Son absence

Son absence

-

Livres
176 pages

Description

Le narrateur écrit des récits de vie. À partir de ce qui reste d’une existence, textes, paroles, images, il comble les trous, les vides, retisse l’écheveau. Il s’est spécialisé dans les récits de personnes parties de morts violentes, en masse. Né à Vienne en 1933, il vit en solitaire, au milieu des livres et de la musique. Seuls les mots lui permettent d’appréhender quelques morceaux du monde. Début 1999, une femme vient le voir. Sa fille Aria a disparu trois ans auparavant, sans laisser d’autres traces que des livres, cassettes, lettres, articles de presse, photographies et carnets datés. Elle avait vingt-quatre ans. 
Au fil des rencontres avec la mère et le compagnon et des lectures, une toile chronologique et typographique de l’existence d’Aria se déploie. De Paris à Venise, de Jérusalem en Afghanistan se raconte la vie de la jeune fille. S’écrivent ses failles, son rapport à un monde traversé de fractures, son détachement, à la limite de l’absence, sa nécessité de dire et de raconter le réel, à travers les mots, la possibilité de la littérature. S’écrivent l’échec, le gouffre qui s’ouvre.
L’histoire du narrateur s’inscrit en miroir dans ce récit. Sa plume se mêle à celle d’Aria. Sa propre disparition, qu’il pressent, s’incarne dans les mots, qui seuls resteront, donnant corps aux absents.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 août 2008
Nombre de lectures 28
EAN13 9782234066236
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Le narrateur écrit des récits de vie. À partir de ce qui reste d’une existence, textes, paroles, images, il comble les trous, les vides, retisse l’écheveau. Il s’est spécialisé dans les récits de personnes parties de morts violentes, en masse. Né à Vienne en 1933, il vit en solitaire, au milieu des livres et de la musique. Seuls les mots lui permettent d’appréhender quelques morceaux du monde. Début 1999, une femme vient le voir. Sa fille Aria a disparu trois ans auparavant, sans laisser d’autres traces que des livres, cassettes, lettres, articles de presse, photographies et carnets datés. Elle avait vingt-quatre ans. 
Au fil des rencontres avec la mère et le compagnon et des lectures, une toile chronologique et typographique de l’existence d’Aria se déploie. De Paris à Venise, de Jérusalem en Afghanistan se raconte la vie de la jeune fille. S’écrivent ses failles, son rapport à un monde traversé de fractures, son détachement, à la limite de l’absence, sa nécessité de dire et de raconter le réel, à travers les mots, la possibilité de la littérature. S’écrivent l’échec, le gouffre qui s’ouvre.
L’histoire du narrateur s’inscrit en miroir dans ce récit. Sa plume se mêle à celle d’Aria. Sa propre disparition, qu’il pressent, s’incarne dans les mots, qui seuls resteront, donnant corps aux absents.