//img.uscri.be/pth/ead6c0057224d8f626aaa669012e2bd14f3a1648
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Trois hommes seuls

De
176 pages
Marie m’invitait à passer quelques jours en Corse. Je pouvais venir avec qui je voulais. J’en ai donc parlé à Marc, que je fréquentais depuis trois mois sur un court de tennis, du côté de la porte de Clignancourt. Lui-même en a parlé à un type que je ne connaissais pas. Sur la banquette arrière, j’ai pu caser la chaise que Marie m’avait laissée en s’en allant, deux ans plus tôt, et qu’elle me demandait de lui rapporter. Après quoi, tous les trois, on s’est dit qu’on ferait connaissance en chemin, et on est partis.
Trois hommes seuls est paru en 2008.
Voir plus Voir moins
TROIS HOMMES SEULS
DU MÊME AUTEUR
VOLLEYBALL,roman,1989 L’AVENTURE,roman,1993 LEPONT D’ARCUEIL,roman,1994 PAUL AU TÉLÉPHONE,roman,1996 LEPIQUENIQUE,roman,1997 o LOIN D’ODILE,roman,1998 (“double”, n 15) o MON GRAND APPARTEMENT,roman,41)1999 (“double”, n o UNE FEMME DE MÉNAGE,roman,2001 (“double”, n 24) DANS LE TRAIN,roman,2002 LESRENDEZVOUS,roman,2003 L’IMPRÉVU,roman,2005 SUR LA DUNE,roman,2007
CHRISTIAN OSTER
TROIS HOMMES SEULS
LES ÉDITIONS DE MINUIT
L’ÉDITION ORIGINALE DE CET OUVRAGE A ÉTÉ TIRÉE À QUARANTE EXEMPLAIRES SUR VERGÉ DES PAPETERIES DE VIZILLE, NUMÉROTÉS DE 1 À 40 PLUS SEPT EXEMPLAIRES HORS COMMERCE NUMÉROTÉS DE H.C. I À H.C. VII
2008 by L É M ES DITIONS DE INUIT 7, rue BernardPalissy, 75006 Paris www.leseditionsdeminuit.fr
En application des articles L. 12210 à L. 12212 du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction à usage collectif par photocopie, intégralement ou partiellement, du présent ouvrage est interdite sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC, 20, rue des GrandsAugustins, 75006 Paris). Toute autre forme de reproduction, intégrale ou partielle, est également interdite sans autorisation de l’éditeur.
à Véronique B.
Je venais de raccrocher par deux fois mon télé phone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l’opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans la partie basse de laquelle je rangeais mes sacs de voyage. Je possédais plusieurs sacs de voyage, qui cor respondaient à plusieurs sortes de voyage, que je n’avais pas faits, et j’ignorais quel sac eût le mieux convenu au départ que je projetais pour la semaine suivante. Le second appel téléphonique que j’avais reçu était dû à Marc, que je pratiquais seulement depuis trois mois, exclusivement sur un court de tennis que nous réservions le mardi soir. Le premier éma nait de Marie, que je ne pratiquais plus depuis deux ans, dans aucun domaine à l’exception de l’épistolaire, qui consistait en cartes postales que nous nous adressions sporadiquement.
9
Nous avions, Marie et moi, pris congé l’un de l’autre, et notre éloignement dans l’espace avait facilité les choses. J’étais resté à Paris. Il me fallait donc, par avion ou par bateau, la rejoindre là où elle vivait, à Barretone, en Corse, comme elle m’y invitait, pour une dizaine de jours, nanti de la chaise qu’elle souhaitait récupérer. Quand j’avais reconnu sa voix au téléphone, j’avais ressenti immédiatement le besoin de m’as seoir, et lorsque, à peine plus tard, elle m’avait parlé de cette chaise, j’avais mis quelques secondes à comprendre de quelle chaise elle parlait et que c’était de celle où j’étais assis. Il s’agissait d’une chaise en bois que je n’utilisais guère et qui se trouvait près de moi quand j’avais décroché le télé phone, très basse, lourde, au dossier rigide quoique correctement incliné, qu’elle n’avait pas emportée avec elle et qui lui venait de son père. Marie ne m’avait pas parlé d’emblée de cette chaise, donc, elle m’avait d’abord demandé de mes nouvelles – ce n’étaient pas des nouvelles que nous nous envoyions sur nos cartes postales –, et j’avais été embarrassé par sa question parce que pour lui parler de moi j’eusse d’abord eu besoin qu’elle me parlât d’elle, sachant que si elle allait bien et qu’elle gardait le contact avec moi ça me
10