Une fille nommée Aglaé

Une fille nommée Aglaé

-

Français
366 pages

Description

Salué comme un des meilleurs livres de Prilepine, c’est la quintessence de son œuvre que ce recueil nous offre, revisitant à travers huit nouvelles ses thèmes de prédilection : la violence sociale et politique, la figure du père, le rapport aux femmes…


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2015
Nombre de lectures 3
EAN13 9782330049966
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
ZAKHAR PRILEPINE Une Illenommée Aglaé nouvelles traduites du russepar Joëlle Dublanchet
ACTES SUD
le pOiNt De vUe DeS ÉDiteURS
Une fille nommée Aglaé ràssémbé sé nouéés quî rérénnén és hèmés chérs â Zàkhàr prîéîné – à figuré uÈàîré du èré, àbsén ou rÈsén, és ràors îmossîbés énré hommés é fémmés. Cés hîsoîrés sé àssén oués dàns à Russîé rofondé – càmàgné àbàndonnÈé é rîsé(Le Petit Vitia)à où nàuré àrfoîs rÈsérÈé màgnîfié ou(La Forêt), îé dé roîncé sînîsrÈé où dé sînguîérs oîcîérs(Mon père)fon rÈgnér ’ordré â éur fàçon(Une fille nommée Aglaé, L’Interrogatoire), où ’on s’Èchoué àussî(Le Brancard), màîs éncoré îéu roîcé àux àmours càndésînés ouÈés â ’Èchéc(L’Ombre d’un nuage sur l’autre rive). Zàkhàr prîéîné à uné fàçon bîén â uî dé dÈcrîré cés hommés rîs àu îègé, é quî îrén rÈconfor dé ’àmour d’un èré, unîqué consoàîon dàns un mondé où és fémmés, our éux, né son qué màénéndu é fàux-sémbàn. i né résé us àors qu’â fàîré é déuî dé son énfàncé, gràndîr obîgàoîrémén, s’éndurcîr, our déénîr un hommé, un ràî… Màîs â qué rîx ? pubîÈ én , cé récuéî à connu un grànd succès dàns son àys –Aglaéà ÈÈ orÈ â ’Ècràn –, commé our confirmér qu’un Ècrîàîn russé dîgné dé cé nom sé doî d’éxcéér dàns un génré où tchékho résé un màïré înÈgàÈ.
ZaKHaR pRilepiNe
Depuis son apparition fulgurante avecpàhoogîés, un premier roman sur la guerre de Tchétchénie, qu’il a faite, engagé volontaire, Zakhar Prilepine, né en 1975, a construit en moins de dix ans une œuvre impressionnante – essais, nouvelles, récits, romans, dontSàn’kîà,lé Sîngé noîr et Dés chàussurés éînés dé odkà chàudépubliés par Actes Sud… jusqu’auRéfugé, paru en 2014 en Russie – comparé rien moins qu’àGuérré é pàîx–, une histoire d’amour au temps du Goulag des Solovki, qui l’a consacré comme l’auteur le plus en vue dans son pays.
DU MÊMe aUteUR
PATHOLOGIES, Èdîîons dés Syrés, . LE PÉCHÉ, Èdîîons dés Syrés, . SAN’KIA, acés Sud, . DES CHAUSSURES PLEINES DE VODK A CHAUDE, acés Sud, . LE SINGE NOIR, acés Sud, . JE VIENS DE RUSSIE, là DîffÈréncé, . phoogràhîé dé couéruré : © Kàérînà Békînà “lérés russés” sÈrîé dîrîgÈé àr Mîché pàrféno tîré orîgînà : Vosmiorka Édîéur orîgînà : aSt, Moscou © Zàkhàr prîéîné,  aéc ’àccord dé www.nîbbé-wîédîng.com ©aCteSSUD, our à ràducîon frànçàîsé iSBN----
