Que de rimailles en mon bec
62 pages
Français

Que de rimailles en mon bec

-

Description

Bonheur
Alanguie sous le vieux tilleul
Je m’enivre de son doux parfum
Le bourdonnement des avettes
Me rassure
Le verbiage des oiseaux
M’enchante
Joliment le papillon
Volette
Jouissance de mon ancrage.
À travers le prisme de sa sensibilité, Magali Gineau Fabre nous invite à feuilleter les notes de la vie, à écouter la musique de nos coeurs, pour que ces historiettes soient des petits airs de fête dans nos têtes.
Un recueil de poèmes étonnant qui pose les mots sur l’harmonie de ce qui nous entoure. D’une rime à l’autre, l’auteure nous invite à découvrir la délicatesse de notre monde, sublimé par le rythme de ses vers.
Née en 1964 dans l’Aveyron, Magali Gineau Fabre découvre très jeune le plaisir de la lecture. Vive, passionnée, elle nourrit son inspiration auprès des gens, des livres et de la nature. Elle réside à présent dans un petit village du Loiret.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 janvier 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782823123197
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Magali Gineau Fabre
Que de rimailles en mon bec
Poésie
Éditions Persée
Consultez notre site internet
© Éditions Persée, 2017 Pour tout contact: Éditions Persée – 38 Parc du Golf – 13 856 Aix-en-Provence www.editions-persee.fr
Je pense avoir du talent Mais C’est « moix » qui le dis…
GM
Un moment sur un banc Un banc pour un passant Penser Rêver Lire Poser Regarder Bavarder S’embrasser Un banc pour un instant Je t’attends…
Alanguie sous le vieux tilleul je m’enivre de son doux parfum Le bourdonnement des avettes me rassure, le verbiage des oiseaux m’enchante, joliment le papillon volette… Jouissance de mon ancrage.
PROMENEUR
D
ABSENCE
Écarlates, elles bordent les champs Fragiles et légères, elles tremblent dans le vent Ce sont tes fleurs souviens-t’en Leurs pétales duvetés m’enveloppent de ton souvenir Je t’aimais tant. À Sylvie D Tendrement je pense à toi Délicatement mes doigts dessinent ton visage effleurent ta bouche Amoureusement je t’enlace un frisson me parcourt murmure du bonheur Secrètement dans mon cœur.
Mafiole d’errance s’en allait librement sans souffrance. Une goutte d’insouciance Dans la Micheline rouge et blanche les paysages défilaient, tous deux endimanchés j’aimais les entendre patoieyer, tendre enfance… Une goutte voluptueuse.
FINITUDE