Ode à la Marseillaise

-

Livres
204 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

De la Première Guerre mondiale à l’indépendance de l’Algérie, les trajectoires croisées de personnages d’horizons divers: El Habib, député-maire; Roumia, splendeur fanée par la guerre; El Hakim, un jeune médecin… Un passé féerique, un présent fade et amer, un futur né de rêves et d’illusions… Portée par une galerie de portraits plus vrais que nature, loin de tout cliché, l’Ode à la Marseillaise offre une poignée de chroniques sociales bouleversantes. Belle et cruelle, elle chante la mort et les regrets, les souvenirs qui écorchent l’âme, les fossés qui se creusent, les tombeaux que l’on remplit, les prières adressées à un pays devenu sourd.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 27
EAN13 9782748352276
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,009 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Ode à la Marseillaise
Miloud Chorfa Ode à la Marseillaise Khenchela-Algérie
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0114731.000.R.P.2010.030.40000 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2010
Préambule J’ai longtemps hésité avant de me mettre « à table », me mettre devant le clavier pour verser le flot de souvenirs et les histoires orales que mon père me racontait avec passion. J’ai hérité de cette passion dont l’empreinte, je l’espère, marquera ce manuscrit qui se veut un témoignage d’une réalité vécue. Je fais appel aux tréfonds de la mémoire, de la mémoire commune que tout un peuple partage. Des femmes et des hommes ont vécu l’atrocité, ils ont donné leurs vies pour une lumière très lointaine, imprenable. Ils ont hissé leur rêve autant que le mien qui est d’écrire une page aussi infime d’une histoire remplie d’événements où la mort devient une destinée banale. Mon rêve a commencé à prendre forme quand, après moult hésitations, j’ai écrit les premiers mots, puis une suite de phrases émergeant des méandres gravées par les souvenirs, réminiscence profonde et lointaine. Le personnage, premier, décrit est une vérité sans maquillage ni fioritures, il est un peu comique autant que l’événement lui-même. Le vécu de ce personnage est une suite de plaisantes scènes dans un quotidien fade. La fin de ce manuscrit reprend le même personnage, ce combattant de la Première Guerre mondiale, qui assiste à cette autre guerre qui n’a pas vraiment cessé dans son pays. De la femme du combattant aux autres femmes qui animent le récit, émergeRoumia, amoureuse d’un bachagha, universitaire et député. La mort du simple d’esprit dans la fournaise n’est qu’un simple drameque l’on met sur le compte d’une folie
9
purificatrice. L’humain devient une souillure aux yeux de celui qui n’a que mépris pour des êtres nés libres… Je laisse le soin au lecteur de découvrir une époque marquée par la vilenie. Ce manuscrit est un rêve d’enfance, j’ai toujours écrit quelques pages que je froissais dans le temps qui se perdait. Miloud Chorfa, enfant avant d’être adulte.
10