ZaKHaR pRilepiNe
Uné fié nommÈé agàÈ
nouéés ràduîés du russé àr Joëé Dubànché
ACTES SUD
LE PETIT VITIA
— voîâ é ràîn dé Moscou! là mèré, u éux sérîr é dÈjéunér ! dîsàî é èré én énràn dàns à màîson. lé gàmîn uî sourîàî. Son èré ààî oujours ’àîr d’àoîr êchÈ un gros oîsson don à quéué bougéàî éncoré dàns é sàc qu’î oràî sur é dos. là grànd-mèré régàrdàî àr à fénêré. Sur é rém-bàî, déàn é îàgé, é conoî Èîncéàn àssàî â oué îéssé. Dàns és îrés, é bruî dés ràîns Èàî dÈcrî commé un Èràngé “ouk-ouk-ouk-ouk, y-ykh-y-ykh”, én fàî î ràéàî uô é bruî ràîdé é àgrÈàbé àéc équé à grànd-mèré jéàî ’éàu sàé dé son séàu sur é chémîn. lé ràîn sémbàî commé émorÈ àr un flo ràîdé. On ààî ’îmréssîon qué sî ’on cîgnàî dés yéux, àr un jour énsoéîÈ, én suîàn é ràîn du régàrd, on érràî dés Ècà-boussurés é dés bués dé sàon oér àu-déssus du rémbàî. On dÈjéunàî â quàré héurés, héuré dé Moscou, orsqué é ràîn dé à journÈé ààî dàns à càîàé, é on dïnàî â néuf héurés é quéqué orsqu’î én réénàî. Sî dàns à journÈé, àu soéî, î donnàî ’îmréssîon d’àoîr ÈÈ sàonnÈ, é soîr î ràéàî uné guîràndé.
7
lé màîn î y én ààî un àussî, màîs â céé héuré-â, é éî gàrçon dormàî, sà grànd-mèré s’occuàî dé à àché, àndîs qué son èré Èàî àrî rààî-ér â à chàufférîé, où î déàî sàns doué – commé é ràîn dé Moscou ààî àssér – s’én énoyér un dé éms én éms our soîgnér sà guéué dé boîs. Un jour, é gàmîn, àrès àoîr béàucou àgà-bondÈ, ààî bu ààn dé sé couchér sîx érrés d’éàu, é é màîn, s’Èàn éÈ roîs héurés us ô qué d’hàbîudé, î ààî bondî déhors én sàuîàn, é – énfin – ààî u dé sés rorés yéux àssér é ré-mîér ràîn. i réssémbàî â un ong oîsson quî, ààru â à surfàcé dé ’éàu, àuràî îmmÈdîàémén àrès réongÈ dàns uné rofondéur bàncháré. lé gàrçon n’ààî às és yéux bîén ouérs quànd ààî réénî cé àcàrmé ou roché, é orsqué sés cîs s’Èàîén quànd mêmé dÈcoÈs, séu un oîséàu oàî én zîgzàguàn àu-déssus du rémbàî, commé sî un én rès for ààî érurbÈ sà ràjécoîré. … é àndîs qu’î obséràî ’oîséàu, î s’Èàî înondÈ oué sà gàoché.
l’énfàn ààî sé àns, son èré uî ààî àrîs és érés dé ’àhàbé. aéc dés încés, î ààî dÈcouÈ rÈguîèrémén du fi dé fér qu’î ààî rouÈ dàns à gràngé, uîs én Èrîfiàn sur son îré é én géîgnàn commé sà grànd-mèré, î ààî confécîonnÈ uné quînzàîné dé érés dîérsés. D’àbord jusé our Ècrîré son nom, uîs é nom dé à àché, î ààî énsuîé mÈàngÈ és déux mos é, énémén, ààî comosÈ é nom dé Moscou, é ràîn quî fiàî â oué îéssé sur és oîés, dàns un séns uîs dàns ’àuré. On uî înérdîsàî d’àrochér du rémbàî.
8
