Z. Tumeur amoureuse

-

Livres
200 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Si : 1/Vous vous êtes déjà inscrit(e) sur un site de rencontre en ligne 2/ Internet a largement modifié votre approche de la sexualité, que vous soyez célibataire ou en couple. 3/ Vous avez déjà échangé des sextos ou des photos de vos charmes avec de parfait(e)s inconnu(e)s de la toile. 4/ Internet est à vos yeux un merveilleux supermarché libérateur de vos indicibles fantasmes. Alors, ce livre est votre histoire !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 décembre 2014
Nombre de visites sur la page 245
EAN13 9782336363981
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0105 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Clémence O.
Z. Tumeur amoureuse Roman
21/11/2014 13:08
Z. Tumeur amoureuse
Voir catalogue
en fin de volume.
ISBN : 9782343045009
4
Clémence O. Z. Tumeur amoureuse Roman
RE M E R C I E M E N T S
À KA/M.E sans qui mon existence n’est que futilité. À César, mon ami, dont les frasques amoureuses sont une inépuisable source d’inspiration littéraire. Couverture : Conception graphique par Albin « César » Mougeotte « Le danger que l’on pressent, mais que l’on ne voit pas, est celui qui trouble le plus. » César
1 .
Un indicible sentiment de gâchis m’envahit pendant que je fixai, une fois encore, le corps droit comme l’injustice de mon fier César, mon ami, pendu là, inerte, à la poutre centrale, blanche, immaculée, de notre salon. Sa tête, au teint de cire, penchée sur le côté droit, lui conférait des allures de pantin désarticulé, un bout de viande inanimé autrefois homme, un néant dont la vie s’était extraite pour rejoindre le royaume du rien ou, pour les plus optimistes, du peutêtre. Nu tel le ver qui ne tarderait pas à proliférer en son fruit, César, les mains le long des flancs, m’évoquait une œuvre du photographe de Brooklyn JoelPeter Witkin, nature morte parmi les vivants. Je me remémorais la raison exacte pour laquelle son cadavre, déjà froid, dodelinait à quelques centimètres du fauteuil club orangé dans lequel je trônais. J’en étais res ponsable, en partie du moins ! Les cellules du défunt ne s’approvisionnaient déjà plus en énergie, laissant pro gressivement place à une rigor mortis dont je mesurais la plus infime évolution. Je tentais de remettre en branle mon électroencépha logramme d’une platitude sans égale, la haine s’im misçant en chacun de mes pores à la vue de ce cadavre flottant, marionnette abandonnée par son Gepetto. Cé sar, mon César, avait bien dû laisser un bout de papier,