238 pages
Français

Tranches de vies

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’histoire d’une jeune princesse dans un monde sans homme; une femme apprend enfin la vérité sur ses origines de la bouche de sa mère adoptive; deux être meurtris par la vie finissent par panser leurs plaies en démarrant ensemble une nouvelle vie; une avocate apprend la mort de son amant; une simple partie de scrabble met l’amitié de deux amies à rude épreuve; une bonne sœur regrette son choix et souhaite découvrir l’amour, le vrai… Chorale de destins, passions, souvenirs et regrets mêlés: à travers une belle galerie de portraits de femmes, tout en nuances, Louise Camberfort signe vingt-quatre nouvelles entre contes de fées, noirceur et mélancolie, aux lignes de fuite tendant irrésistiblement vers l’amour et la mort.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2009
Nombre de lectures 96
EAN13 9782748354133
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0094€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Tranches de vies
Louise Cambefort Tranches de vies
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0115012.000.R.P.2010.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2010
Pour mon fils.
Avant propos Au Gré des Mots…
Les MOTS ! Avez-vous idée de la tyrannie qu’ils exer-cent sur ceux qui se risquent à les manipuler ? Que dis-je, manipuler ! Les inviter, plutôt ! C’est cela : nous les invi-tons. Eh bien figurez-vous que ce sont eux qui s’invitent ! A vous en donner la nausée. Tenez, moi qui vous parle, là, assise à mon bureau, devant mon ordinateur, j’ai la nau-sée ! Ils sont là, ils se bousculent, se pressent pour être les premiers, les plus beaux, les plus percutants. Mais c’est mon cerveau qu’ils percutent, qu’ils martèlent ! Je n’en peux plus ! Mes doigts ne sont pas assez véloces pour sui-vre le rythme de leur invasion ! La seule charité qu’ils me montrent, c’est qu’ils arrivent sans fautes (!!!), ou bien qu’ils se corrigent sans me créer de soucis. Je leur recon-nais cette qualité. Quant à ce qu’ils me font écrire, à ce qu’ils me forcent à écrire parfois, sachez que je n’en suis nullement maîtresse ! Je refuse même de porter la respon-sabilité de certaines idées qu’ils m’amènent en s’agençant en phrases où je ne me reconnais pas ! C’est dingue ! Ah, ils sont forts ! Sournois ! Taquins aussi ! Et puis, à y bien réfléchir, j’ai envie de dire que ce sont des amis, de vrais amis. Fidèles si on les traite bien, si on leur montre qu’ils nous sont aussi nécessaires que l’air que nous respirons, que l’eau qui irrigue nos cellules et, justement, notre cer-veau ! La plupart du temps, ils arrivent sans crier gare, et c’est peut-être mieux ainsi. On n’a pas le temps de réflé-chir, d’avoir peur d’eux. Ils sont là, on a plus qu’à leur obéir, à se laisser porter par eux.
9
Tout ce qui précède, ce n’est pas moi qui l’ai écrit, ce sont eux ! Ce que vous allez lire, ce n’est pas moi non plus ! Et vous pouvez constater combien ils sont bavards. Ils ne s’arrêtent jamais ! Je ne sais quelle vanne j’ai acciden-tellement ouvert, mais ils s’y sont engouffrés comme une horde sauvage, balayant le moi que je connaissais, ame-nant une créature qui ne me ressemble pas. Je me reconnais à peine. Du moins, je fais connaissance avec quelqu’un en moi dont j’ignorais l’existence. A tout bien prendre, c’est excitant ! Mais, comme un parent qui estime que son rejeton l’a suffisamment saoulé, et qu’il est temps de le ramener à un minimum de discipline, je décide d’en faire autant et de mettre mes doigts en grève ! Tant pis si ma tête explose !
10