//img.uscri.be/pth/4f5e1624fc3f746b6f18055e8700d3f919bd598f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Une fille nommée Aglaé

De
366 pages

Salué comme un des meilleurs livres de Prilepine, c’est la quintessence de son œuvre que ce recueil nous offre, revisitant à travers huit nouvelles ses thèmes de prédilection : la violence sociale et politique, la figure du père, le rapport aux femmes…


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

ZAKHAR PRILEPINE Une Illenommée Aglaé nouvelles traduites du russepar Joëlle Dublanchet
ACTES SUD
le pOiNt De vUe DeS ÉDiteURS
Une fille nommée Aglaé ràssémbé sé nouéés quî rérénnén és hèmés chérs â Zàkhàr prîéîné – à figuré uÈàîré du èré, àbsén ou rÈsén, és ràors îmossîbés énré hommés é fémmés. Cés hîsoîrés sé àssén oués dàns à Russîé rofondé – càmàgné àbàndonnÈé é rîsé(Le Petit Vitia)à où nàuré àrfoîs rÈsérÈé màgnîfié ou(La Forêt), îé dé roîncé sînîsrÈé où dé sînguîérs oîcîérs(Mon père)fon rÈgnér ’ordré â éur fàçon(Une fille nommée Aglaé, L’Interrogatoire), où ’on s’Èchoué àussî(Le Brancard), màîs éncoré îéu roîcé àux àmours càndésînés ouÈés â ’Èchéc(L’Ombre d’un nuage sur l’autre rive). Zàkhàr prîéîné à uné fàçon bîén â uî dé dÈcrîré cés hommés rîs àu îègé, é quî îrén rÈconfor dé ’àmour d’un èré, unîqué consoàîon dàns un mondé où és fémmés, our éux, né son qué màénéndu é fàux-sémbàn. i né résé us àors qu’â fàîré é déuî dé son énfàncé, gràndîr obîgàoîrémén, s’éndurcîr, our déénîr un hommé, un ràî… Màîs â qué rîx ? pubîÈ én , cé récuéî à connu un grànd succès dàns son àys –Aglaéà ÈÈ orÈ â ’Ècràn –, commé our confirmér qu’un Ècrîàîn russé dîgné dé cé nom sé doî d’éxcéér dàns un génré où tchékho résé un màïré înÈgàÈ.
ZaKHaR pRilepiNe
Depuis son apparition fulgurante avecpàhoogîés, un premier roman sur la guerre de Tchétchénie, qu’il a faite, engagé volontaire, Zakhar Prilepine, né en 1975, a construit en moins de dix ans une œuvre impressionnante – essais, nouvelles, récits, romans, dontSàn’kîà,lé Sîngé noîr et Dés chàussurés éînés dé odkà chàudépubliés par Actes Sud… jusqu’auRéfugé, paru en 2014 en Russie – comparé rien moins qu’àGuérré é pàîx–, une histoire d’amour au temps du Goulag des Solovki, qui l’a consacré comme l’auteur le plus en vue dans son pays.
