//img.uscri.be/pth/4198f251629f04fe315ea6b569d933c2a2c73ed6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Pain perdu

De
256 pages

Autrefois le pain avait l'odeur des froments de Dieu et la couleur de l'amour. C'est à la fraction du pain - après que le père l'avait signé - qu'on se reconnaissait d'une certaine famille. Alors le monde prenait le mouvement même des moissons. Et rien de ce qui avait été battu dans l'aire et moulu au four banal ne devait se perdre. Les miettes ne tombaient que de la table des riches ; à celles des pauvres, il arrivait qu'elles fussent déjà un festin.

Charles Le Quintrec a été ce jeune garçon à qui l'on a refusé le pain sacré, le sacrement du pain. Il s'en souvient dans le présent ouvrage qui nous conduit de ses jeunes années à notre époque, à travers la royale gueuserie de ceux qui, manquant de tout, ont cru à l'essentiel.

Pain perdu comporte trois parties : un récit d'enfance avec le portrait de la mère traité à la manière de Rembrandt ; une évocation de la vie parisienne dans les années 50 ; des notes et des chants pour Elisane, femme idéale et peut-être image même de la poésie.

Livre de tendresse, mais aussi de révolte, avec ses pages aiguës, lucides, que traverse le cri de tous ceux qui ont faim - pas seulement de justice... Pain perdu est une oeuvre grave, de cette gravité mystérieuse que seuls savent avoir l'enfant, l'amant ou le poète.

Voir plus Voir moins
Autrefois le pain avait l'odeur des froments de Dieu et la couleur de l'amour. C'est à la fraction du pain - après que le père l'avait signé - qu'on se reconnaissait d'une certaine famille. Alors le monde prenait le mouvement même des moissons. Et rien de ce qui avait été battu dans l'aire et moulu au four banal ne devait se perdre. Les miettes ne tombaient que de la table des riches ; à celles des pauvres, il arrivait qu'elles fussent déjà un festin.
Charles Le Quintrec a été ce jeune garçon à qui l'on a refusé le pain sacré, le sacrement du pain. Il s'en souvient dans le présent ouvrage qui nous conduit de ses jeunes années à notre époque, à travers la royale gueuserie de ceux qui, manquant de tout, ont cru à l'essentiel.
Pain perdu comporte trois parties : un récit d'enfance avec le portrait de la mère traité à la manière de Rembrandt ; une évocation de la vie parisienne dans les années 50 ; des notes et des chants pour Elisane, femme idéale et peut-être image même de la poésie.
Livre de tendresse, mais aussi de révolte, avec ses pages aiguës, lucides, que traverse le cri de tous ceux qui ont faim - pas seulement de justice... Pain perdu est une oeuvre grave, de cette gravité mystérieuse que seuls savent avoir l'enfant, l'amant ou le poète.