha de souliers, depèpècuisine,, ameutèrent celles qui vendaient des ustensiles de lesquelles vinrent tomber sur celles qui étalaient sur le trottoir riz, haricots, légumes, épices et fruits. L’épouvante, née dans la rue, s’e ngouffra dans les allées surchargées du marché. Les fuyards, visages déformés par la peu r, bousculaient tout sur leur passage. Comme on voulait s’informer de la raison d ukouri, ils n’arrivèrent à articuler que trois syllabes : « Un chien blanc! » ou encore : « Un diable blanc! » Cela suffit pour que marchandes, marchands, acheteuses et acheteurs vident les lieux. La rumeur surgit du marché et vint dévaler sur la petite plac e où stationnaient autobus, cars, tap-tap desservant les localités environnantes. La pani que poussa des amas de gens à se battre pour s’asseoir dans les véhicules. Un prédic ateur en haillons, peut-être un fou – il y en avait un nouveau chaque jour dans les rue s – brandissant une bible, hurla de sa voix de fausset : « Le chien blanc est arrivé! R epentez-vous, fornicateurs impénitents! » Des chauffeurs angoissés démarrèrent en trombe malgré les luttes sauvages aux portières pour une place salvatrice. U n éclair zébra le ciel. Un roulement de tonnerre pourtant lointain ébranla la ville. Un infarctus terrassa Madame Jacques. Personne ne s’arrêta pour lui porter secours. Le ch ien blanc dans la cité, le salut des âmes était dans la fuite.
Sully Mitchell était né joueur. Il le resterait à t out jamais. Tout jeune, il faisait l’école buissonnière pour aller lancer les quelques pièces de monnaie que lui donnait régulièrement sa tante sur les tables des croupiers installés au Champ-de-Mars dans les environs du Ciné Paramount, l’une des salles de cinéma qui drainait encore du beau monde au centre-ville. Il était non seulement joueur, mais bagarreur. Ce n’était pas trop un défaut pour quelqu’un qui aimait traîne r dans les rues à jouer à toutes sortes de jeu de hasard. Sully s’était battu contre pas mal de voyous au Champ-de-Mars et à la Grand-Rue, soit parce qu’on tentait de lui soutirer ses gains au jeu, soit