Souad

Souad

-

Français
290 pages

Description

Souad, jeune femme tunisienne, mène une existence terne dans une cité de la banlieue parisienne, aux côtés d'un mari violent et de sa fille, qui a honte d'elle. La rencontre providentielle d'une vielle dame têtue va bouleverser sa vie en dépit de leur différence d'âge, de condition sociale et de culture.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 novembre 2019
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140135842
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
banlîeue parîsîenne, aux côtés d’un marî vîolent et de sa ille quî a honte d’elle. La rencontre provîdenïelle d’une vîeîlle
sur le chemîn de l’émancîpaïon. En dépît de leur dîFérence d’âge, de condîïon socîale et de culture, les deux femmes
Inspîrée par des aventures vécues, ceTe icïon veut témoîgner d’une réalîté des cîtés et parïculîèrement de la vîolence quoïdîenne faîte à bîen des femmes maghrébînes. C’est aussî l’hîstoîre d’une extraordînaîre amîïé.
, aux édiIons Cours toujours. son premier roman.
Illustraïon de couverture : Manuel Delannoy
ISBN : 978-2-343-18984-0 25
Christelle CourauPoignant
Souad Roman
Souad
Écritures Collection fondée par Maguy Albet et dirigée par Jérôme Martin Chiaramonti (Claude),Mer croisée, 2019. Leenhardt (Pierre),Un amour de frère, 2019. Nadal (Ange),Les beaux jours, 2019. Balzamont (Marie-Line),Monsieur Volage ou la mélancolie de l’homme à femmes, 2019. Cheyron (Jean-Marcel),La vengeance du perroquet vert, 2019. Anton (Isabelle),Aux larmes et cætera, 2019. Deman (Benjamin),On parlait d’amour, 2019. Coissard (Guy Jean),Le vieux Belge et sa mission, 2019. Lagarde (Anne-Marie),Au chemin de Maia, 2019. Valeri (Philippe),Les derniers jours de l’amour, 2019. Duperray (Françoise),Les clandestins, 2019. De Ridder (Guido),De ses livres à ses lèvres, 2019. Winling (François),La victoire de Samothrace, 2019. Eurin (Philippe),La maison aux géraniums, 2019. Chagnaud (Dominique),Jamais je ne t’oublierai. Chroniques de Sidi Lakkba, 2019. * ** Ces quinze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.editions-harmattan.fr
Christelle Courau-PoignantSouad
Roman
Du même auteur Fantômes de la Grande Guerre. Nouvelles historiques, éditions Cours toujours, 2017. © L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-18984-0 EAN : 9782343189840
A Souad et Francine, les vraies, dont l’improbable et exemplaire amitié a inspiré ce roman. A JM, sans qui rien de tout ceci n’aurait vu le jour.
Ma gratitude la plus sincère à : Bernadette Chéhu, Alain Ciron, Rémi Marchand, Benoît Ruelle pour le travail ardu de relecture et de corrections qu’ils ont fourni sans faillir, pour leur disponibilité constante, pour leurs critiques approfondies et bienveillantes. Dominique Brisson, directrice des éditions Cours toujours pour m’avoir mis le pied à l’étrier en publiant mon premier manuscrit. Florence Petry, responsable des éditions la Chambre d’échos pour m’avoir encouragée depuis mes débuts dans la voie de l’écriture. Anne et Jean-Marc, mes fans de la première heure, si peu objectifs mais dont l’enthousiasme inconditionnel m’a souvent stimulée.
I - La rencontre Dis madame, tu veux je fais le ménage chez toi ? Lorsque la passante ralentit le pas, le cœur de Souad se mit à battre la chamade. Depuis le matin qu’elle arpentait les rues en marmonnant sa proposition d’une voix devenue mécanique à force de fatigue et de découragement, personne n’avait marqué une pause, personne n’avait prêté attention à son timbre fluet. Ils avaient même été plusieurs à esquisser de la main un geste d’agacement. Souad ne s’en était pas offusquée ; en Tunisie, elle aussi écartait les quémandeurs d’un mouvement du poignet comme on chasse une mouche. Mais maintenant, en cette fin d’après-midi, cette dame élégante d’un certain âge s’était arrêtée. Souad garda poliment les yeux rivés au sol. Elle attendait, se dandinant d’un pied sur l’autre, se sentant dévisagée. Elle craignait de déplaire. Son mari ne se faisait pas faute de moquer sa taille que la maternité avait épaissie, ses épaules voutées, ses mains gercées par les travaux domestiques. — On ne dit pas comme ça, répondit enfin la passante d’une voix posée. Il faut dire : veux-tu que je fasse le ménage chez toi ? — Veux-tu je fais le ménage chez toi ? répéta docilement Souad. — Et regarde-moi quand tu me parles. C’est malpoli de regarder ailleurs. Déconcertée, Souad tenta de lever les yeux, n’y parvint pas. Ne doit-on pas abaisser le regard lorsque l’on veut marquer le respect ? — Allez viens ma fille, je vais nous préparer un café au lait et t’expliquer le travail. Situé en plein centre de Vincennes, l’appartement était d’une propreté irréprochable. Souad se demanda quel travail elle allait pouvoir effectuer : les murs immaculés de la cuisine où elle se tenait gauchement ne nécessitaient aucun lessivage, les carreaux des vitres étincelaient, le parquet vitrifié de l’entrée qu’elle avait traversée en marchant précautionneusement sur la pointe des pieds brillait comme une patinoire. — D’habitude, j’aime bien qu’on se déchausse, expliquait Francine en sortant une casserole à fond épais d’un tiroir coulissant. Si tu
9