Supplément au roman national

Supplément au roman national

-

Livres
162 pages

Description

Où est le peuple français aujourd’hui, qu’est devenue la notion même de peuple ? Y a-t-il encore une communauté suffisante de destins, la possibilité d’un « nous » ? Toutes ces questions – lucides, brûlantes, virulentes, émues – parcourent le premier roman de Jean-Eric Boulin, Supplément au roman national. Au fil des scènes, le peuple apparaît comme une gigantesque addition d’invisibles face aux apparents, aux nantis, aux privilégiés de l’éternelle société du spectacle, à la caste béate, inconsciente et arrogante des politiques. Les invisibles sont trop fatigués pour se rassembler, pour songer à la lutte des classes, pour ne pas sombrer dans les mirages du commerce et de l’envie. La solution est individuelle. Pour certains, elle est extrémiste. Comme Kamel Barek et Yann Guillois qui, lassés d’endurer les humiliations, se révoltent contre une France qui n’est plus, surtout pour ses immigrés, qu’une publicité mensongère. Mais la rage commence à monter des profondeurs, c’est le malheur qui rougeoie dans le gris des banlieues, c’est la colère de tous les indigènes de la République, de la jeunesse françarabe, c’est l’embrasement d’une France réduite bientôt à un vieux souvenir de flammes. Une France qui attend son sauveur, l’homme politique providentiel. Il n’y a pas de clans, de nuances de peau dans la détresse, il y a juste les riches et les pauvres et, entre eux, ce supplément de vide que Jean-Eric Boulin cerne avec son intelligence, ses visions et son amour des invisibles.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 août 2006
Nombre de lectures 26
EAN13 9782234067271
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Où est le peuple français aujourd’hui, qu’est devenue la notion même de peuple ? Y a-t-il encore une communauté suffisante de destins, la possibilité d’un « nous » ? Toutes ces questions – lucides, brûlantes, virulentes, émues – parcourent le premier roman de Jean-Eric Boulin, Supplément au roman national. Au fil des scènes, le peuple apparaît comme une gigantesque addition d’invisibles face aux apparents, aux nantis, aux privilégiés de l’éternelle société du spectacle, à la caste béate, inconsciente et arrogante des politiques. Les invisibles sont trop fatigués pour se rassembler, pour songer à la lutte des classes, pour ne pas sombrer dans les mirages du commerce et de l’envie. La solution est individuelle. Pour certains, elle est extrémiste. Comme Kamel Barek et Yann Guillois qui, lassés d’endurer les humiliations, se révoltent contre une France qui n’est plus, surtout pour ses immigrés, qu’une publicité mensongère. Mais la rage commence à monter des profondeurs, c’est le malheur qui rougeoie dans le gris des banlieues, c’est la colère de tous les indigènes de la République, de la jeunesse françarabe, c’est l’embrasement d’une France réduite bientôt à un vieux souvenir de flammes. Une France qui attend son sauveur, l’homme politique providentiel. Il n’y a pas de clans, de nuances de peau dans la détresse, il y a juste les riches et les pauvres et, entre eux, ce supplément de vide que Jean-Eric Boulin cerne avec son intelligence, ses visions et son amour des invisibles.