en hîér, à néîgé y Èàî însàbé é î Èàî îmos-sîbé d’y monér. en hîér é àu rînéms, é rémbàî Èàî bouéux é înàccéssîbé. Un jour, é éî gàrçon ààî énÈ d’y àér é Èàî réénu â à màîson croÈ dé à êé àux îéds, sà grànd-mèré ’ààî d’àbord grossîèrémén dÈcràssÈ déhors, ’ààî énsuîé froÈ dàns ’énrÈé, uîs ààî finî dé é àér dàns à cuîsîné. l’ÈÈ, én réànché… ’ÈÈ, é rémbàî Èàî couér dé fléurs sî Ècàànés qué dé oîn on ààî ’îmrés-sîon qu’éés fàîsàîén dé à ugé : ou Èàî bànc, rougé, bourdonnàn, s’énrouàî én boucés, dÈgrîn-goàî. lé régàrd dé ’énfàn gîssàî sur ou céà quànd î régàrdàî céé béàuÈ. en s’éndormàn, î n’àrrîàî oujours às â com-réndré commén és fléurs ààîén u s’àccîmàér é ong dé cé rémbàî ràîdé é éscàrÈ – éés Èàîén obîgÈés dé oussér non às én hàuéur, érs é soéî, màîs bîzàrrémén résqué dé côÈ, dé ràérs. lé soéî rÈchàuffàî éur îgé, éur co, màîs às éur êé. … à fléur és suséndué, dé sà mànché éé sé roègé dé à umîèré, é àu-déssus, é conoî àssé â oué àuré… au îéd du rémbàî, és fléurs sénàîén és fléurs, màîs én hàu, rès dés ràîs, î y én ààî dé moîns én moîns, é és ràrés màrguérîés sénàîén à ous-sîèré, é màzou, é brûÈ. lé éî gàrçon grîmà én hàu du rémbàî ààn é àssàgé du ràîn, â ’héuré du dÈjéunér ; î dîsosà sés érés sur é ràî, ’uné àu-déssous dé ’àuré. eés Èàîén àu dÈbu oués mÈàngÈés, màîs dÈcî-dàn qué çà fàîsàî dÈsordré, ’énfàn és mî commé éés déàîén êré dàns é mo “Moscou”. i régàrdàî souén àuour dé uî our oîr sî é ràîn quî fàîsàî s’énoér és oîséàux é és bués dé
9
sàon, é àbààî sur é so és àons é és àbéîés, n’àrrîàî às. en bàs, dés àchés àîssàîén dàns un chàm. i én résàî roîs dàns é îàgé. l’uné Èàî éur Màroussîà, rànquîé é sénsîbé commé à grànd-mèré. là déuxîèmé, céé dé éur oîsîn é us roché qué ’on surnommàî Bàndérà*, Èàî àussî roussé qué uî. là roîsîèmé – quî ààré-nàî àu oîsîn quî ààî our sobrîqué Doudà – ààî uné robé noîré é Èàî màuàîsé, î n’Èàî às dîffi-cîé non us dé comréndré â quî éé réssémbàî. Quànd î conduîsàî sà àché, Doudà uî crîàî : “Ho-ho ! aéz, ààncé !” Bàndérà rÈÈàî oués és mînués : “tso-sobîé ! tso-sobîé !” e séué grànd-mèré ràménàî sà àché én sîéncé, càr Màrous-sîà connàîssàî rès bîén é chémîn. À cé momén, és àchés brouàîén ’hérbé én rémuàn à quéué, ou àors, é cou ÈîrÈ, éés méu-gàîén én dîrécîon dés ràîs, commé sî éés àé-àîén é ràîn. lé gàmîn gîssà érs é bàs, îÈînàn és fléurs àu àssàgé, é àéndî ongéms. Béàucou us ong-éms qu’î né ’àuràî cru. i occuà son éms â àrrà-chér és Èàés dé oués és màrguérîés quî Èàîén àuour dé uî. lés màrguérîés sé dréssàîén chàués é réoussànés commé dé jéunés conscrîs. lés mouchés sé mîrén déssus, màîs î n’y ààî us d’àbéîés. lé éî gàrçon né bougéàî às é s’éfforçàî dé né às résîrér. tou rès dé uî un sousîk sorî dé
* SÈàn Bàndérà (-). Nàîonàîsé ukràînîén dÈnoncÈ àr é cénré Sîmon-Wîésénhà commé “coàboràéur nàzî rés-onsàbé du màssàcré dé mîîérs dé Juîfs”. (Toutes lesnotes sont de la traductrice.)
10