Pondichéry

Pondichéry

-

Livres
336 pages

Description

Le 1er novembre 1954, à Pondichéry, la France abandonne ses Comptoirs. Au coeur de la Ville Blanche, dans un petit palais XVIIIe rongé par la mousson, un homme voit s'engloutir ses rêves.

Du destin fastueux et démesuré de Dupleix, véritable vice-roi des Indes deux cents ans plus tôt, à celui, exemplaire et tragique, du premier administrateur colonial à avoir abaissé le drapeau tricolore sur un morceau de l'Empire, c'est toute l'aventure des Indes françaises et de Pondichéry que le nouveau roman de Thierry Ardisson nous raconte pour la première fois.

Au-delà de la saga d'une ville mythique, au-delà de la chronique et des intrigues d'une « sous-préfecture sous les cocotiers », Thierry Ardisson, l'auteur de Rive droite et de Louis XX, nous offre une autre lecture, aussi authentique qu'anti-conformiste, du charme discret des colonies, pour conclure avec une troublante impertinence : « Et si la colonisation était une idée d'avenir ? »

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 11 septembre 2014
Nombre de lectures 24
EAN13 9782226301970
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
Le 1er novembre 1954, à Pondichéry, la France abandonne ses Comptoirs. Au coeur de la Ville Blanche, dans un petit palais XVIIIe rongé par la mousson, un homme voit s'engloutir ses rêves.
Du destin fastueux et démesuré de Dupleix, véritable vice-roi des Indes deux cents ans plus tôt, à celui, exemplaire et tragique, du premier administrateur colonial à avoir abaissé le drapeau tricolore sur un morceau de l'Empire, c'est toute l'aventure des Indes françaises et de Pondichéry que le nouveau roman de Thierry Ardisson nous raconte pour la première fois.
Au-delà de la saga d'une ville mythique, au-delà de la chronique et des intrigues d'une « sous-préfecture sous les cocotiers », Thierry Ardisson, l'auteur de Rive droite et de Louis XX
, nous offre une autre lecture, aussi authentique qu'anti-conformiste, du charme discret des colonies, pour conclure avec une troublante impertinence : « Et si la colonisation était une idée d'avenir ? »