Thomas Tomis

Thomas Tomis

-

Français
84 pages

Description

« Comme tous les directeurs de conservatoire de musique et de danse, Antoine René-Renard a connu quelques vicissitudes dans son métier. Le contraire serait très étonnant. Le petit monde de l'enseignement musical est le microcosme de toutes les turpitudes, de toutes les absurdités. » Ces six nouvelles sont le miroir de ses mésaventures, et oscillent entre l'ironie, le burlesque et le tragique pour évoquer les thèmes de l'autorité, de la déontologie, de la hiérarchie, de la nécessité des réformes, laissant émerger çà et là quelques fragiles lueurs d'espoir.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 octobre 2018
Nombre de lectures 1
EAN13 9782140102561
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Antoine René-Renard
Directeur de conservatoire
Antoine René-Renard
Thomas Tomis Directeur de conservatoire
mus ques en question(S)
Six nouvelles plus ou moins humoristiques
Thomas Tomis Directeur de conservatoire
Musiques en question(s) collection dirigée par Philippe Malhaire
La collectionMusiques en question(s)pour vocation de a mettre en lumière des compositeurs, musicologues et interprètes souhaitant enrichir la réflexion sur la musique savante par des propositions originales ou innovantes.
La collection souhaite notamment participer activement au débat sur l’évolution de l’art musical en invitant les auteurs à manifester leur engagement critique par une approche argumentée et pertinente.
Les ouvrages de la collection adoptent des configurations très diverses : esthétique, histoire, théorie, analyse, corres-pondance, biographie, mémoires, essai, roman, etc. Titres déjà parus Anthony Girard,Minos. Les dédales de l’expérience créatrice, 2016 Louis-Noël Belaubre,Pour un cinquième âge de la musique, préface de Philippe Malhaire, 2016Émile Goué,Demain, je t’écrirai en majeur, 2016 Zelia Chueke,Face à l’inconnu. Les pianistes et la musique de leurs temps, préface de Jean-Yves Bosseur, 2017 Michèle Alten,La musique au cœur des enjeux de la société française (1896-1956), 2017 Anthony Girard,Dans les replis de la mémoire. Les sonates pour piano de Valéry Arzoumanov, 2017 Claude Debussy. La trace et l’écart, Jean-Pierre Armengaud et Pierre-Albert Castanet (dir.), 2018
Antoine René-Renard
Thomas Tomis Directeur de conservatoire
six nouvelles plus ou moins humoristiques
© L’HARMATTAN, 2018 5-7, rue de l’École-Polytechnique - 75005 Pariswww.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-15865-5 EAN : 9782343158655
L’autorité
69
Le devoir de réserve
59
Sommaire
31
Préface par Gabriel Gossec Le cadeau
43
Le visiteur
11
Danger travail !
Avantages en nature
21
7
Préface Gabriel Gossec
Être directeur d’un conservatoire de musique et de danse, c’est assumer un métier périlleux. On y risque gros, voire très gros, et peut-être même davantage ! Le danger principal, c’est de s’identifier à sa fonction, à ce personnage voué à exercer un pouvoir, une autorité, un contrôle sur autrui, élèves et professeurs essentiellement, un individu destiné à décider, à commander, à agir. Sa cuirasse, l’idéalisme, la générosité, le don de soi ; ces illusions dissimulent les menaces qui le guettent. En dépit des apparences, les directeurs présentent une certaine similitude avec les champignons : nous savons qu’il y en a de bons, et même de savoureux… Mais certains sont mortels. Un directeur de conservatoire est plus ou moins nocif pour son entourage. Mais dans certains cas, il peut être bienfaisant, apportant la quiétude et la joie. Ce n’est pas une question de caractère, mais d’altitude, de recul, de lucidité. J’apprécie Antoine René-Renard, c’est un ami de longue date ; nous avons fait nos « classes » ensemble. Invité à plusieurs reprises, ici ou là, en qualité de membre de jury et d’ancien condisciple, j’ai constaté son dévouement, non sans remarquer sa discrétion : je ne connais pas de directeur plus réservé, plus secret. Visiblement, il assume le métier avec une forme de distance, de non-identification très salutaire. C’est peut-être la raison pour laquelle il a éprouvé le besoin d’écrireen catiminices six nouvelles, n’étant pas de nature à se répandre en confidences. Le lecteur se demandera probablement s’il ne s’agit pas d’une astucieuse mise en scène, si le personnage de Thomas Tomis et celui d’Antoine René-Renard ne sont pas, en fait, un seul et unique protagoniste.