DU MÊMe aUteUR
PATHOLOGIES, Èdîîons dés Syrés, . LE PÉCHÉ, Èdîîons dés Syrés, . SAN’KIA, acés Sud, . DES CHAUSSURES PLEINES DE VODK A CHAUDE, acés Sud, . LE SINGE NOIR, acés Sud, . JE VIENS DE RUSSIE, là DîffÈréncé, . phoogràhîé dé couéruré : © Kàérînà Békînà “lérés russés” sÈrîé dîrîgÈé àr Mîché pàrféno tîré orîgînà : Vosmiorka Édîéur orîgînà : aSt, Moscou © Zàkhàr prîéîné,  aéc ’àccord dé www.nîbbé-wîédîng.com ©aCteSSUD, our à ràducîon frànçàîsé iSBN----
ZaKHaR pRilepiNe
Uné fié nommÈé agàÈ
nouéés ràduîés du russé àr Joëé Dubànché
ACTES SUD
LE PETIT VITIA
— voîâ é ràîn dé Moscou! là mèré, u éux sérîr é dÈjéunér ! dîsàî é èré én énràn dàns à màîson. lé gàmîn uî sourîàî. Son èré ààî oujours ’àîr d’àoîr êchÈ un gros oîsson don à quéué bougéàî éncoré dàns é sàc qu’î oràî sur é dos. là grànd-mèré régàrdàî àr à fénêré. Sur é rém-bàî, déàn é îàgé, é conoî Èîncéàn àssàî â oué îéssé. Dàns és îrés, é bruî dés ràîns Èàî dÈcrî commé un Èràngé “ouk-ouk-ouk-ouk, y-ykh-y-ykh”, én fàî î ràéàî uô é bruî ràîdé é àgrÈàbé àéc équé à grànd-mèré jéàî ’éàu sàé dé son séàu sur é chémîn. lé ràîn sémbàî commé émorÈ àr un flo ràîdé. On ààî ’îmréssîon qué sî ’on cîgnàî dés yéux, àr un jour énsoéîÈ, én suîàn é ràîn du régàrd, on érràî dés Ècà-boussurés é dés bués dé sàon oér àu-déssus du rémbàî. On dÈjéunàî â quàré héurés, héuré dé Moscou, orsqué é ràîn dé à journÈé ààî dàns à càîàé, é on dïnàî â néuf héurés é quéqué orsqu’î én réénàî. Sî dàns à journÈé, àu soéî, î donnàî ’îmréssîon d’àoîr ÈÈ sàonnÈ, é soîr î ràéàî uné guîràndé.
7
lé màîn î y én ààî un àussî, màîs â céé héuré-â, é éî gàrçon dormàî, sà grànd-mèré s’occuàî dé à àché, àndîs qué son èré Èàî àrî rààî-ér â à chàufférîé, où î déàî sàns doué – commé é ràîn dé Moscou ààî àssér – s’én énoyér un dé éms én éms our soîgnér sà guéué dé boîs. Un jour, é gàmîn, àrès àoîr béàucou àgà-bondÈ, ààî bu ààn dé sé couchér sîx érrés d’éàu, é é màîn, s’Èàn éÈ roîs héurés us ô qué d’hàbîudé, î ààî bondî déhors én sàuîàn, é – énfin – ààî u dé sés rorés yéux àssér é ré-mîér ràîn. i réssémbàî â un ong oîsson quî, ààru â à surfàcé dé ’éàu, àuràî îmmÈdîàémén àrès réongÈ dàns uné rofondéur bàncháré. lé gàrçon n’ààî às és yéux bîén ouérs quànd ààî réénî cé àcàrmé ou roché, é orsqué sés cîs s’Èàîén quànd mêmé dÈcoÈs, séu un oîséàu oàî én zîgzàguàn àu-déssus du rémbàî, commé sî un én rès for ààî érurbÈ sà ràjécoîré. … é àndîs qu’î obséràî ’oîséàu, î s’Èàî înondÈ oué sà gàoché.
l’énfàn ààî sé àns, son èré uî ààî àrîs és érés dé ’àhàbé. aéc dés încés, î ààî dÈcouÈ rÈguîèrémén du fi dé fér qu’î ààî rouÈ dàns à gràngé, uîs én Èrîfiàn sur son îré é én géîgnàn commé sà grànd-mèré, î ààî confécîonnÈ uné quînzàîné dé érés dîérsés. D’àbord jusé our Ècrîré son nom, uîs é nom dé à àché, î ààî énsuîé mÈàngÈ és déux mos é, énémén, ààî comosÈ é nom dé Moscou, é ràîn quî fiàî â oué îéssé sur és oîés, dàns un séns uîs dàns ’àuré. On uî înérdîsàî d’àrochér du rémbàî.
