Une si douloureuse existence

-

Français
178 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En Srankroikro, pays imaginaire, vit la famille Ayoliè dans un village dénommée Yayué, où se côtoient catholiques et animistes. Dixième enfant, Bêzy n'entre à l'école qu'à l'âge de douze ans. A force de persévérance, ce dernier obtient une maîtrise en Droit public. un avenir radieux s'offre donc à notre héros, pourrait-on légitimement croire. Que non! La vie de Bêzy deviendra très vite une succession d'épreuves aussi douloureuses que déprimentes, au point qu'excédé, Bêzy en arrive à envisager en finir avec la vie. Franchira-t-il le Rubicon?...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 avril 2019
Nombre de lectures 234
EAN13 9791091832687
Langue Français
Poids de l'ouvrage 39 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
En Srankroikro, pays imaginaire, vit la dénommé et Bêzy n’entre à de douze ans. À force de une maîtrise fre donc à notre héros, pourrait-on légitimement croire. Que non ! La vie de Bêzy deviendra aussi au point finir
JD Editions
KOUAO B. Blaise
UNESIDOULOUREUSE EXISTENCE
R
o
m
a
n
KOUAO B. Blaise
UNE SI DOULOUREUSE EXISTENCE Roman
JD Éditions 04 B.P. 206 Abidjan 04 Côte d’Ivoire
© JD Éditions, Abidjan 2019 ISBN : 979-10-91832-68-7 Toute reproduction, quel que soit le procédé, est interdite sous peine de poursuites judiciaires. -3-
À Ékra Kouao Joseph & Yao Kan Adjoa Fry Josephine
Mes Regrettés Parents,
Repos éternel
« Saisir dans ce qui a été écrit un syMptôme de ce qui a été tU. » Au-delà du bien et du mal Nietzsche,
D édicace
À mes enfants qui voient ou verront ce que j’ai vu, je vois et verrai. Si en toute âme et en bonne conscience, vous révélez toujours ce que vous voyez, la Société vous condamnera d’une manière ou d’une autre. Si au contraire vous masquez la réalité, vous serez aussi jugés par la Société. Dites, dites, dites donc sans déformer ce que vous voyez ou verrez. Restez toujours vous-mêmes quand bien même votre tête viendrait à se trouver entre deux glaives.
À Tous ceux qui souffrent de l’égoïsme et de la cruauté, de l’hypocrisie et de l’oppression, surtout du népotisme et de la délation...de notre société,
Courage
A vertissement
 ‘‘Fils’’ venait de se suicider, à la n de ce mois de juin de l’an... en absorbant de l’acide chlorhydrique, des suites de son second asco consécutif à la Licence d’Histoire.  C’était notre unique ami dans notre résidence universitaire.  Nous avions accompagné, avec d’autres étudiants, son corps à sa dernière demeure au sein de la terre qui l’avait vu naître un certain 03 février ... dans un petit village forestier d’Afrique.  Lanuitdenotreretour,nousdormionsprofondément et puis nous rêvions. Au cours de ce rêve, ‘‘Fils’’ nous parlait, nous parlait, nous parlait.  - ... Il faut écrire, nous disait-il.  - Écrire quoi ? lui demandâmes-nous.  - La vie.  - Quelle vie ?  - La vie ! insista-t-il...  Ce rêve fut, malheureusement, interrompu par un cafard qui marchait sur notre front. Ainsi,l’idée d’écrire est-elle née, et nous avons écrit «Une si Douloureuse Existence».  Cependant, nous nous devons de vous dire que le roman que vous tenez entre les mains n’est nullement une apologie de la vie, élément généralement insaisissable. Ce n’estpasnonplusuneœuvreautobiographique.S’ilestteinté de fantasmes personnels, c’est normal, car le neutralisme
absolu dans les écrits n’existe nulle part. C’est pourquoi, pour rétorquer à Flaubert qui soutenait : «J’éprouve une répulsion invincible à mettre sur le papier quelque chose de mon cœur», George Sand déclarait «Ne rien mettre de son cœur dans ce qu’on écrit ? Je ne comprends pas du tout, mais pas du tout. Moi, il me semble qu’on ne peut pas y mettre autre chose». Il s’agit simplement de l’Histoire à la fois réelle et ctive d’un individu, Bêzy, que nous avons vu ou verrons naître, vivre et mourir, dans une société cruelle, égoïste et sourde aux cris des plus faibles et des plus démunis.  Que les maîtres des belles phrases, des expressions et mots adorés et dorés, les passionnés et amoureux de Littérature et de Stylistique entendent que notre primordial souci est de nous faire lire et comprendre par tout le monde. Les noms de tous nos personnages et lieux sont des expressions proverbiales circonstancielles Akan, singulièrement Agni Djuablin. Se fondant sur le sens de ces noms, d’aucuns seraient tentés de dire que les Agni seront plus satisfaits de ce livre ; c’est possible ; mais pour nous, quoique ces noms expriment une situation passée, présente ou future, réelle ou ctive, il importe très peu de leur accorder un cachet spécial pour la compréhension de ce roman. Que signieraient en eet pour des lecteurs les Pierre, Marie et Bonaventure dans un roman ? Ce sont des prénoms, c’est tout.  Qu’on sache enn que toute ressemblance avec des personnes, des circonstances ou des faits ne relève que de la pure Coïncidence.
K. B. B.