//img.uscri.be/pth/676e6fd308f8e1abea8de4e3d40986db12ba7a40
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Un si gentil docteur

De
99 pages

Nouvelles très incisives, histoires déroutantes mais pleines de rebondissements, vous ne pourrez fermer ce livre qui vous tiendra en haleine jusqu'à la fin.

Publié par :
Ajouté le : 19 juin 2011
Lecture(s) : 55
EAN13 : 9782748106060
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Avertissement de l’éditeur
manuscrit.com— maisond’éditionfrancophone—apour
vocationderéunirlesconditionsidéalespourquetous
les manuscrits trouventleur public.
Pour ce faire, manuscrit.com s’est doté du plus grand
réseaudelecteursprofessionnels: composédelibraires
etde critiques,ilestentièrementvoué àladécouverte
etàlapromotiond’auteursdetalent,afindefavoriser
l’édition de leurs textes.
Dans le même temps, manuscrit.com propose — pour
accélérer la promotion des œuvres — une diffusion
immédiate des manuscrits sous forme de fichiers
électroniquesetdelivresimprimés. C’estcetteédition
quelelecteuraentrelesmains. Lesimperfectionsqu’il
ydécèlerapeut-être sont indissociables de la primeur
d’une telle découverte.
manuscrit.com
5bis, rue de l’Asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comUn si gentil docteur© manuscrit.com, 2001
ISBN: 2-7481-0607-5 (pour le fichier numérique)
ISBN: 2-7481-0606-7 (pour le livre imprimé)Felisa Jimenez
Un si gentil docteur
NOUVELLEDROIT D’AÎNESSEMa soeur Elie a toujours été jalouse, de tout le
monde et de moi en particulier. A ses treize ans, quand
elle a découvert qu’elle devenait une femme, mademoi-
selle transforma le mépris qu’elle éprouvait pour moi en
unesortedehainedestructrice. Maisleplusétonnantest
quejepassaiausecondplan. Etrangement,ellemanifesta
pour notre mère une répulsion que je ne me suis jamais
expliquée.
Entoutcas,elles’estarrangéepourécartermèrede
sonexistenceet delamienneparlamêmeoccasion.
Je peux l’avouer à mon journal intime, à lui seul,
ma soeur Elie a assassiné maman. La police n’y a vu que
dufeu…Elleestpeutêtremoche,masoeur,maiselleest
pas bête du tout.
J’aurais dû la dénoncer, c’est vrai, mais l’enquête
auraitretardénotreentréeen possessiondel’héritage.
Dans trois jours, mon compte bancaire minable va
connaître une perfusion de quelques millions de francs.
Mon dieu, je n’ose pas y croire. Je vais pouvoir pénétrer
dansunebanquelatêtehaute.EtcelledeGarcinquand
il découvrira mon solde. Tous ces zéros… Ah, il ne me
fera plus attendre une demi-heure avant de me recevoir !
Etleshumiliationsauguichet! Non,mademoiselle,vous
ne pouvez pas décaisser aujourd’hui, votre compte pré-
sente un solde débiteur de… Tout ça à voix haute pour
que lesgens qui font la queuepuissententendre ! J’ai ja-
mais connu le bonheur de la possession…
Pourtant, elle était riche, maman, très riche mais,
très économe !
Pasde chancepourdesjeunesfillesélégantes. Moi
surtout, plus que mon aînée. Voilà mon drame, j’ai des
goûts de luxe, j’aime les belles choses. Enfin, je ne veux
pasperdrelefildemonhistoire.
La semaine dernière donc, après une violente dis-
pute, ma mère interdit à Elie de sortir. C’était d’autant
plusdurpourmapauvresoeurqueRichardestlepremier
garçon qui s’intéresse à elle. Bon, donc, interdiction de
sortir. Elle a ruminé toute la journée… Elle fulminait
8Felisa Jimenez
d’être privée de ses premiers baisers. A dix-huit ans, ça
se comprend ! Quelques jours après la fameuse dispute,
je l’ai surprise, le sourire aux lèvres, un sourire en coin
rusé, une de ces expressions qui ne présage rien de bon
quandelleselitsurunvisagehaineux. Jen’aiposéaucune
question, à quoi bon, elle ne me raconte jamais rien de
toutefaçon. J’aipréférémenerma petiteenquête…
Lorsqu’un soir, elle est montée à pas de loup
jusqu’au premierétage, je l’ai discrètement suivie. Elle a
sortidesapocheunebobinedefiltransparent. Jen’aipas
tout de suite compris son plan… Avec des gestes précis,
comme si elle pratiquait une intervention chirurgicale,
elle a tendu son fil d’un bout à l’autre de la marche. J’ai
d’abord trouvé ça amusant, une sorte de blague un peu
idiote mais à l’expression de son visage, j’ai senti que la
suite ne ferait rire personne. Et puis, tout d’un coup
mes cheveux se sont dressés sur ma tête parce que je me
suis souvenue d’un détail : les escaliers sont en marbre
reconstitué…
Ma mère est très myope mais sa coquetterie l’em-
pêchedeporterdeslunettes,quantauxlentilles,cetteidée
lui fait horreur !
Jamais elle n’apercevrait le fil tendu d’un bout à
l’autre de la troisième marche ! Elle qui sortait à l’opéra
ce soir là allait se prendre les pieds dans les volants de sa
robe longue retenus par le fil invisible. Sa belle robe en
soiequ’elleportaittoujourslesgrandssoirsseraitfroissée,
déchirée, fichuepeut-être!
J’ai failli intervenir, appeler, mais au moment où
j’ouvrais la bouche, j’ai entendu le téléphone sonner.
Tout s’est passé très vite alors. Elle qui était dans la salle
de bains a crié :
Maman, téléphone ! Ca doit être Jacques… Il a
ditqu’ilappelleraitavantdepassertechercher!
J’étaisfascinée! J’auraiseuencoreletempsd’inter-
venirmaisj’avaisséchémoncoursdepianoetj’aipréféré
rester invisible.
9