Souviens-moi
112 pages
Français

Souviens-moi

-

Description

" L'oubli, c'est un bruit de fond familier, le mien. Une nappe sonore qui empêche d'isoler ceci de cela, cernée par la plénitude du silence autour... Tant de balises portées disparues, refoulées dans les profondeurs, depuis sept quinze trente ans, et les voilà soudain ici flottant à la surface. "



Brèves rencontres, deuils en miroir, scènes insolites, malentendus exemplaires : autant d'instantanés patiemment rassemblés, grâce auxquels Yves Pagès, par un subtil jeu d'échos, se réinvente une mémoire. Autant d'émotions, constamment déjouées par l'humour et les surprises du montage. c'est ce regard décalé, insolent, qui donne tout son prix à cet autoportrait en forme de puzzle.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 mars 2014
Nombre de lectures 4
EAN13 9782823604276
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Souviens-moi
YVES PAGÈS
Souviens-moi
ÉDITIONS DE L’OLIVIER
Depuis 2010, Yves Pagès a ouvert un site de création textuelle & visuelle www.archyves.net/html/Blog
 978.2.8236.0426.9
© Éditions de l’Olivier, 2014.
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
à l’improviste
L’oubli, c’est un bruit de fond familier, le mien. Une nappe sonore qui empêche d’isoler ceci de cela, cernée par la plé-nitude du silence autour. « Un petit rien bordé de rose », comme disait ma grand-mère à propos du diable qui gît dans les détails. J’ai dû m’y faire, comme n’importe qui revenant sur ses pas, à ce désert rétrospectif. Tant de balises portées disparues, refoulées dans les profon-deurs, depuis sept quinze trente ans, et les voilà soudain ici flottant à la surface. Ça fait un drôle d’effet, apnée mémorielle, mais il faut s’en saisir illico avant que le ser-pent de mer ne retourne au néant. L’instant suivant, ce ne sera déjà plus l’heure, méandre après méandre, chaque flash-back aura repris son chemin d’amnésie.