Odyssée d

Odyssée d'une réconciliation

-

Français
233 pages

Description

Ce roman évoque les tribulations d'une jeune fille, fruit du métissage des populations africaines, et retrace le chemin qui la mène d'une famille anoblie à la disparition de ses parents et à la perte de ses repères. De l'exil, cette jeune femme égarée trouvera une forme de rédemption.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 décembre 2019
Nombre de lectures 6
EAN13 9782140139192
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Écrire l’Afrique Guinée
Fadaman Itala Kourouma
Odysséed’une réconciliation Roman
Odyssée d’une réconciliation
Roman
Collection « Écrire l’Afrique Guinée » dirigée par Mamadi Koulibaly
Cette collection désire accueillir des textes de création et de fiction. Caractérisée par sa souplesse et son ouverture, elle souhaite rassembler des romans et des récits qui décrivent des sociétés à travers des histoires révélatrices de ce que vit la population du pays et d’un continent traversé par de multiples bouleversements.
Déjà parus
Mohamed Condé,Le sofa de l’ombre, roman, 2019. Kadiata Kaba,La dame de fer, roman, 2019. Mamoudou Kabala Kabiné Kaba,Confidences d’enfants, roman, 2019.Michel Haba,Nathalie ou le grand pardon, roman, 2019. Ibrahima Dâka Diallo,La sève du terroir. Une page d’enfance au pays natal,2019.
Fadaman Itala Kourouma
Odyssée d’une réconciliation
Roman
Du même auteur
La muse du terroir. Poèmes, L’Harmattan, 2015
Les étoiles dans les yeux.Poésie, éditions IDEC Conakry, 1998
© L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’École-Polytechnique75005 Pariswww.editions-harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-18991-8 EAN : 9782343189918
DÉDICACE
Au général Bouréma Condé, Ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation, pour la perpétuation de lalliance historique entre Yomadou et Takoura.
À mes adorables complices : Nialén, Many, Damba Domani, Tènin TK et M’Ballou la princesse.
À toi Idrissa CAMARA, parti pour toujours. Dors en paix Chevalier des « Belles Lettres »
1
LA FIN DE LEXIL
Moussa avait franchi la frontière pour refaire son destin. Son choix n’a pas été difficile, il n’avait pas fondé de famille propre, il était donc célibataire; aucune attache au village ne pouvait le retenir même pas son ardent désir d’épouser Nastou, la pulpeuse frondeuse qui l’avait pourtant choisie pendant la cérémonie rituelle d’endurance amoureuse au cours de laquelle chaque saison de traite, les jeunes filles de la même génération, nouaient le mouchoir au cou de l’élu de leur cœur. Il appartenait à chacune de choisir le plus vaillant, le plus courageux et le plus intrépide des mousquetaires à ses yeux. À ce titre, le futur fiancé devait prouver sa bravoure dans les domaines agricoles de ses beaux-parents auxquels désormais il est inconditionnellement attaché. Moussa n’avait pas démérité, d’ailleurs il était devenu la fierté de ses beaux-parents dont les greniers débordaient de réserves de provisions et de semences. Ils n’éprouvaient aucune crainte de la soudure ni de la disette cyclique qui appauvrissaient durement les villageois. Cependant, l’ambition de lendemains heureux fourmillait constamment les pensées troubles de Moussa; il était tenaillé par une irrésistible envie d’exil. Surtout que les nouvelles alléchantes de gains rapides qui circulaient dans la contrée faisaient miroiter un train de vie mirifique aux futurs candidats à l’exode. Cette randonnée valait la convoitise de tous les bras valides. Heureusement, elle ne constituait pas une sinécure. Certains y avaient contracté des maladies bizarres parfois
9
incurables; la peur du dépeuplement hantait les esprits et cela rappelait un peu les grandes endémies de l’époque coloniale. Nonobstant ces obstacles, les devins entrevoyaient un chemin pavé, dépourvu de sinuosité pour Moussa, une étoile de gloire. Nastou avait vite compris que ni ses appas ni le charme sensuel et séduisant de sa poitrine proéminente de ses volumineuses mamelles qui remplissaient à souhait un corsage dépourvu de soutien-gorge, balcon charmeur, ne pouvaient retenir l’homme de ses rêves. En d’autres circonstances, on ne pouvait abandonner une proie fraîche lorsqu’on a le ventre aux talons. Mais quand la décision est prise par un homme d’aller au gré du vent, les instincts sont insensibles à la plus bestiale envie amoureuse, fut-elle celle d’une jeune fille épanouie qui ramollit les muscles endoloris du laboureur dont la journée a été ponctuée d’un rude labeur, dans la tiédeur d’une nuit d’hivernage. Connaissant l’intransigeance de son homme, pour Nastou, sa consolation résidait dans l’espoir hypothétique de le rejoindre un jour lorsqu’il aura édifié fortune. Ô Espoir! Si tu n’existais pas, les âmes en peine se seraient assises à un carrefour pour attendre la mort. Moussa était arrivé à la destination prévue; une bourgade où une unité industrielle de traitement du bois avait été installée après un accord à l’amiable conclu entre le consortium et les populations d’accueil sous l’arbitrage des autorités administratives. Précédé par certains de ses compagnons de village, il n’eut pas de difficultés d’embauche grâce à leur aide solidaire. Son permis de conduire acquis quelques années auparavant lorsqu’il était allé séjourner en ville auprès de son grand frère contremaître d’un grand garage automobile, lui servit de sauf-conduit.
10