8
en hîér, à néîgé y Èàî însàbé é î Èàî îmos-sîbé d’y monér. en hîér é àu rînéms, é rémbàî Èàî bouéux é înàccéssîbé. Un jour, é éî gàrçon ààî énÈ d’y àér é Èàî réénu â à màîson croÈ dé à êé àux îéds, sà grànd-mèré ’ààî d’àbord grossîèrémén dÈcràssÈ déhors, ’ààî énsuîé froÈ dàns ’énrÈé, uîs ààî finî dé é àér dàns à cuîsîné. l’ÈÈ, én réànché… ’ÈÈ, é rémbàî Èàî couér dé fléurs sî Ècàànés qué dé oîn on ààî ’îmrés-sîon qu’éés fàîsàîén dé à ugé : ou Èàî bànc, rougé, bourdonnàn, s’énrouàî én boucés, dÈgrîn-goàî. lé régàrd dé ’énfàn gîssàî sur ou céà quànd î régàrdàî céé béàuÈ. en s’éndormàn, î n’àrrîàî oujours às â com-réndré commén és fléurs ààîén u s’àccîmàér é ong dé cé rémbàî ràîdé é éscàrÈ – éés Èàîén obîgÈés dé oussér non às én hàuéur, érs é soéî, màîs bîzàrrémén résqué dé côÈ, dé ràérs. lé soéî rÈchàuffàî éur îgé, éur co, màîs às éur êé. … à fléur és suséndué, dé sà mànché éé sé roègé dé à umîèré, é àu-déssus, é conoî àssé â oué àuré… au îéd du rémbàî, és fléurs sénàîén és fléurs, màîs én hàu, rès dés ràîs, î y én ààî dé moîns én moîns, é és ràrés màrguérîés sénàîén à ous-sîèré, é màzou, é brûÈ. lé éî gàrçon grîmà én hàu du rémbàî ààn é àssàgé du ràîn, â ’héuré du dÈjéunér ; î dîsosà sés érés sur é ràî, ’uné àu-déssous dé ’àuré. eés Èàîén àu dÈbu oués mÈàngÈés, màîs dÈcî-dàn qué çà fàîsàî dÈsordré, ’énfàn és mî commé éés déàîén êré dàns é mo “Moscou”. i régàrdàî souén àuour dé uî our oîr sî é ràîn quî fàîsàî s’énoér és oîséàux é és bués dé
9
sàon, é àbààî sur é so és àons é és àbéîés, n’àrrîàî às. en bàs, dés àchés àîssàîén dàns un chàm. i én résàî roîs dàns é îàgé. l’uné Èàî éur Màroussîà, rànquîé é sénsîbé commé à grànd-mèré. là déuxîèmé, céé dé éur oîsîn é us roché qué ’on surnommàî Bàndérà*, Èàî àussî roussé qué uî. là roîsîèmé – quî ààré-nàî àu oîsîn quî ààî our sobrîqué Doudà – ààî uné robé noîré é Èàî màuàîsé, î n’Èàî às dîffi-cîé non us dé comréndré â quî éé réssémbàî. Quànd î conduîsàî sà àché, Doudà uî crîàî : “Ho-ho ! aéz, ààncé !” Bàndérà rÈÈàî oués és mînués : “tso-sobîé ! tso-sobîé !” e séué grànd-mèré ràménàî sà àché én sîéncé, càr Màrous-sîà connàîssàî rès bîén é chémîn. À cé momén, és àchés brouàîén ’hérbé én rémuàn à quéué, ou àors, é cou ÈîrÈ, éés méu-gàîén én dîrécîon dés ràîs, commé sî éés àé-àîén é ràîn. lé gàmîn gîssà érs é bàs, îÈînàn és fléurs àu àssàgé, é àéndî ongéms. Béàucou us ong-éms qu’î né ’àuràî cru. i occuà son éms â àrrà-chér és Èàés dé oués és màrguérîés quî Èàîén àuour dé uî. lés màrguérîés sé dréssàîén chàués é réoussànés commé dé jéunés conscrîs. lés mouchés sé mîrén déssus, màîs î n’y ààî us d’àbéîés. lé éî gàrçon né bougéàî às é s’éfforçàî dé né às résîrér. tou rès dé uî un sousîk sorî dé
* SÈàn Bàndérà (-). Nàîonàîsé ukràînîén dÈnoncÈ àr é cénré Sîmon-Wîésénhà commé “coàboràéur nàzî rés-onsàbé du màssàcré dé mîîérs dé Juîfs”. (Toutes lesnotes sont de la traductrice.)
10