//img.uscri.be/pth/0415effc74d5b22d15e8c47cb1de155afb14fd14
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

S'empêcher d'en faire trop

De
176 pages
« Je n'ai jamais cherché à faire de l'humanitaire. J'étais méfiant. Je n'aimais pas le mot, je ne l'aime toujours pas. »

Un jour pourtant, après avoir vu quelques photos, le professeur Maurice Mimoun a décidé de mettre sa technique au service des corps estropiés, brûlés, mutilés. Depuis cinq ans, il se rend régulièrement au Viêt-nam avec la fondation Children Action pour tenter de guérir les blessés, apporter ses connaissances et son aide, et surtout enseigner à des chirurgiens locaux les gestes qui peuvent sauver une vie. Il nous livre ici un témoignage bouleversant sur les maux et les silences de malades démunis, mais aussi sur les conditions d'intervention, inimaginables en Europe, et les choix terribles auxquels sont confrontés les chirurgiens faute de temps et de moyens. Dans son désir d'apaiser une souffrance que nous ne voulons pas voir et qui nous fait prendre conscience des excès générés par notre richesse, le récit du professeur Maurice Mimoun renoue avec la part fondamentalement « humaine » que porte en lui le terme « humanitaire ».
Voir plus Voir moins
« Je n'ai jamais cherché à faire de l'humanitaire. J'étais méfiant. Je n'aimais pas le mot, je ne l'aime toujours pas. »

Un jour pourtant, après avoir vu quelques photos, le professeur Maurice Mimoun a décidé de mettre sa technique au service des corps estropiés, brûlés, mutilés. Depuis cinq ans, il se rend régulièrement au Viêt-nam avec la fondation Children Action pour tenter de guérir les blessés, apporter ses connaissances et son aide, et surtout enseigner à des chirurgiens locaux les gestes qui peuvent sauver une vie. Il nous livre ici un témoignage bouleversant sur les maux et les silences de malades démunis, mais aussi sur les conditions d'intervention, inimaginables en Europe, et les choix terribles auxquels sont confrontés les chirurgiens faute de temps et de moyens. Dans son désir d'apaiser une souffrance que nous ne voulons pas voir et qui nous fait prendre conscience des excès générés par notre richesse, le récit du professeur Maurice Mimoun renoue avec la part fondamentalement « humaine » que porte en lui le terme « humanitaire ».