Welcome et Zoé
86 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Welcome et Zoé

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
86 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

« Welcome et Zoé », c’est une belle et un clochard de l’adolescence, vagabondant dans quelques recoins obscurs de Paris et devenant tous deux victimes du jeu de passion qu’ils ont déclenché.

Quand Zoé, une adolescente de 14 ans, décide de fuguer de son pensionnat, elle n’imaginait peut-être pas qu’elle allait rencontrer son premier amour : Welcome, un garçon de la rue.

L’aventure des deux adolescents traverse les rues de Paris, les boutiques, les cafés, les maisons, mais entre une partie de cartes et une course-poursuite, que s’est-il passé ?

Et qu’est-ce qui se cache dans l’appartement sens dessus dessous de la rue Saint-André-des-Arts ?


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 janvier 2014
Nombre de lectures 0
EAN13 9791025100103
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Brice Pelman
Welcome et Zoé
French Pulp éditions
Policier© French Pulp éditions, 2016
49 rue du moulin de la pointe
75013 Paris
Tél. : 09 86 09 73 80
Contact : contact@frenchpulpeditions.fr
www.frenchpulpeditions.fr
ISBN : 9791025100103
Dépôt légal : décembre 2015
Couverture : © Véronique Podevin
Le Code de la propriété intellectuelle et artistique interdit toute copie ou reproduction destinée à une
utilisation collective. Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit,
constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété
intellectuelle.Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
C’est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l’enfant.
Jacques Prévert.Tout de suite en entrant, un sentiment d’angoisse.
Quand elle se vit dans le miroir du vestibule, elle se reconnut à peine tant elle était blanche, défaite,
hagarde. Ce miroir se trouvait de guingois, de même que l’applique électrique qui était restée allumée.
Franchissant le seuil de l’appartement, elle découvrit d’un coup d’oeil l’enfilade du salon et du bureau.
Tout était sens dessus dessous, comme si quelqu’un s’était ingénié à renverser chaque fauteuil, à mettre
en pièces chaque bibelot. Les rideaux eux-mêmes avaient été tailladés ; le sol était jonché de papiers et
de détritus divers.
Elle referma la porte derrière elle, s’avança de quelques pas… Chacun de ses gestes avait la grâce et
la paresse du ralenti, peut-être parce qu’elle retardait inconsciemment l’instant d’en apprendre
davantage.
En même temps, elle avait envie de fuir et quelque chose ici poussait en avant. Les deux forces se
contrariaient et elle restait en place, les deux bras curieusement à l’horizontale, le gauche encore tourné
vers la porte, le droit tendu vers le salon…