Vingt-cinq ans où je me trouve

Vingt-cinq ans où je me trouve

-

Livres
768 pages

Description

« Les vingt-cinq premières années de nos existences individuelles me font davantage songer à un espace en expansion qu’à une durée qui se déploie. Les constellations des personnes et des lieux, les distances qui les séparent m’y paraissent plus importantes que les dates. Le temps n’y a pas la prédominance qu’il s’octroie par la suite. Et pourtant il passe. Mon projet de raconter mon premier quart de siècle court de 1942 à 1967. De l’année la plus improbable de la Seconde Guerre mondiale à la plus indécise de l’ère gaullienne, le monde balançant d’un pessimisme comme seul l’armement nucléaire savait en inspirer à un optimisme nourri de décolonisation, de Vatican II et d’électroménager, je me suis surtout complu à me satisfaire de ce qu’on attendait de moi. J’ai aimé toutes les maisons où l’on m’a fait vivre, petites ou grandes, quels qu’aient été leur degré d’amabilité et les distances qui les séparaient. Les distances, surtout, j’aimais bien. Et les regards décalés qu’elles permettaient. » G.-N. J.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 septembre 2009
Nombre de lectures 42
EAN13 9782234065772
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
« Les vingt-cinq premières années de nos existences individuelles me font davantage songer à un espace en expansion qu’à une durée qui se déploie. Les constellations des personnes et des lieux, les distances qui les séparent m’y paraissent plus importantes que les dates. Le temps n’y a pas la prédominance qu’il s’octroie par la suite. Et pourtant il passe. Mon projet de raconter mon premier quart de siècle court de 1942 à 1967. De l’année la plus improbable de la Seconde Guerre mondiale à la plus indécise de l’ère gaullienne, le monde balançant d’un pessimisme comme seul l’armement nucléaire savait en inspirer à un optimisme nourri de décolonisation, de Vatican II et d’électroménager, je me suis surtout complu à me satisfaire de ce qu’on attendait de moi. J’ai aimé toutes les maisons où l’on m’a fait vivre, petites ou grandes, quels qu’aient été leur degré d’amabilité et les distances qui les séparaient. Les distances, surtout, j’aimais bien. Et les regards décalés qu’elles permettaient. » G.-N. J.