Tirs d

Tirs d'armes légères le soir

-

Livres
200 pages

Description

A la suite de troubles politiques, un homme en rupture de métier vit, dans une maison isolée près d'une plage, en une saison qui n'est pas celle des vacances, auprès de deux très jeunes filles. Un rôdeur inconnu vient parfois s'asseoir, la nuit, devant leur porte tandis que les adolescentes entraînent leur ami dans leurs jeux érotiques.

Peu à peu, la présence sourdement menaçante de l'inconnu permet au narrateur de revivre, à la manière d'une hallucination, la mort (noyade) de sa femme, survenue dans des conditions mystérieuses, quelques mois plus tôt. Alors, suscitée par l'inquiétude, s'établira entre le rôdeur et le narrateur une étrange communication, le vagabond permettant au récitant de faire surgir, sans cesse plus précises, des images de sa vie passée, images dont le sens réel lui avait autrefois échappé: qui était vraiment cette épouse adorée? Quels étaient vraiment ses désirs les plus fous? Y avait-il, dans leur couple, une part d'ombre qui expliquerait cette noyade?

Les révélations ainsi acquises sont de celles qui déchaînent toutes les forces, et l'élégie en demi-teintes se terminera dans la violence. Pourtant, élégiaque ou violent, le récit de Serge Chauvel gardera d'un bout à l'autre son unité poétique, comme un sortilège qui se déroulerait sans faiblesse, depuis le badinage le plus gracieux jusqu'à la plus profonde horreur.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 avril 2014
Nombre de lectures 20
EAN13 9782246804291
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
A la suite de troubles politiques, un homme en rupture de métier vit, dans une maison isolée près d'une plage, en une saison qui n'est pas celle des vacances, auprès de deux très jeunes filles. Un rôdeur inconnu vient parfois s'asseoir, la nuit, devant leur porte tandis que les adolescentes entraînent leur ami dans leurs jeux érotiques.
Peu à peu, la présence sourdement menaçante de l'inconnu permet au narrateur de revivre, à la manière d'une hallucination, la mort (noyade) de sa femme, survenue dans des conditions mystérieuses, quelques mois plus tôt. Alors, suscitée par l'inquiétude, s'établira entre le rôdeur et le narrateur une étrange communication, le vagabond permettant au récitant de faire surgir, sans cesse plus précises, des images de sa vie passée, images dont le sens réel lui avait autrefois échappé: qui était vraiment cette épouse adorée? Quels étaient vraiment ses désirs les plus fous? Y avait-il, dans leur couple, une part d'ombre qui expliquerait cette noyade?
Les révélations ainsi acquises sont de celles qui déchaînent toutes les forces, et l'élégie en demi-teintes se terminera dans la violence. Pourtant, élégiaque ou violent, le récit de Serge Chauvel gardera d'un bout à l'autre son unité poétique, comme un sortilège qui se déroulerait sans faiblesse, depuis le badinage le plus gracieux jusqu'à la plus profonde horreur.